Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 16:57

Texas (Texas Guinan) est l'heureuse propriétaire d'un ranch, mais elle passe ses nuits à veiller sur ses bêtes qui attirent la convoitise de tous les desperados du coin. Une seule solution, engager un "night rider", un veilleur de nuit qui passera du temps avec les bêtes à l'heure où out le monde est couché sauf les bandits. Quand elle propose son idée en ville, un cow-boy lui rit au nez en disant qu'elle ferait mieux de se marier...

Donc elle l'épouse sur le champ, sauf que d'une part elle ne tardera pas à comprendre qu'elle n'a pas fait le bon choix... et qu'en prime c'est l'un des voleurs de bétail! Heureusement un valeureux employé veille au grain...

C'est mené sans tambour ni trompette ni temps mort, et c'est assez typique des films de Texas Guinan qui tout en assumant le destin d'une héroïne du muet qui se respecte (elle va trouver l'amour, donc), est aussi et surtout une forte personnalité qui ne s'en laisse pas conter! En 25 minutes, c'est un court métrage d'une grande qualité et qui ne se prend pas trop au sérieux, e louchant souvent du côté de la comédie...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Western Muet Texas Guinan
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 09:27

Sibyl (Virginie Efira) est psychothérapeute avec une clientèle acquise sur dix années d'activité, mais elle souhaite retourner à ses premières amours: l'écriture. Elle accepte quand même de répondre à un appel au secours, celui d'une jeune actrice (Adèle Exarchopoulos) qui vit un enfer sur un tournage: elle est enceinte de l'acteur principal (Gaspard Ulliel), mais celui-ci est en couple avec la réalisatrice, et de surcroît elle pense qu'il la manipule pour qu'elle garde le bébé... 

Parallèlement, Sibyl doit jongler avec une foule de choses: son propre alcoolisme, qu'elle a réussi à garder sous contrôle mais qui menace à tout moment de pointer le bout de son nez; le fantôme d'une histoire d'amour avec le père de sa première fille, et la frustration de cette dernière de ne pas le connaître; les séquelles de la mort de sa mère, elle-même alcoolique; une soeur qui n'a pas l'air très bien partie dans la vie; un couple fragile; et enfin, un sentiment d'insécurité permanent qui lui fait faire bien des bêtises...

Mais le pire sera quand même pour elle la tentation de s'approprier l'histoire sordide de la jeune actrice pour en faire un roman... Elle y cédera, et avec elle replongera dans ses pires excès...

Virginie Efira, dans un film tordu au possible, reste quand même excellente. Chapeau... Car...

Le film joue une étrange partition qui distille un malaise, pour commencer en disséminant les scènes un peu dans tous les sens, aussi bien thématiquement que chronologiquement. Un puzzle psychologique qui tend à brouiller les pistes, mais qui en se substituant à une intrigue linéaire, rend mieux possible une certaine adhésion à une histoire décidément trop riche. Il est de bon ton de râler quand une histoire paraît embrouillée, mais celle-ci, dans l'ordre chronologique, serait sans doute bien pire!

Et puis il est question de cinéma ici, avec ces scènes de tournage qui virent en permanence au psychodrame. Sandra Hüller, qui interprète la réalisatrice, en fait tellement qu'il est très difficile de la détester, et est-ce volontaire? ce sont souvent des scènes de comédie... Reste que le film est le récit embrouillé et tortueux d'un enfer psychologique, et que les doutes sur les manipulations et autres allers et retours présentés ici, sont intéressants...

...Un peu.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Virginie Efira
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 09:10

Ann (Fay Tincher) est vraiment incorrigible: on ne peut pas imaginer pire garçon manqué, sur le ranch de ses parents. Et si parfois ils tentent de la défier, elle fait la loi parmi les cow-boys... Bref, elle a de quoi désoler une mère, qui décide pour la féminiser un peu de l'envoyer faire des études dans l'Est; Dans le train, elle repère un pied-tendre qui arnaque les autres au jeu, et le vire à coup de révolver... Mais une fois installée à l'université, et devenue très copine avec les filles de sa chambrée, elle réalise que le fiancé de l'une d'elles n'est autre que le joueur qu'elle a viré du train...

