Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 08:57

En France, on ne sait plus comment vendre un film... A plus forte raison une comédie. Ce film au demeurant pétri de qualités est aujourd'hui vendu comme, je cite, une comédie hilarante, et une bande-annonce le fait passer comme une comédie sentimentale à l'Américaine... Rien à voir pourtant.

Victoria (Virginie Efira) est avocate, mère de deux charmantes filles dont elle ne s'occupe pas vraiment: elle n'a pas le temps. Comme elle ne sait plus trop où elle va, elle consulte des magnétiseurs, voyantes et autres psys, afin de mettre de l'ordre dans sa vie... et son ex-compagnon, un écrivain, lui taille un costard dans une publication à succès sur un blog. Comme si tout ça n'était pas suffisant, deux nouveautés lui tombent dessus lorsqu'elle se rend au mariage d'une amie: d'une part, l'un de ses meilleurs amis (Melvil Poupaud) est soupçonné par sa compagne d'une tentative de meurtre, en pleine confusion du mariage (Vous savez, ces cérémonies déplaisantes où tout le monde consomme des quantités impressionnantes de breuvages inutiles et qui rendent complètement con); d'autre part Sam (Vincent Lacoste), un ancien client qui se trouve être à la même fiesta, sollicite une aide de sa part, et elle l'engage comme jeune homme au pair...

A partir du moment où Sam entre dans la vie de Victoria, on n'attend plus que l'inévitable rapprochement entre les deux. Il viendra bien, mais tardivement, et ce ne sera pas le feu d'artifice qu'on attendrait normalement... Justine Triet l'a bien dit, elle a choisi une approche de comédie, mais elle est partie d'une situation de drame, plus que d'autre chose: son film nous parle de l'aliénation d'une femme qui travaille. Et Virginie Efira cumule les casquettes: mauvaise mère, accro aux médicaments (ce qu'une voyante lui fait remarquer avec insistance), plus aussi pointue dans son boulot d'avocate qu'elle aurait pu l'être, et sentimentale au mauvais moment: elle ne souhaite pas défendre son ami accusé de meurtre parce qu'il ne va lui apporter que des ennuis, mais elle n'arrive pas à lui dire non.

Bref, tout ça sonne dangereusement comme un de films français blêmes dans lesquels les gens s'engueulent à tour de bras en jetant les assiettes et en se lançant des "putains" et des "merdes", n'est-ce-pas, ça fait tellement vrai? bref, un film français! Mais Vincent Lacoste, avec son éternelle adolescence, est jeté là-dedans, comme un lutin, et ça change tout... Pour le meilleur: d'une certaine manière sa seule présence rend le film intéressant... Donc, "hilarant", non. "Déjanté", cet ignoble adjectif qui ne veut plus rien dire, encore moins. Mais ça en vaut la peine...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie