Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:00

Il y a une sorte de recadrage nécessaire dans cette quatrième saison, ce qui oblige les spectateurs fidèles à s'adapter. Le lycée, c'est fini (Et détruit du reste!), les rôles de chacun sont changés à jamais: ainsi, de nos quatre protagonistes restants (Buffy, Willow, Xander et Giles), seules deux vont à l'université, Xander ayant décidé sagement de tenter de rentrer dans la vie active, et Giles ayant doublement perdu son poste: "viré" par le conseil de observateurs, et documentaliste d'un lycée qu'il a lui-même contribué à faire exploser. Sachant que Willow a une vie sentimentale assez intense, et Buffy une tâche lourde à accomplir, on comprendre pourquoi cette saison nous parle essentiellement de séparation, du carrefour situé à ce moment crucial d'un jeune adulte: fini le lycée et l'enfance, bonjour la suite... Mais cette séparation va prendre de multiples formes.

C'est une saison virtuose, pauvre en épisodes mineurs, et qui grandit sensiblement avec ses personnages. On sent bien que Whedon cherche à changer son public... du coup, c'est plus sombre, plus varié aussi, et la division entre le bien et le mal change: l'ennemi principal ici est une structure gouvernementale et militaire qui fait concurrence à Buffy et ne s'embarrasse pas de scrupules. Ce qui ne va pas simplifier les choses, bien sur, c'est que Buffy va se laisser séduire par l'un des membres de la dite organisation, le charmant Riley Finn (Marc Blucas), qui ressemble à s'y méprendre à un brave garçon de l'Iowa... le premier petit-ami normal de Buffy!

Si Xander, de son côté, s'affiche en couple avec l'hilarante ex-démon Anya, et Giles a, mais oui, une vie sentimentale avec la jolie Olivia (Phina Oruche, dans trois épisodes), ce sont malgré tout Oz, Spike et Wilow qui remportent la palme: Oz, d'abord, qui va terminer sa participation à la série dans un ensemble d'épisodes, est finalement beaucoup plus compliqué en tant qu'être humain qu'en tant que loup-garou, ce qui va bien sur rejaillir sur Willow. Celle-ci va trouver, de façon inattendue, dans la timide Tara (Amber Benson) la possibilité d'une nouvelle vie. En continuité avec le thème global de la féminité qui court sur les sept saisons, bien sur... De plus, avec ses nouveaux pouvoirs, Willow échappe désormais à ce qui était son lot: la mise en danger permanente... Et Tara, timide, mal à l'aise et gauche, est parfaite pour devenir la victime potentielle des vampires, monstres, et autres loup-garous... Spike de son côté, se retrouve brièvement entiché de Harmony, devenue une vampire à la fin de la saison 3. ce qui confirme ce qu'on soupçonnait depuis longtemps: oui, William the bloody aime les blondes... Et en cerise sur le gâteau, le vampire est désormais inoffensif pour les humains, ce qui va contribuer à le rapprocher de ses ennemis.

Une saison de Buffy sans petits mystères ne serait pas complète, pas plus qu'on ne l'imagine sans retour en arrière. On verra donc ça et là des apparitions de Angel, bien sur, de Faith, mais aussi de Joyce Summers. Mais les petites énigmes valent leur poids, et la plupart seront résolues dans la cinquième saison: que voulait dire l'étrange compte à rebours dans le dernier épisode de la saison 3, rappelé dans le dernier de la quatrième à travers le chiffre 730? Pourquoi faire un lit (Vu ou mentionné dans les rêveries de deux épisodes en question)? Et lorsque Buffy croise en rêve la toute première tueuse de l'histoire, elle prend tout à coup une place mythologique plus fantastique que jamais, devenant la première et la seule à triompher du mal en se faisant aider de... sa famille, le maître-mot de cette excellente série.

Et pour finir de convaincre que cette saison, parfait mélange d'une thématique intelligente et de pulp, est exceptionnelle, on y trouve les extraordinaires épisodes Hush, Superstar et Restless.

1 The freshman (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

L'arrivée de Buffy, Willow et Oz à l'université; l'épisode est largement consacré à l'incertitude de Buffy, dont les doutes sur l'avenir se transforment en doute tout court.

Par ailleurs, qui sont ces soldats masqués, qui la nuit enlèvent les vampires ?

2 Living conditions (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Grossman)

L'équipe installe le nouvel environnement. Ca passe par des épisodes plus anecdotiques, mais qui tous font progresser le petit mystère soulevé lors du premier épisode. Dans celui-ci, Buffy affronte seule (Personne ne la croit) une co-locataire diabolique... dans un mélange de pulp et de pure banalité : il sera question ici de frigo, de musique et d'ongles d'orteils...

3 The harsh light of day (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par James Contner)

Les vampires sont toujours là, et la nouvelle Harmony est de retour... avec Spike ! Alors que Buffy rencontre Parker, un séduisant jeune homme, elle doit une fois de plus lutter contre son principal ennemi, à la recherche d'une bague qui pourrait le rendre invulnérable. Classique...

4 Fear, itself (Ecrit par David Fury, dirigé par Tucker Gates)

Cet épisode de maison hantée est un joyau du genre, mais sa conclusion (Qui remet le nouveau « Scooby gang » ensemble, c'est à dire Giles, Willow, Xander, Oz et la nouvelle recrue Anya) qui les voit affronter le terrible démon de la peur, permet au moins de constater qu'ils ont grandi.

5 Beer bad (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par David Solomon)

Buffy est tellement mal suite à sa désastreuse rencontre avec Parker qu'elle se laisse convaincre par l'invitation de quelques étudiants de noyer son chagrin dans la bière. Un épisode qui rappelle que tous les hommes, finalement, ne sont que des Néandertaliens...

6 Wild at heart (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Grossman)

Oz n'est pas le seul Loup-garou du campus, et l'apprend d'une manière embarrassante... Ce qui aura pour conséquence son départ. Un avantage, malgré tout : les histoires de loup-garou, c'est toujours soumis à des maquillages qui sont d'une absolue laideur, et Buffy ne fait pas exception.

7 The initiative (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par James Contner)

On en vient enfin à la question qui s'impose : mais qui sont ces militaires en armes qui rôdent la nuit et enlèvent les monstres ? Episode de haute volée, dans lequel Spike se découvre un handicap de poids. Par ailleurs, il figure désormais au générique de la série...

8 Pangs (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par Michael Lange)

Thanksgiving: Buffy qui tente de se forger une vie normale en organisant la fête tout en bourrant les pifs! Spike est désormais inoffensif, et est sous la protection de Giles; une tribu Indienne revient d'entre les morts pour se venger, et le tout est complété par le premier cross-over entre Buffy et Angel!

9 Something blue (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par Nick Marck)

Buffy (Qui revient de LA) va tomber victime, comme tous ses amis, d'un sort que Willow, qui ne parvient pas à gérer l'absence de son petit ami, ne contrôle plus. Beaucoup de moments anthologiques...

10 Hush !(Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Celui-ci parle de communication, et c'est sans doute l'un des meilleurs épisodes de toute la série, les sept saisons confondues... J'y reviendrai plus en détail. Disons qu'il y est question de se battre contre des démons qui vous ont enlevé la faculté de parler, voire... de hurler.

11 Doomed (Ecrit par David Fury, Marti Noxon, Jane Espenson, dirigé par James Contner)

Une intrigue de démons qui, une fois de plus, déclenchent une apocalypse qu'il va falloir contrer, cache à peine le fait que cet épisode montre la difficulté pour Buffy d'avoir un petit ami (Riley Finn), qui lui-même fait partie d'un commando anti-monstres, et d'effectuer sa mission en bon ordre.

12 A new man (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par Michae Gershman)

Giles s'isole de plus en plus et ressent avec rancoeur le fait que Buffy semble accorder plus de crédit à Maggie Walsh et l'Initiative, qu'à son observateur. Alors quand il se réveille, transformé en démon et impossible à reconnaître, le vase déborde... Une première dans la série : c'est la première fois que Giles a « son » épisode... qui l'oblige à faire équipe avec Spike !

13 The I in team (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Buffy prend très à cœur son arrivée au sein de l'Initiative, et en prime au plus près de Riley. Elle délaisse ses copains, son observateur, à tel point que Willow va chercher refuge auprès de sa nouvelle amie Tara. Mais Maggie Walsh, qui traficote des trucs en secret, veut-elle vraiment le bien de Buffy ?

14 Goodbye Iowa (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Solomon)

Les conséquences de la tentative d'assassinat de Buffy par Maggie Walsh, du meurtre de cette dernière par la créature Adam, et de la fuite enfin du monstre, sont variées, mouvementées, intéressantes. Willow et Tara se rapprochent de plus en plus, Riley perd les pédales... On en profite pour lancer un salut appuyé au Frankenstein de James Whale avec la créature Adam.