C'est un film d'une grande qualité, qui est basée sur des péripéties de comédie burlesque, mais interprétée par les principaux acteurs avec une certaine retenue. Tout le monde n'est évidemment pas logé à la même enseigne (ah, le doyen, tout un poème!), mais la façon dont Fay Tincher joue le décalage entre son côté brut de décoffrage et les attentes liées à sa féminité reste un moteur qui motive le spectateur...

Et si l'enjeu posé par la mère, de rendre sa fille féminine, nous est présenté comme partiellement acquis en fin de film, je me permets d'exprimer des doutes... Par ailleurs, les auteurs du film ont choisi de ne pas "faire rentrer Ann dans le droit chemin", car elle ne découvrira pas l'amour en route! Et ça c'est un peu une révolution. Du début à la fin du film, sa personnalité s'exprime à travers ses activités que les conventions tendent à considérer comme masculines, et elle finit par se faire accepter. Bref, elle reste elle-même, interprétée par une comédienne douée, dynamique, et qui n'hésite pas à se moquer d'elle-même dans une scène de décalage formidable, qui la voit suivre un cours de danse, en véritable vilain petit canard...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Comédie Al Christie
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 09:01

Dans une ferme, une histoire compliquée d'héritage lié à une union risque de compromettre le gentil couple de la fille du fermier (Ora Carew) et de son benêt de fiancé... Le jumeau de la jeune femme trouve un stratagème qui implique de se déguiser et de prendre sa place...

Bon, je ne vais pas être tendre, mais... Chez Sennett (le film date de la période Triangle Keystone), on a parfois des films incontournables qui font avancer le médium, et parfois... on a un film comme celui-ci, qui repose sur tellement de mécanismes et de sales manies qu'il en devient irritant. Le contexte rural (qui reste quand même bien plus subtil ici que, disons, chez le Griffith de Way down east), les personnages tellement caricaturaux qu'ils en sont vides, et une intrigue compliquée à souhait, basée sur l'argent, l'honneur et d'autres billevesées de mélodrame: les ingrédients même sont tous des clichés, qu'on retrouve à la pelle dans les films plus longs du studio. Et si on regarde bien on verra que le film est essentiellement axé sur sa deuxième bobine, la première n'étant qu'une très longue exposition.

Reste une composition intéressante, celle d'Ora Carew qui joue deux jumeaux, un garçon et une fille: si on a du mal à croire à son rôle masculin, le fait que celui-ci prenne la décision de se déguiser en femme rend les choses un peu plus intéressantes sur la fin. Mais bon on est chez Sennett, donc... poursuite, cascades, intervention lamentable de la police, et bien sûr, elle est rurale.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Comédie
29 janvier 2023 7 29 /01 /janvier /2023 08:53

Une jeune femme (Louise Glaum) qui n'a pas de situation trouve une opportunité: devenir cuisinière sur un ranch, mais... on cherche un homme plutôt qu'une femme. Elle se déguise, et obtient aisément le travail. Mais une fois sur place elle ne tarde pas à révéler son identité... aux autres femmes présentes. Elles la protègent et vont l'aider à trouver l'âme soeur...

C'est assez différent de ce que proposaient les comédies environnantes, de la Vitagraph ou bien sûr de la Keystone: si l'exposition est vite expédiée (le film ne fait qu'une bobine), la comédie aussi d'une certaine façon. C'est indicatif de ce que sera la comédie chez Christie, qui essaiera toujours de trouver une voie en dehors du grotesque qui dominait la comédie burlesque...

Le film reste intéressant pour sa faculté à mêler la comédie avec les codes du western. Ici le déguisement n'est pas tant un ressort burlesque qu'un empêcheur de tourner en rond! Il n'y a pas la tentation, comme dans d'autre films (A woman, de Chaplin, par exemple), de jouer avec les frontières des genres... C'est gentil et ça se laisse regarder. Mais la compagnie de Christie fera mieux.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Western Comédie Al Christie
27 janvier 2023 5 27 /01 /janvier /2023 19:16

Running Wolf, un guerrier important d'une tribu Native Américaine (donc, des "indiens"), est en âge de se marier mais il ne trouve pas la perle rare dans sa tribu... Il entend parler de la légende d'une tribu étrangère, des guerriers moins sophistiqués, mais dont les dirigeants sont trois frères qui ont unis leurs pouvoirs de conquête et de manipulation. Leur soeur est paraît-il d'une beauté incroyable... Running Wolf se met donc en quête...

