Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:08
Now and forever (Henry Hathaway, 1934)

Ceci est loin d'être le premier film de Hathaway, bien qu'il ait été réalisé dans la troisième année de sa carrière, mais il est notable à plus d'un titre: d'abord, c'est le premier de ses films avec Gary Cooper, avec lequel il allait développer un partenariat plus que privilégié (The lives of a Bengal lancer, Peter Ibbetson, Souls at sea, Garden of evil...); ensuite, c'est l'un des premiers films sortis sous le nouveau code de production de 1934, et enfin c'est l'un des premiers rôles de Shirley Temple. Elle est impeccable, du reste...

L'intrigue commence dans la comédie, avec un couple formé de Gary Cooper et de Carole Lombard. Ils se sont mariés, mais il semble que ce soit pour le pire et le pire: il ne souhaite pas travailler et fait des escroqueries à la petite semaine, et elle s'accommode tant bien que mal de cette philosophie à la petite semaine. Mais Jerry a une idée en or: il va négocier auprès de son beau-frère les droits parentaux qui le lient à sa fille unique, dont il ne connait même pas l'âge! Toni, son épouse, le voit faire les premiers pas dans ce sens avec un certain dégoût, avant de constater que Jerry semble finalement s'attacher à sa fille. Pourrait-elle enfin le changer?

Ce qui est formidable avec Gary Cooper, c'est sa capacité à tout jouer, y compris une fripouille. Le genre de rôle que James Stewart ne tenterait pas avant les années 50, par exemple, mais Cooper les a lui joués dès les années 30: flic ou gangster, escroc ou Longfellow Deeds... Dans ce film, c'est justement à un mélange entre toutes ces tendances qu'on assiste, et Cooper y est touchant en père qui n'a pas l'habitude de la responsabilité, et qui découvre ce que ce terme veut dire. C'est mignon et distrayant, et ça nous rappelle aussi qu'Hathaway, réalisateur de westerns et de films d'aventures, était quant à lui tout aussi versatile... Le film, commencé comme une comédie, vire de façon inattendue au drame.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Henry Hathaway Gary Cooper