15 This year's girl (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par Michael Gershman)

Une revenante : Faith sort du coma ! Non sans avoir une fois de plus partagé le même rêve que sa rivale, Dans lequel il est question de faire son lit, de la rancune de Faith d'avoir été poignardée, et aussi d'une mystérieuse « petite soeur ».

Faith finit, grâce à un gadget légué par Richard Wilkins, par échanger sa personnalité avec celle de...

16 Who are you ? (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

...Buffy n'est donc plus Buffy. Très bel épisode, dense et riche en interrogations. Pendant que Buffy/Faith doit lutter pour prouver qu'ele n'est pas la tueuse pirate, Faith/Buffy, sous son nouveau déguisement, essaie de semer la pagaille dans la vie de sa concurrente en profitant de lui avoir volé son apparence, mais ressent un besoin de faire la justice, qu'elle ne connait pas mais qui finit par prendre toute la place en elle.

17 Superstar (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par David Grossman)

Le générique a changé, et en fait tout a changé. La seule chose qui semble en continuité avec le reste de la saison, c'est que nos héros sont bien nos héros avec leurs problèmes (Les conséquences du passage de Faith dans leur vie, la menace d'Adam, des vampires et des monstres, etc), mais ils sont éclipsés en tout par l'extraordinaire génie de... Jonathan. Danny Strong s'est fait plaisir, et ce script très malin rappelle que le mal peut venir de partout, que décidément, tout a des conséquences.

18 Where the wild things are (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par David Solomon)

Un petit ratage. A force de vouloir trop en faire, l'équipe se plante en créant un épisode de maison hantée non par des fantômes, mais par des pulsions érotiques incontrôlables. Buffy et Riley passent tout l'épisode au lit... La température monte, mais on s'ennuie, à part dans un moment de pur bonheur : Willow, Tara, Xander et Anya découvrent Giles chantant Behind blue eyes dans un café, et ils en restent bouche bée... et un peu embarrassés.

19 New moon rising (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par James Contner)

Oz revient, et se retrouve confronté à une situation inattendue : il a été remplacé dans le cœur de Willow par Tara... Qui elle-même n'en est pas très sure.

Et Buffy découvre donc que Willow a un amour "contre nature" . Sa réaction nous confirme une impression déjà forte : elle est un peu conservatrice, pour quelqu'un qui s'affiche avec des créatures surnaturelles, non ?

20 The Yoko factor (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par David Grossman)

Whedon a tourné cette fois le curseur des forces du mal dans une direction inattendue, qui met un beau désordre dans le monde auparavant si tranché de Sunnydale.

Le titre est une allusion à Yolo Ono et sa supposée responsabilité (d'ailleurs démentie) dans a fin des Beatles : Adam cherche à éloigner nos héros les uns des autres, et utilise Spike pour parvenir à ses fins. En coulisses, Angel revient...

21 Primeval (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Puisque on cherche à les désunir, les héros vont s'allier enfin, de nouveau, par la magie: sous la haute responsabilité de Giles qui trouve enfin quelque chose à faire au-delà de son rôle limité de conseiller, ils s'unissent en Buffy pour être tout-puissants, et défaire Adam... Episode rempli, hautement satisfaisant, qui laisse quelques mystères pour le 22e, et qui par contre clôt l'intrigue de la saison. Donc pourquoi un 22e ?

22 Restless (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

...Parce que si le thème de la saison est bien la séparation, il convient aussi d'examiner le cas de chacun des protagonistes, d'où ce merveilleux moment passé à voir les rêves respectifs de Willow, Xander, Giles et Buffy. Ils sont riches en notations magnifiques sur le caractère de chacun, l'insécurité de Willow, les angoisses de Xander quant à son avenir, et l'omniprésence du sexe dans son esprit, la difficulté de Giles à se voir comme autre chose qu'un professeur décalé par rapport à ses élèves … De son côté, Buffy reçoit la clé de l'énigme : leurs rêves sont tous envahis par un personnage mystérieux, l'esprit de la première tueuse qui a été 'dérangée' dans son sommeil éternel par le sort utilisé lors de l'épisode précédent. Tout a une conséquence, certes, mais tout est aussi annoncé. On parle, dans ces rêves, d'un certain nombre d'éléments futurs.

L'épisode, et la saison, se terminent donc sur un mystère : Buffy réalise, sans le comprendre, que Joyce a réaménagé une chambre.

Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)
Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)
Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Joss Whedon TV