Les deux personnages principaux sont interprétés par des vedettes inattendues dans ce contexte, car pour figurer des indiens des plaines, Ince a fait appel à deux acteurs d'origine Japonaise sous contrat, Sessue Hayakawa et Tsuru Aoki. Ils se sont d'ailleurs mariés quelques temps après, et si on fait un peu travailler son imagination, on arrivera à les accepter dans ces rôles!

Le film est excellent, bien qu'il repose sur une posture assez franchement raciste (l'idée d'un degré dans la sauvagerie, avec une tribu "avancée" ou "civilisée", et une autre clairement montrée comme restée à l'état sauvage!), ce qui ne surprendra pas trop quand on sait que Thomas Ince a souvent professé des idées assez cousines de celle du KKK! Mais le film est malgré tout un fascinant court métrage qui ose des ruptures de ton impressionnantes, et confronte deux acteurs l'un à l'autre dans des scènes au romantisme assez inédit...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Thomas Ince Muet Western
26 janvier 2023 4 26 /01 /janvier /2023 18:34

Un (mélo)drame se joue dans une famille Américaine : un couple avec enfant se déchire, et le père et sa fille décident de partir avant que ça ne dégénère… La fille grandit, et le père qui a tenté sa chance dans l’ouest en a fait, pour la protéger, un véritable garçon manqué. Arrivés dans un ranch, ils trouvent un travail tous les deux, et la fille est priée par son père de dissimuler sa vraie identité… Mais un cow-boy s’attache à elle…

Il est inévitable, en 2023, de se poser la question de cet attachement : qu’est-ce qui le motive ? S’agit-il d’un amour inconditionnel et immédiat entre un homme et quelqu’un qu’il croit être un homme ? Il serait quand même assez hâtif de vouloir faire du film, comme cela semble être le cas (dans la compilation Cinema’s First nasty women), un plaidoyer en avance de plus d’un siècle sur son temps sur la nouvelle donne des genres. Et je ne peux pas vraiment suivre l’historienne Laura Horak quand elle propose de faire de ce film un ancêtre de Brokeback mountain

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Western
23 janvier 2023 1 23 /01 /janvier /2023 16:33

Une jeune femme d'une tribu Indienne se fait agresser dans un saloon par un blanc raciste, et Dick Sutton, un valeureux pionnier, s'interpose. Mais en guise de vengeance, le sale type enlève la petite fille du héros... La jeune femme qu'il a sauvée va tout faire pour sauver l'enfant.

C'est, d'une part, un film sur l'héroïsme d'une protagoniste, qui ne manque ni d'énergie ni de ressources. La première fois qu'on la voit, Lillian St Cyr (nue authentique native) est un peu la damoiselle en détresse, mais elle saura se rattraper... Elle se déguise en homme, s'introduit sur un campement de bandits, et traverse un précipice à l'aide d'une corde, avec un enfant sur le dos (et sans trucage, même si le précipice est probablement plus modeste qu'il n'y paraît). 

D'autre part, comme certains films de Griffith de l'époque et comme ne tarderont pas à le faire des films de Thomas Ince, c'est le point de vue des Américains Natifs (on disait des Indiens à l'époque) qui nous est donné, par un metteur en scène et une actrice mariés, qui se revendiquaient de ces peuplades. Des films qui furent de façon intéressante bien accueillis, et étaient même inclus dans le circuit de distribution de compagnies prestigieuses, dont Pathé qui a produit ce court métrage. 

Une ouverture d'esprit dont ne profiteront évidemment pas les Afro-Américains (un protagoniste de ce film est d'ailleurs un acteur blanc en black face, placé dans le film pour dénoncer le racisme des protagonistes...), et on pourrait aussi se plaindre du cliché qui consiste à faire des bandits voleurs d'enfants des gitans subliminaux, par l'utilisation de foulards sur les têtes de certains et certaines d'entre eux... 

On n'en sort jamais.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Western
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 17:25

Ce n'est pas à proprement parler un film de long métrage, mais une série, située durant la guerre de Sécession, qui met en scène les agissements d'une espionne confédérée, Nan. Fille d'une respectable famille, elle a décidé de se battre à sa façon pour la cause des Sudistes et accomplit des exploits...

Il ne reste que trois épisodes (sur 6) de cette série, qui n'est pas un feuilleton au sens strict du terme; le cinéma avait encore à se servir de ce moyen pour fidéliser les spectateurs en utilisant chaque semaine ou chaque mois le pouvoir magique des mots "A suivre"... C'est à la compagnie Kalem que Gene Gauntier (Nan) et Sidney Olcott tournaient à l'époque, avant de se lancer dans des tournages exotiques (Palestine, et... Irlande pour une série de films significatifs). Kalem était basée à New York, mais les tournages étaient relocalisés en Floride durant l'hiver, ce qui fut le cas pour tous ces "épisodes", et c'est peut-être l'une des raisons qui ont poussé la compagnie à adopter un point de vue sudiste sur la Guerre Civile. Rappelons qu'embrasser la cause sudiste revient à défendre le point de vue de l'esclavage... La Floride en 1915 (mais plus de cent années plus tard, un peu aussi) était quand même encore nostalgique des années d'avant la guerre, et on y gardait un point de vue très tranché aussi bien sur le conflit que sur ses causes... 

D'autres raisons ont peut-être joué: on constatera d'ailleurs que la majorité des films muets consacrés au conflit ont pris fait et cause pour le Sud, depuis les nombreux courts métrages de Griffith qui y ont été consacrés, à The General de Keaton (et je ne parle évidemment pas ici de The Birth of a Nation, mais il ne faudrait pas l'oublier quand même), ainsi que de nombreuses productions de Thomas Ince, certaines réalisées par Francis Ford: le cinéma penchait sans doute sur le versant romantique de la cause perdue du Sud, et c'est probablement le cas ici aussi...

Et d'ailleurs, pas de plaidoyer ouvertement raciste en vue, juste de l'aventure, et des péripéties dans lesquelles Nan se met en danger... La réalisation est encore assez plate (Olcott n'est pas Griffith) mais avec Gene Gauntier, qui avait son mot à dire sur la conception de ses films, il a manifestement souhaité mettre l'accent sur l'aventure, les risques pris, et l'audace de cette jeune femme, dont les parents savent les dangers qu'elle encourt...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Gene Gauntier Sidney Olcott Muet 1911
22 janvier 2023 7 22 /01 /janvier /2023 09:30

1926: le patron d'un gros studio, Don Wallach, a invité la fine fleur d'Hollywood dans une fiesta endiablée, où il y aura entre autres, de la cocaïne et un éléphant... Deux aspirants à la vie tumultueuse du cinéma se rendent sur place et réussissent à s'introduire dans la fête, qui vire au grand n'importe quoi. L'un d'entre eux, Manuel Torres, aidera l'acteur Jack Conrad à rentrer chez lui, et deviendra un exécutif au studio Kinoscope, et l'autre, Nellie La Roy (Margot Robbie) deviendra une actrice grâce à la présence canaille qu'elle est capable de dégager en toutes circonstances, et en particulier grâce à son attitude particulièrement, disons, démonstrative. 

Sinon, on va apprendre que le cinéma, c'est parfois très approximatif, que le parlant arrive en 1927 (hum), que le parlant, c'est le progrès (pardon?), et que la gloire, c'est éphémère...

Bon, on va le dire tout de suite, car je sais que c'est important: sur les forums dédiés au cinéma muet, on trouve des remarques assassines sur ce film, qui n'y va pas de main-morte avec la vérité historique, alors, disons-le tout de suite: le film exagère absolument tout, se plante sur tout, et le réalisateur n'a rien compris au cinéma muet... Non, ce n'était en aucun cas un art imparfait dans lequel tout le monde attendait qu'il parlât. Au contraire, l'hypothèse d'un film qui puisse intégrer des dialogues était raillée en permanence par le grand public et la profession. Le bout de dialogue où Jack Conrad parle du progrès est impensable, dans la mesure où les acteurs et techniciens, artistes et producteurs du cinéma considéraient justement les deux (muet et parlant) comme deux médiums différents: le langage est clair, puisqu'il y avait les movies, d'un côté, les talkies de l'autre... Un comportement comme celui de miss La Roy, en 1926; l'aurait probablement vouée à l'enfer en une seule soirée, elle n'aurait jamais été engagée... 

Tout ça pour dire que ce film, sous couvert de raconter une épopée ironique sur le passage du cinéma muet au parlant, choisit assez sagement la caricature et la comédie, sur une large part de son déroulement, d'ailleurs excessivement long (190 minutes: cela était-il nécessaire? moi qui suis attaché aux films très longs, je le dis ici sans aucune hésitation, oh que non!): sagement, parce qu'au vu des conneries sans fin qu'il nous montre, il valait mieux ne pas trop se prendre au sérieux. C'est d'ailleurs sur les gags et l'excès comique que le film réussit mieux, car dès qu'il tente d'être un tant soit peu sérieux, le film se plante, mieux: il se crashe... Par contre, quand on nous montre le tournage d'une scène de bataille qui vire au chaos, je ne sais pas du tout quelle est la cible... Mais qu'est-ce que c'est drôle.

Mais le plus gênant, c'est l'impression que les modèles prennent toute la place: certains gags proviennent d'ailleurs en droite ligne de Singing in the rain, le film qui au passage prend le pouvoir sur la dernière bobine, celle située en 1952. L'un des personnages, un survivant, voit le film de Donen et Kelly et est submergé par l'émotion en voyant dans la comédie musicale d'authentiques souvenirs personnels... C'est d'autant plus embarrassant que le film nous donne l'impression que Singing in the rain serait inspiré directement de l'aventure de Jack Conrad et/ou de Nellie La Roy, alors que Chazelle a allègrement puisé dans les anecdotes de cette comédie musicale sur le même sujet pour en pomper les meilleurs gags et y ajouter trois ingrédients qui irritent: tout y devient sexuel (Margot Robbie joue cette partition à l'extrême en permanence); la cocaïne y règne en permanence; et enfin, pourquoi bouger la caméra tout le temps? On n'est pas dans Le Seigneur des Anneaux, enfin!

Autre modèle gênant, bien sûr, The Artist: on devine dans l'ascension de Nellie et la chute de Jack des réminiscences particulièrement évidentes non seulement du film d'Hazanavicius, mais aussi et surtout de modèles réels, tels que Thelma Todd ou Jean Harlow d'un côté, et Douglas Fairbanks et John Gilbert de l'autre. Mais le film muet avec Dujardin était respectueux, pas celui-ci... Le film d'Hazanavicius atteignait son but, celui de parler de l'attrait du cinéma, et des aspirations humaines en général à travers l'un des exemples les plus fascinants qui soient... Babylon exprime surtout la fascination d'une période pour ses excès. Et pas grand chose de plus... Et il ne le fait pas très bien.

Pour finir, décodons un peu: les éléphants sont sans doute une allusion à Intolérance de Griffith (1916) mais les éléphants étaient bien sûr en stuc, ils faisaient partie du décor... Sinon, difficile de ne pas penser à The party, de Blake Edwards. Je mentionnais Thelma Todd et Jean Harlow comme des modèles potentiels de Nellie La Roy, mais Thelma Todd avait un talent fou... Joan Crawford est ici visée aussi, sur deux points: elle était prête à tout (mais alors tout) et a obtenu son rôle le plus significatif du muet en dansant de façon endiablée, sur une table, à peine vêtue dans Our dancing daughters, de Harry Beaumont (1928). La cocaïne? oui, il y en avait, mais là, franchement... la drogue qui a le plus posé de problème dans les années 20, outre l'alcool (qui rappelons-le, est un ingrédient inutile de toute boisson, qui ne sert à rien qui ne soit médicinal, et rend furieusement con), est la morphine. Elle a fait des ravages suite à la première guerre mondiale... Il y avait bien une ragoteuse en chef à Hollywood, elle s'appelait Louella Parsons, pas Elinor St John, mais "Elinor" est une allusion à Elinor Glyn, une autre journaliste et romancière qui avait défini la femme du Jazz Age en utilisant le terme "It", pour parler du sex-appeal. La chanson Singin in the rain a bien été interprétée par un choeur de stars dans une scène d'une comédie musicale tournée à la MGM en 1929: The Hollywood Revue, de Charles Reisner. Et la scène montrait bien, en Technicolor deux bandes, des stars en ciré rose la chanter de façon assez embarrassée devant un décor qui représentait l'arche de Noë. Il y a bien eu un film sonore qui s'appelait The Jazz Singer, sorti en 1927; pour un triomphe évident, qui a poussé les studios à s'équiper pour le son, mais il s'agissait d'un film muet saupoudré de chansons interprétées en son synchrone, et d'une seule séquence de dialogue. Enfin, il y a eu des fêtes sordides, dont une a résulté en la mort probable par overdose d'une starlette, comme c'est raconté dans le film, mais c'était en 1921, justement, et le scandale a permis d'une part un resserrage de boulons pour limiter la débauche, d'autre part une consolidation du pouvoir des producteurs. Représenter la partie fine au début du film en 1926 est donc ni plus ni moins qu'un anachronisme... Fay, l'actrice Sino-Américaine reléguée aux intertitres, est une relecture caricaturale de l'actrice Anna May Wong. Il y avait bien, comme "Ruth", des réalisatrices à l'époque, dont Ida May Park, la grande Lois Weber, qui n'a pas pu percer dans le parlant, et Dorothy Arzner: le modèle probable de la réalisatrice blasée du film, costumée à la façon d'un homme. Le personnage de Sidney Palmer, un trompettiste noir qui se fait remarquer et obtient de tourner ses propres courts métrages sonores, représente plutôt le destin de quelques artistes afro-américains de jazz qui pourront, dans l'ombre des petits studios, tourner quelques films à tout petit budget qui leur permettront de passer à la postérité... un peu. Mais l'anecdote qui le montre obligé de noircir encore plus sa peau pour ne pas apparaître blanc à la lumière (c'est vrai qu'un orchestre "mixte" de noirs et de blancs était impensable pour le public du Sud) rappelle le traitement infligé par exemple aux danseurs noirs de The king of jazz, qui devaient être aussi foncés que l'ébène pour "figurer" leurs racines Africaines, en Technicolor... Enfin, on voit dans le film une séquence teintée, en rouge, ce qui est là aussi une réalité de l'époque: si le Technicolor existait déjà, on utilisait des teintes, des coloriages appliqués sur la pellicule, et des virages sur pellicule colorée pour "aider" certaines scènes à changer d'ambiance en couleurs. Mais du rouge? Pour une scène comme celle-ci? Totalement incompréhensible.

Et le personnage de Nellie La Roy? Trop sexy, trop vulgaire, trop déshabillée, trop cocaïnée, trop tout. Impossible de la prendre au sérieux: d'ailleurs c'est pour ça qu'elle a été poussée vers la comédie, et si on ne peut pas reprocher à Margot Robbie d'y aller franco, le fait est qu'il est difficile d'une part de croire à son personnage qui ressemble à un mannequin de 2020 (et ces cheveux?????????), mais jamais, y compris avec les costumes d'époque, à une femme de 1930. Et elle a tellement été poussée vers la comédie (la scène durant laquelle elle vomit sur le tapis de W.R. Hearst est l'une des plus jouissives du film) qu'il est impossible de trouver son destin tragique autrement que comme un ratage flagrant du scénario.

On le voit bien, Chazelle a donc quand même fait un travail de recherche, mais il l'a fait en étant persuadé que le muet est une étape dans le cinéma, sans se rendre compte que pour tous ceux qui s'y sont illustrés, c'était le cinéma. Une erreur de jugement inévitable? Mais surtout un constat: il a sans doute, comme Kenneth Anger racontant les pires turpitudes d'Hollywood en les exagérant, été fasciné par ce qu'il a identifié comme une période de débauche, mais il n'aime pas la période qu'il décrit, qu'il inscrit en quelque sorte comme un élément de ce qui mène à Avatar (le montage à la fin). Gênant... Parce que j'aime bien Avatar, mais... à côté d'Intolerance, de Sunrise, ou de Safety last, quand même, ça ne vaut pas tripette. Donc utiliser le cinéma muet comme une métaphore du Rêve Américain, vu depuis les coulisses, en permanence, pourquoi pas... Et je sais que mon agacement face au traitement mal fagoté de toute une période (la plus importante de toute l'histoire du cinéma à mes yeux, et je ne suis pas le seul) ne trouvera pas d'écho auprès de gens qui sont persuadés qu'un film qui a plus de deux ans est vieux. Mais le film est de toute façon, quand même, un cas d'école d'une oeuvre ambitieuse qui fait tout pour se plomber en permanence.

Et y parvient très bien.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Damien Chazelle