Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 17:44

Bugs Bunny se réveille, et sort de chez lui... les ennuis commencent, car l'animateur est d'humeur joueuse: sa créature va souffrir de mille façons, au gré des changements d'inspiration, des crayons et des pinceaux qui vont être utilisés pour lui donner vie. Comme Bugs Bunny est plutôt râleur, il va tâcher de ne pas se laisser faire...

Bien sur, ça nous rappelle quelque chose, puisque c'est exactement le même principe que Duck Amuck, réalisé par la même unité, celle de Chuck Jones sur un scénario de Michael Maltese. c'est Daffy Duck, l'éternel insatisfait, qui avait cette fois à souffrir de l'humeur farceuse d'un animateur, qui changeait le décor, l'orientation, les couleurs de son plumage, enlevait ou remettait sa tête, le déformait... Et il était révélé à la fin que c'était Bugs Bunny. Ici, le lapin est victime de la vindicte d'Elmer Fudd. Pour le reste, c'est le même principe mais pas le même film, et s'il faut choisir entre les deux je pense que Duck Amuck est meilleur...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Animation Bugs Bunny Looney Tunes