Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 09:55

La propagande à travers les dessins animés, c'est l'un des paradoxes les plus étonnants de ces années 40. Et aucun des grands acteurs du genre n'est épargné: les Fleischer envoient Superman batailler contre les nazis, Disney prend en charge une grande partie de l'effort pédagogique de guerre avec des cartoons produits spécialement, ce que les frères Warner font aussi, tout en lançant dans leurs séries de films, Looney Tunes et Merrie Melodies, des cartoons voyant Bugs Bunny ou Daffy Duck combattre les Japonais (Bugs Bunny nips the Nips de Friz Freleng, notamment). La MGM n'est évidemment pas en reste, et on pourrait citer le célèbre Blitz Wolf de Tex Avery, qui représente le très grand méchant loup Adolf contre trois petits cochons. Mais ce film est quelque chose de spécial, une halte intéressante au milieu de cette situation chaotique, dont les débordements (notamment racistes, il fait voir ce que les Japonais se sont pris dans la figure! Les nazis, c'est pas grave, on peut cogner, d'ailleurs si vous voulez mon avis on en aurait bien besoin aujourd'hui, mais c'est une digression) sont aujourd'hui gênants à voir.

The Yankee Doodle Mouse nous présente une bataille générique entre Jerry la souris, qui combat vaillamment les tentatives du chat Tom de l'attraper, et de la manger. Et il utilise à cet effet des techniques de système D très élaborées, parmi lesquelles on remarquera des capsules de bière pour le casque, une rape à fromage (Qui est une arme d'attaque, sous la forme d'une Jeep agressive, voyez le film) des pétards de tailles diverses, et utilise de la farine pour créer un écran de fumée. Tom fait bien ce qu'il peut mais la lutte est inégale. Le tout stué dans la maison habituelle se terminera à l(avantage de Jerry, qui envoie un message à "ses supérieurs" "Envoyez d'autre chats!"... Voilà pour l'esprit de l'époque; 

Mais à aucun moment, et c'est ce qui fait le prix de ce court métrage de propagande paradoxal, on ne verra ni Tom ni Jerry figurer l'un des acteurs du conflit en cours. Aucune allusion (Si ce n'est un malencontreux drapeau 'Stars and stripes' vers la fin) à la seconde guerre mondiale, et enfin, Jerry n'est ni un GI ni un Marine ni l'Oncle Sam, et Tom n'est pas Hitler. on a échappé au pire... Le but du film est de galvaniser les troupes en présentant, comme d'habitude, la lutte du chat et de la souris comme une version modernisée du match David contre Goliath.. Et c'est diablement efficace!

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Animation