Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 16:19

Avec ce nouveau film, Arbuckle reprend partiellement son sérieux, qu'il avait totalement jeté aux orties lors de la réalisation du chaotiquement sauvage Moonshine. Ce qui n'empêche pas le réalisateur et son équipe d'avoir recours à des clowneries, des gags idiots et des trucs... Dont le plus ancien au monde, celui du rêve. Keaton prend de plus en plus d'importance sur ce film, aussi, dans lequel comme d'ailleurs Al St-John, il a deux rôles: une petite apparition de rien du tout, totalement déguisé, mais aisément reconnaissable à ses acrobaties, puis dans le rôle important du directeur d'une clinique...

Tout commence par une de ces journées dont le sud de la Californie semble avoir le secret dans les comédies burlesques muettes: il y pleut énormément... Mais Roscoe "Fatty" Arbuckle n'en a cure: il est déjà trempé à l'intérieur... imbibé, saoul, quoi! Il rentre chez lui après deux ou trois bêtises, et son épouse qui n'en peut plus décide de le faire soigner dans le sanatorium du bon Dr Hampton (Buster Keaton). L'endroit est intéressant (...Et s'appelle la Clinique "No Hope", soit "sans espoir"!), sitôt arrivé, Arbuckle y est accueilli par une patiente (Alice Lake) que le médecin lui présente comme étant folle, et qui se jette à son cou pour l'embrasser. Mais ce n'est qu'après qu'on ait endormi Roscoe que la fête commence vraiment...

L'intrigue, il fait bien le reconnaître, vole en éclats après l'arrivée de notre héros à la clinique, et on y assistera à des gags joyeux, orchestrés avec la complicité non seulement de Keaton, de Al St-John en infirmier avec une incroyable coupe en brosse, mais aussi de Katie Price, la future partenaire de Keaton dans Our relations. Ce n'est certes pas la meilleure comédie du monde, mais ne boudons pas notre plaisir...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Muet Buster Keaton Comédie