Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 10:07

Deux chats (Babbitt et Catstello) ont faim, mais il y a deux problèmes: d'une part, manger, oui, mais manger quoi? D'autre part, si le malin Babbitt, grand et élancé, a de l'intelligence à revendre, le petit grassouillet Catstello est d'une bêtise hallucinante. Les deux vont s'attaquer à une victime potentiellement facile, un canari malingre, qui vit tout seul dans on nid... Ils vont vite déchanter.

Un canari? J'y reviendrai! En attendant, le film est largement occupé par les tentatives désastreuses de Catstello de monter une échelle pour capturer l'oiseau, et les échecs se succèdent de telle façon qu'on pourrait imaginer un concours entre ces deux malheureux chats, et un coyote bien connu. "Babbit et Catstello", bien sur, fait référence à Abbott et Costello, un duo de comiques Américains de très très basse envergure qui avait, de façon incompréhensible, un certain succès à l'époque; comme d'habitude, Bob Clampett fait de ses films un reflet de la culture populaire de l'époque, bonne ou mauvaise. D'ailleurs les chats ne fourniront pas beaucoup de l'intérêt de ce film. On s'intéressera plutôt à l'impeccable et toujours aussi jovialement bordélique animation, dominée par les transformations physiques perturbantes, et le talent de Rod Scribner. On s'intéressera aussi au fait qu'une fois de plus, Clampett fait intervenir le contexte, à savoir la présence de la guerre et du couvre-feu... Et il y a un canari.

Et c'est là que j'en viens à l'historique création d'un animal paradoxal, un canari minuscule, dont on se dit que ce n'est pas possible, il a du avoir une maladie grave étant enfant parce qu'il fait vraiment pitié... Mais il a une énorme batte de base-ball, et c'est une créature infernale. Je me demande d'ailleurs, y compris après des dizaines de films de Friz Freleng le mettant en scène, comment ce génie du mal qu'est l'infâme Tweety Pie (Titi, en Français), peut rester après tant d'années de mauvaises actions, un héros de nos enfants... C'est donc Bob Clampett qui l'a créé, et c'est dans ce film.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Bob Clampett Animation Looney Tunes