Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 18:30

Ce film est une cause célèbre, dans l'histoire du cinéma. Tout ça à cause de la Vérité... je m'explique: Hypocrites débute dans une communauté des Etats-Unis contemporaine de la sortie du film. Durant l'office, le pasteur commet un sermon accusateur qui pourfend l'hypocrisie de ses paroissiens. Ce qui a pour effet de les liguer contre lui. Laissé seul, il laisse son esprit vagabonder, car il a lu l'histoire d'un prêtre, l'ascète Gabriel, qui avait souhaité exposer les habitants de sa région à une statue de la vérité... nue comme au premier jour. Il avait tout bonnement été tué par la foule en colère...

Le pasteur alors s'imagine, accompagné d'une version vivante de la statue, passant de salon en salon pour aller montrer à tous qu'ils vivent dans le pêché... Mais il est retrouvé mort le lendemain, seul dans l'église.

D'une part, si le film a rencontré le public à sa sortie (la distribution, incidemment, était prise en charge par la Paramount, donc la plus grosse structure de l'époque, on pouvait leur faire confiance pour que le film soit montré partout), il laisse un peu perplexe aujourd'hui, d'abord parce que comme à chaque fois qu'un film muet cherche à nous montrer le pêché, il nous montre essentiellement des gens en train de s'amuser, pas beaucoup plus... mais surtout les intentions de Lois Weber ne sont pas très claires.

Et puis surtout, il y a sans doute un peu d'hypocrisie, justement, à s'assurer qu'un film qui condamne le pêché sera un gros succès dans les salles et rapportera beaucoup d'argent, en y montrant à de multiples reprises une femme totalement nue qui dans les scènes allégoriques représente, donc, "La Vérité". C'est facile, et ça rapporte.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Muet 1915 Lois Weber