Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 17:03

Un propriétaire de chevaux vend quelques bêtes. Il a demandé pour l'occasion à ses garçons d'étables de faire u peu de musique, car ils ont tous le swing dans la peau... Mais ils lui demandent de ne pas vendre leur cheval favori; ça tombe bien: il le leur donne, parce qu'il est content d'eux... Ils prennent la décision d'inscrire l'animal pour une course prestigieuse, le Hollywood Handicap, mais il doivent vendre leurs instruments pour cela. Lorsqu'on leur demande d'animer une soirée pour un restaurant, ils ont l'idée de remplacer ces derniers par du chant. Puis il gagnent suffisamment d'argent pour financer la participation de leur cheval à la grand course...

Les courts métrages des années 30, du moins ceux des grands studios (Je ne parle évidemment pas des films Hal roach avec Laurel et Hardy, Thelma Todd, ou Charley Chase) sont un domaine d'une pauvreté de tous les instants, sauf ceux de Jacques tourneur qui n'avait pas son pareil pour rendre un pensum éducatif de 10 minutes fascinant et inventif... Alors c'est avec une certaine appréhension qu'on s'attaque au visionnage de ce film, réalisé par un vétéran du nom de Buster Keaton, qui était revenu au studio qui avait vu sa chute en 1932, pour un salaire dérisoire... Il y a tourné trois bouche-trous, dont celui-ci. Il n'est pas vraiment intéressant, et est essentiellement destiné à mettre en valeur le groupe Afro-Américain The original Sing Band, qui imitent des instruments en chantant, d'une part, et à exploiter des images de stars captées sur les champs de courses, d'autre part.

Mais comme Keaton est Keaton, il a réussi à appeler un de ses personnages Canfield.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Buster Keaton