Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 19:22
Do detectives think? (Fred Guiol, 1927)

Lors d'un procès, le juge Foozle (James Finlayson) a condamné à mort un homme (Noah Young), celui-ci ayant tué deux Chinois ("Tous les deux grièvement", nous précise un intertitre). L'homme ne se laisse pas faire, et indique clairement se volonté de s'évader afin de se venger... Ce qu'il fait justement. Le juge et son épouse (Viola Richard) ont besoin de protection jusqu'à ce qu'on ait mis la main sur le tueur fou, ils font donc appel à la police qui leur envoie les deux plus fins limiers: Ferdinand Finkleberry ("Le deuxième pire policier de l'histoire", Stan Laurel), et Sherlock Pinkham ("Le pire", Oliver Hardy...). Mais ce soir-là, le juge et son épouse attendaient aussi leur nouveau majordome. Il ne viendra jamais, à la place, c'est le tueur qui se présente...

Cette fois, ça y est, voici tout simplement un chef d'oeuvre. Pour la première fois depuis Duck soup, on a Laurel et Hardy, ensemble, et en prime, ils ont des costumes proches de ceux qu'ils porteront bientôt tout le temps, et ils ont... DES CHAPEAUX! Il faut croire que le melon, ou plutôt le Derby n'attendait que cette rencontre avec les deux comédiens, car il s'anime étrangement à leur contact... La première occurrence de la routine lente et sacrément énervante des chapeaux qui s'échangent commence avec ce film. On peut également noter que leurs vrais noms ne sont pas encore utilisés pour leurs personnages, mais ça viendra. Sinon, on trouve ici une cascade de gags dans un script futé, et les policiers s'avéreront inadaptés à l'enjeu, c'est le moins que l'on puisse dire.

Bien que l'association entre Laurel et Hardy est naturelle, parfaite, et que les occasions de s'en apercevoir n'avaient après tout pas manqué les mois précédents, il semble malgré tout que ce soit une fois de plus un hasard, Roach tentant toutes les combinaisons, après Laurel, hardy et Garvin, c'était au tour de Finlayson, Laurel et Hardy! Du coup, Finlayson se taille la part du lion, ce qui est bien sur en soi très satisfaisant. D'ailleurs, il n'allait pas tarder à avoir de sérieux motifs de mécontentements: en effet, il est chez Hal Roach depuis plus longtemps que nos deux compères, et il sent bien la possibilité du vedettariat lui échapper. Ce sera bientôt chose faite.

Un dernier mot pour les acteurs de cette petite merveille: le grand, l'immense Noah Young, le génial acteur de chez Roach qui a joué les méchants dans deux films sur trois, et dont Chase et Lloyd raffolait (Au point pour ce dernier de faire appel à lui plusieurs reprises une fois parti de l'écurie Roach) que son visage prédestinait à jouer les tueurs fous, s'en donne ici à coeur joie. Je crois que c'est son meilleur rôle... Enfin, l'épouse du juge est interprétée par Viola Richard, une jeune actrice qui fait quelques apparitions chez Roach à cette époque. Elle était par exemple dans Sailors beware!, With love and hisses, et Why girls love sailors. Elle allait continuer jusqu'en 1928 au studio de Roach, et interpréter en particulier son rôle le plus spectaculaire, celui d'une jeune femme qui a perdu tous ses vêtements, dans Limousine love, aux côtés de Charley Chase, un film admirable (Et très drôle, ce qui va de soi). On ne sait pas trop ce qu'elle est devenue depuis...

Do detectives think? (Fred Guiol, 1927)
Do detectives think? (Fred Guiol, 1927)
Do detectives think? (Fred Guiol, 1927)
Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Laurel & Hardy Muet Comédie