Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 18:05

Le vieux Pearson (J. Edwin Brown), un vétéran de la Guerre de Sécession se plaint tout le temps, dans la maison de retraite où il vit: tout est toujours plus beau chez son neveu (Charles Hammond)... Il passe donc son temps à tout critiquer... Parallèlement, sa famille se dit qu'il y a de la place dans leur maison: ils vont donc lui proposer de vivre avec eux: le neveu, donc, so épouse (Katherine Griffith), son fils, une jeune pasteur (Alva Blake), et sa fille (Mary Walcamp)... Ce qui aurait pu tourner au conte de fées pour le vieil homme va tourner au cauchemar pour la famille, qui voit arriver un vieil aigri qui se mêle de tout...

En deux bobines, Lois Weber, auteure du scénario et co-metteur(e?) en scène non créditée comme c'était l'habitude à la prude Universal qui ne se voyait pas créditer une femme d'une telle responsabilité, passe de l'évocation respectueuse des vétérans, à la comédie cruelle. Rappelons qu'en 1916, beaucoup de septuagénaires survivent, qui ont participé à la fameuse guerre civile. Ils font partie du décor... Le personnage de Pearson est intéressant, parce qu'il pourrait avoir tous les aspects de la caricature, surtout quand il vient chez le neveu et commence à donner son avis à tort et à travers, chamboulant chacun dans ses habitudes: par exemple, il signale à son petit neveu qu'il ne doit certainement pas avoir beaucoup d'autorité en ministre du culte, il dit à l'épouse de son neveu que son mari passe vraiment beaucoup de temps à son club, et il montre à la petite-nièce que son fiancé n'est pas assez grand... Mais il est attachant, et la fin du film en fait tendrement le héros.

Mais de toute façon, ce que voulait Weber, c'est sans doute beaucoup plus évaluer la dynamique familiale qu'autre chose, et l'enjeu dans ce film va vite devenir de dépasser la crise (Durant laquelle tout le monde se fait la tête), en se découvrant vraiment comme une famille unie. Le tout est un joli film, en tout cas, qui témoigne une fois de plus de la vitalité du cinéma de Lois Weber, et de l'étendue de sa gamme.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Muet Lois Weber