Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 15:57
The flag (Arthur Maude, 1927)

tourné en Technicolor, ce film s'attache à raconter une histoire honnête, sans plus, au moyen de couleurs qui ont l'avantage d'être captées par la caméra. Rappel donc pour les béotiens: premièrement, non, la couleur au cinéma n'est pas une invention des cinquante dernières années mais était là très tôt; deuxièmement, non ce film n'a pas été "colorisé", pas non plus colorié au pochoir (ce sont là bien sur deux autres pratiques, mais différentes). La société Technicolor faisait ses propres films, mais ils commençaient à cette époque à collaborer avec d'autres studios, notamment la MGM. Peu ont survécu, mais quand on en tient un, on est souvent bien inspiré d'y jeter un oeil, c'est toujours intéressant à regarder...

Sous le vernis technique, donc, ce film raconte une anecdote autour de la création du drapeau Américain, le Stars and stripes également appelé "old glory". Le principal intérêt est qu'il fournit une certaine forme de suspense, autour de la question du destin d'un espion Anglais qui s'est introduit malgré lui dans l'entourage de George Washington, interprété par Francis X. Bushman. La création du drapeau est source d'un lyrisme coloré et bienvenu (Un parallèle s'établit entre les nuages effilés d'un crépuscule poétique, et les futures bandes rouges horizontales du drapeau) et si on regrette des maquillages blafards dont le Technicolor trahit l'excès, les séquences nocturnes utilisent la couleur avec efficacité, ce qui était à mon avis un argument de poids en faveur du procédé, la pellicule d'époque ne permettant pas vraiment de tourner des scènes de nuit très convaincantes.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Technicolor Muet