Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 09:55

Gus Lobel (Clint) est un ancien joueur de base-ball, devenu recruteur par la force des choses, et de son (grand) age. Il est inquiet, car sa vue baisse et il n'envisage pas d'arrêter son travail. Il arrive à un tournant, car le club professionnel qui l'emploie doit recruter un jeune joueur, et Gus va être envoyé en Caroline du Nord pour donner son avis sur une possible recrue. Sa fille Mickey (Amy Adams), une jeune avocate qui s'est éloignée de lui, décide de l'aider en l'épaulant sur le choix, et ils vont tous les deux rencontrer un jeune recruteur, Flanagan (Justin Timberlake), un ancien joueur, qui a de l'affection pour Gus, mais plus encore pour Mickey. Bien qu'ils soient concurrents, Gus va donner de précieux conseils à son jeune collègue, et Mickey va être prise dans plusieurs dilemmes: aider son père qui semble tout faire pour la rejeter, ou pas? Continuer la vie d'avocate en travaillant pour des firmes qui la traiteront toujours en femme avant tout, ou laisser libre cours à sa passion pour le sport? ...et enfin, bien sur, Flanagan ou pas Flanagan?

Dans cet unique film en vingt ans qui soit une production Malpaso avec Clint Eastwood mais sans qu'il l'ait lui même réalisée, le "studio" semble préparer la relève! Rob Lorenz, collaborateur depuis vingt ans (Assistant et producteur), se lance en effet dans la réalisation "à la manière de"! Bon, le résultat, ans surprise, reste un film Malpaso typique, tout en étant peut-être un peu plus léché, un peu plus pro que les films du patron. On connait le goût de Clint Eastwood pour la première prise. En choisissant une comédie légère avec vieux bougon qui veille depuis les coulisses sur sa fille et l'élu potentiel de son coeur, Lorenz n'a pas réalisé un film révolutionnaire, mais il se laisse regarder, comme une plongée rassurante dans le quotidien Américain d'une petite communauté, celle du base-ball, obsédée par ses calendriers, et gardée par des recruteurs qui connaissent leur métier et refusent tout progrès. Aucune surprise, donc, dans le fait que le rôle du méchant, dévolu à Matthew Lillard (Sammy dans Scooby-doo, pour situer), soit celui d'un recruteur "moderniste", qui ne se déplace jamais pour aller voir les matchs; bref, un con. Et il l'est tellement qu'on se demande d'ailleurs comment personne (Pas même le copain de Gus, interprété avec bonhomie par John Goodman, certes en service minimum, mais je préférerai toujours Goodman en service minimum à Isabelle Huppert même quand elle essaie d'avoir du talent) ne s'en est jamais aperçu.

Voilà qui prouve que ce film Malpaso est bien un film Malpaso, jusque dans l'approximation un peu limite. Mais on y retrouve aussi des thèmes habituels des films d'Eastwood: la vieillesse et les haltes occasionnelles qu'elle impose, la difficile question de la parenté, et aussi le danger permanent qui menace les enfants, de plus en plus présent depuis Mystic river et The changeling.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Clint Eastwood Comédie