Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 17:03

Ce film est le quatrième court métrage de Arbuckle réalisé lors de l'absence de Buster Keaton à la fin de la première guerre mondiale. On a le sentiment, d'une part, que Buster manque sérieusement, son rôle étant pris par Monty Banks, et d'autre part que Arbuckle revient à ses premières amours, en réalisant un film qui prend sa source dans le même comique rural que, disons, l'admirable moyen métrage Fatty and Mabel adrift, de 1916. C'est un fort bin film, et il est, de toute façon, aussi rendu essentiel par le fait que, des six films effectués lors de la période, seuls deux ont été conservés: l'autre est Camping out.

Roscoe se rend dans un improbable chariot (Une caisse à savon, littéralement), à la ferme de ses voisins, retrouver la femme de sa vie, la jolie Winnie (Winnifred Westover). Son rival Al aussi! Et celui-ci a un atout, comme il le prouve au rude père (Frank Hayes), car il vient avec des terres... La concurrence est rude, et passe dans un premier temps par des bourre-pifs, avant de dévier en ruse, lorsque Arbuckle arrive à la ferme déguisé en nouvelle cuisinière, pour contrecarrer le mariage arrangé ultra-rapidement entre Al et sa belle...

Le film est organisé autour d'une intrigue classique, après tout, et si Monty Banks manque singulièrement de substance (Il joue le garçon de ferme, antagoniste, puis ami, du héros), la lutte entre Al St-John et Arbuckle est comme il sied particulièrement féroce. L'ombre de Keaton plane sur le film, lorsque une bagarre de balais dégénère en n'importe quoi généralisé, mais un gag répétitif de cinq minutes durant lesquelles l'opération qui consiste à repêcher Frank Hayes (Le futur Grannis de Greed) tombé dans le puits, se transforme en une série sans fin de chutes du dit acteur, au fond du puits sus-mentionné... Et c'est tout bêtement drôle. Pour finir, comme dans Fatty and Mabel adrift, Arbuckle se laisse aller à un peu de poésie cinématographique en montrant un très joli gros plan de sa très jolie leading lady...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie Muet