Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 17:33

Réalisée en 1916, mais sortie uniquement deux ans plus tard, cette petite comédie fait partie des films avec lesquels la tragédienne de l'écran cultivait sa popularité de façon innée dans les années 10, en Allemagne. On y conte cette fois une histoire simple et entièrement basée sur un point de départ simplissime: le jeune explorateur Knud Prätorius (Freddy Wingardh) est parti au Groenland, et revient en Europe pour retrouver ses parents. ces derniers, qui ont décidé de pousser leur fils à épouser la belle Anna, sont loins de se douter que Knud revien en réalité avec 'une petite surprise du Groenland', à davoir la jeune Eskimo Ivigtut (Asta Nielsen), qui n'a évidemment jamais été e Europe et qui va bouleverser la maisonnée pendant quelques jours, éprouvant du même coup le plus grand mal à se faire accepter par les parents de Knud. ceux-ci, surtout la mère de mêche avec Anna, vont tou faire pour séparer Knud et Ivigtut...

L'essentiel de l'intrigue est dans le décalage entre la jeune Groenlandaise et son nouvel environnement, on ne s'étonnera donc pas que l'essentiel du film tourne autour de la star, qu'on voit d'ailleurs en grande discussion au cours d'un prologue avec un homme à l'air sérieux: le metteur en scène, un producteur, ou l'un des deux scénaristes, Martin Jorgenson et Louis Levy? Je ne le sais pas, mais ces deux derniers, déjà responsables de l'écriture du film Das Liebes ABC, ont eu le nez fin: Nielsen s'amuse comme une folle à jouer le grotesque de la situation. On peut rétorquer que la situation n'appelait pas forcément un long métrage, mais la belle prend telleemnt de plaisir à déambuler (Avec caméra cachée) dans les rues au milieu de passants éberlués, déguisée et avec un air particulièrement naïf, qu'on les pardonnera. Et la fin joue avec les nerfs des censeurs, afin dejustifier, bien sur, le titre...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Muet Asta Nielsen 1918