Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 15:41

Ce film est parfois attribué à Del Lord, et s'il est vrai qu'il est difficile de savoir le fin mot de l'histoire, il aurait pu en effet faire partie de son oeuvre: il y est question, après tout, de poursuite et d'action sur route, avec beaucoup, beaucoup de gags idiots. Mais Eddie Cline, fait-il le rappeler, sortait de trois années aux côtés de Keaton, durant lesquelles les deux hommes avaient parfait leur science du gag spectaculaire, et après tout il me semble tout à fait plausible que le film soit de lui. Tout ça pour dire qu'à Sennett, les choses n'étaient jamais simples dans la mesure où les metteurs en scène étaient rarement mentionnés... 

L'intrigue est mise en route par une demande: une riche héritière (ou du moins le croit-on) souhaite se marier avec l'homme à la plus belle moustache. Les prétendants sont nombreux, mais c'est Billy Bevan qui gagne. Il regrettera assez vite car la dame, contrairement à s jolie fille, n'a pas un sou.  Néanmoins il va essayer de montrer son bon coeur, et son sens des affaires: il achète un bungalow. C'est celui-ci qui va donner tout son sens au titre, en prenant à un indescriptible moment la poudre d'escampette...

Un gag résume à lui tout seul à la fois l'humour à la Senett le sens pratique de tous ces gens, et le ton particulier de ces productions: à la plage, Bevan tente le tout pour le tout pour empêcher son bungalow en bois de s'écrouler. L'une des parois, pourtant, tombe sur le sol, et fait s'envoler les robes d'une troupe de jeunes femmes qui passaient par là. Heureusement, elles portent toutes un maillot de bain, autre marque de fabrique du studio...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli