Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 10:38

Circulez, il n'y a rien à voir...

Pas assez détaillé? Bon: disons que ce film est typique d'une certaine production française, à l'époque de l'arrivée du parlant, quand il fallait absolument faire passer le plus de dialogue possible au cinéma, et qu'on s'est résolu à simplement transposer les succès boulevardiers à l'écran. Malgré les efforts de l'adaptateur-dialoguiste (Limités, puisqu'on y reprend par ailleurs quasi in extenso une pièce de théâtre) pour sortir de l'environnement confiné de la pièce, ce film est d'un ennui mortel, et le doit à plusieurs facteurs: le style 'ciel mon mari' n'a d'intérêt que chez Lubitsch parce que lui n'a jamais oublié de faire du cinéma. Ici, c'est indigent. Carmine Gallone parle-t-il le français? J'en doute au vu des erreurs et auto-corrections que se permettent les acteurs dans ce film, et surtout on ne comprend pas un traître mot de ce que dit Elvire Popesco du début à la fin du film, ce qui est en réalité une prouesse: elle jouait le rôle au théâtre depuis 8 ans...

Enfin le personnage principal est interprété par l'un des plus mauvais acteurs que j'aie vus... A tel point que je n'ai même pas envie d'aller chercher son nom. 

Bref: le seul intérêt (relatif) de ce film est d'avoir été le baptême du feu de Clouzot au cinéma. Vous le trouverez peut-être ça et là dans une ou deux scènes... C'est bien peu.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie Henri-Georges Clouzot