Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 19:01

Radnor (Pour info, oui, le réalisateur de ce film est bien le Ted Mosby de la série How I Met Your Mother, et non il n'a pas "produit" le film, cessons de confondre les postes, svp) s'est un peu pris pour Woody Allen, là... Rassurez-vous, je ne veux pas dire qu'il a réalisé un film indigent qui pompe tout sur le pire de Bergman et l'oeuvre répugnante (Oui, c'est un point de vue, c'est le mien) de Fellini en multipliant les fautes techniques et les micros-dans-le-champ, non non: il a fait un film qui tente d'accumuler les numéros d'acteurs réunis dans une intrigue aux fils parfois un peu lâches. Mais au moins les gens dont on nous narre les aventures sont des gens normaux, pas des dramaturges, des écrivains (Même si le héros du film aspire à cette fonction), etc... 

Alors parfois on s'ennuie un peu, et puis parfois il y a un peu de magie. Les dialogues sont souvent un peu légers, mais les acteurs s'en sortent bien: Radnor est parfaitement à l'aise dans le rôle d'un écrivain raté qui cherche par tous les moyens à se distraire lui-même de sa destinée, alors pourquoi ne pas improviser l'adoption illégale d'un gamin en fuite! Malin Akerman est convaincante en jeune femme avec un sérieux complexe de la relation, due à une maladie qui la prive de système pileux, et bien sur Zoe Kazan en jeune cousine de Radnor qui découvre le dilemme de son partenaire qui voudrait quitter New York pour la Californie, à un fort mauvais moment, car leur couple est en danger et elle vient d'apprendre qu'elle est enceinte. Ces deux-là fournissent avec talent les engueulades épiques propres au genre. Maintenant, on va être clair, le film a fait un flop, et on comprend un peu pourquoi...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie