Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 16:44

1948: On tourne à Venise une adaptation de Roméo et Juliette, parce que Vérone a été détruite durant la guerre, même si la production a bien prévu d'y tourner certaines scènes, ne serait-ce que symboliquement. Parce qu'il tente de s'approcher de la vedette Bettina Verdi (Martne Carol), le jeune souffleur de verre Angelo (Serge Reggiani) s'est introduit sur le plateau, et est choisi parmi les jeunes gens présents pour faire la doublure de Roméo. Alors qu'on règle les lumières, il a la surprise de trouver face à lui une doublure de Bettina Verdi en Juliette, la belle Georgia Maglia (Anouk Aimée), qui a pour une après-midi réussi à fuir sa famille d'anciens fascistes, menés par la but du nez par une fripouille, Raffaele (Pierre Brasseur), un malfrat qui en échange de la promesse de se marier avec Georgia, a permis aux Maglia d'échapper à la justice... Le coup de foudre est immédiat entre Angelo et Georgia... Et la tragédie va se rejouer.

André Cayatte était un de ces étonnants metteurs en scène qui considéraient que l'image, c'était l'affaire du chef-opérateur, le montage le métier du monteur, et j'imagine qu'il ne se préoccupait ni du décor, ni du jeu des acteurs qui pouvaient tous se débrouiller. Ca explique volontiers la médiocrité de son oeuvre... Sauf que parfois il était bien entouré. Ici, par exemple, pour son dixième film, dont il a comme souvent écrit le scénario... Qui fut ensuite adapté et enluminé de dialogues somptueux de Prévert. Jacques. Et comme pour la faille Maglia, il a choisi de faire jouer Louis Salou et Marcel Dalio, respectivement en ancien procureur nostalgique des années de Mussolini, et en ancien soldat et militant fasciste, devenu fou durant les campagnes militaires, on aura compris qu'il s'agit de s'intéresser à ce beau film, une histoire d'amour sublime et d'amour, fou, interprété de façon ma foi fort convaincante par Reggiani et Anouk Aimée. Comme, cerise sur le gâteau, on a droit à une scène de pétage de plomb intégral par Pierre Brasseur, et que décidément les techniciens qui entouraient Cayatte cet été-là ont fait un rudement bon boulot, on aura compris que c'est le chef d'oeuvre du metteur en scène, même si celui-ci n'y est bien sur pour rien.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Shakespeare