Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 08:24

On connait le personnage de Hiawatha, le petit Indien qui chasse dans la forêt hostile pour rire, adapté d'un poème de H. W. Longfellow: il a fait l'objet d'un court métrage chez Disney, l'une des dernières Silly Symphonies. Il était sans doute inévitable qu'il fasse l'objet d'une Merrie melody, la série concurrente de la WB, mais a cerise sur le gâteau, c'est que le film permet d'y ajouter un adversaire de taille, en l'occurrence un lapin, rien moins que le tout récemment baptisé Bugs Bunny. Premier film de Bunny réalisé par Friz Freleng, on y voit un net ralentissement de l'action, poursuivant l'expérimentation entamée par Chuck Jones, et ici on est aux côtés du héros lorsque le petit chasseur arrive. Pour le reste, c'est bien sur une lutte inégale, comme d'habitude: Bugs Bunny ne peut pas perdre! Freleng excelle comme d'habitude avec la musique, le fait de rythmer les allées et venues des personnages reste son point fort, et les décors sont absolument superbes. Cela étant dit, on est devant un film moins caustique, plus enfantin que d'habitude... Et pourtant, sans gonfler le nombre des dessins animés censurés à jamais à 12, il est assez rarement diffusé à cause des stéréotypes raciaux qu'il véhicule. Un argument pas vraiment convaincant au vu d'un film bien gentil...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Bugs Bunny Animation Looney Tunes