Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 18:14
Night owls (James Parrott, 1929)

Un petit chef d’œuvre, et sans aucun doute le meilleur film parlant jusqu’à présent. En deux bobines, nous avons ici un concentré de Laurel et Hardy, aux dialogues réduits à l’essentiel, en compagnie des grands seconds rôles habituels, Edgar Kennedy et James Finlayson. Le patron de la police (Anders Randolph) se plaint au commissariat du fait que de nombreuses personnes de son quartier soient les victimes de cambriolages, et met en cause l’agent Kennedy. Celui-ci, pressé d’agir, monte une combine avec deux vagabonds (devinez), leur proposant de ne pas les emprisonner si ils se livrent à un simulacre de cambriolage qui lui permettra de redorer son blason en faisant semblant de les arrêter. Pour ce qu'il adviendra d'eux une fois arrêtés, il leur demande de lui faire confiance.

Anders Randolph est un acteur de Broadway parfois vu chez Roach, mais aussi chez Harry Langdon (Il interprète le costaud qui amène Harry aux Etats-Unis avec lui dans The strong man). Son valet est joué par un Finlayson toujours impeccable. La scène du « cambriolage » est un exemple de Laurel & Hardy concentré : 15 minutes de gags ininterrompus, enchaînés avec une certaine logique: en bas, alors, que Finlayson veille au grain à l’étage, les deux « cambrioleurs » doivent être le plus silencieux possible: Hardy intime l’ordre de se taire à Laurel, qui fait tomber son sac plein d’argenterie, puis tombe lui-même sur le piano mécanique, le mettant en marche. Le piano, d’ailleurs, ne survivra pas longtemps... le final est un chaos fabuleusement orchestré de bruit désordonnés...

On peut ajouter à ce visionnage celui de Ladrones, du même Parrott: également sorti en janvier 1930, c'est la version Espagnole du film. On prend les mêmes, le même film, et on recommence ! Si on voulait « vendre » du Laurel et Hardy à l’étranger, il fallait qu’ils parlent le langage local. C’est donc avec généralement les mêmes metteurs en scène, sur le même plateau et le même jour que ces versions, rares aujourd’hui, ont été tournées. Dans le cas de Night owls, c’est d’autant plus intéressant que, une fois comprise la situation de base, le reste des dialogues n’a aucune importance. Mais surtout, là ou le film Anglophone dure 20 minutes, celui-ci s’étale sur quatre bobines, totalisant 35 minutes, en ajoutant des gags, et même une fin alternative plutôt bien dans l’esprit. Je pense que le montage de ce film correspond à un premier montage de la version Américaine, raffinée ensuite avant d’être distribué (et sur laquelle on a plaqué une fin moins brillante, mais plus efficace en terme de rapidité). Finlayson et Kennedy reprennent leurs rôles. La construction de ces films alternatifs, plus libres, va probablement pousser Roach à demander plus à ses comédiens fétiches, et le « Trois bobines » n’est pas loin. Et au-delà, le long métrage se profilera bientôt…

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Laurel & Hardy Hal Roach James Parrott