Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 19:10

Après le grand bruit généré par la sortie de ce film au printemps 2014, on constate quand même que tout ça pour ça... Qu'il est loin le temps où Singer faisait oeuvre de révolutionnaire en osant prendre de front le mythe aussi plastique que thématique des X-men, les rebelles et résistants en skaï jaune fluo, et redonnait des lettres de noblesse à une saga de super-héros au premier degré. Il fait écho à son premier film ici avec un début qui rappelle l'allusion aux camps d'extermination, pour tomber ensuite dans le tout-venant: des effets spéciaux, des voyages dans le temps et des mutants qui ne servent pas à grand chose, si ce n'est à apparaitre deux minutes voire moins, faire leur show, et puis s'en vont. La concurrence musclée avec les autres Marvel (Ceux sui sont sous l'écurie Disney) tourne au ridicule, mais de toute façon, en matière de scénario bien ficelé, de personnages qui flirtent avec le second degré et même, pardon Bryan, de mise en scène (Il baisse le gamin, il commence à ressembler à Luc Besson), la lutte est inégale. Singer en fait trop, ou pas assez, son premier degré finit par virer au ridicule, et encore une fois, Hugh Jackman est caricatural. C'est dommage, mais décidément X-Men, c'est gentil, mais on ne fera sans doute pas mieux que X2 (Singer) et First class (De Matthew Vaughn, le jeune prodige qui monte)... 

Et puis l'intrigue avec voyage dans le temps dans laquelle tout est bien propre, bien rangé, c'est pas bien ça: un film avec voyage dans le temps, c'est fait pour donner mal à la tête! Pour compliquer le tout mais pas le paradoxe temporel hélas, Singer, qui a si souvent dit qu'il ne ferait jamais de director's cut, vient d'ajouter une nouvelle version, pas beaucoup plus convaincante, à ce qui reste un film de transition. Un peu plus de liberté, certaines scènes incontournables (La scène mythique dans la cuisine, par exemple) et bien sur les moments hautement ridicules durant lesquels Halle Berry, en pose super-héros, déclenche la tempête de la mort qui tue... Basiquement, c'est le même film. Bon, on l'aura sans doute assez vite oublié, hein!

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Science-fiction