Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 16:59

Une comédie, juste une comédie... pas spécialement sophistiquée, et reposant sur un canevas éprouvé, celui d'une association entre deux êtres que tout sépare. Bien sur, l'un d'entre eux sera un Monsieur Loyal que rien n'a préparé à rencontrer l'autre, c'est à dire à affronter l'apocalypse... Et cette comédie a bénéficié au fil des années d'un succès inattendu pour tout le monde, sous l'oeil surpris mais amusé de son metteur en scène...

Le Dr Sheldon Kornpett (Alan Arkin) est un dentiste florissant, qui marie sa fille dans la semaine. Une ombre au tableau, il n'a pas encore rencontré le futur beau-père de sa fille, ce qui le contrarie. Nous, par contre, l'avons vu en action, commanditant un hold up assez spectaculaire. Aussi, quand la rencontre a enfin lieu, nous ne sommes pas trop étonnés que tout ne fonctionne pas très bien entre les deux hommes. C'est Sheldon qui est vraiment hostile, toutefois, son conservatisme ne semble pas gêner Vince Ricardo (Peter Falk), à tel point que celui-ci n'aura aucun scrupule à l'entraîner dans ses aventures plus ou moins louches...

Je sais ce que vous pensez: on dirait du Francis Veber. Eh bien non, c'est un amateur, car ce film offre vraiment le grand jeu, et Alan Arkin fait un "straight man" éblouissant face au cirque hallucinant de Peter Falk... Aucune sensation d'excès, de surjeu ou d'à-peu-près dans une mise en scène totalement dédiée au choc des cultures entre deux hommes, qui sont tellement complémentaires qu'ils deviennent vite inséparables, mais tout est vu du point de vue, bien sur, du dentiste, définitivement pas près à cette rencontre extrême... Remarquez malgré tout que dans ces aventures de banditisme, de terrorisme bancaire, d'espionnage et de mariage (Ouf!), Vince n'est sans doute que le plus normal des protagonistes. Regardez en particulier vers la fin l'irruption de Richard Libertini en General Garcia (il s'appelle tellement Garcia qu'il a une cicatrice en forme de Z sur la joue!). Il est à mourir de rire...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie