Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:09

Porky Pig rejoint avec ce film le cercle très fermé des comédiens ayant interprété un pompier... Parmi lesquels Chaplin dans The fireman, en 1916. Ce n'était pas son meilleur film, mais de toute façon l'inspiration ici est plus située du côté de Mack Sennett, avec l'intervention des pompiers pour combattre le feu qui menace un immeuble imposant, et de nombreuses personnes à sauver: typiquement pour Frank Tashlin, le début est marqué par la vitesse et un désir de faire du cinéma, du vrai, avec son rythme, son montage, ses pleins et ses déliés; a voiture de pompiers fonce droit devant elle, on voit l'incendie au loin, mais la course folle s'arrête pour faire passer une famille de chats...

Pour le reste, c'est un impressionnant festival assumé de mauvais goût et de gags politiquement incorrects: une dame en surpoids qui demande à "ce qu'on la mette sur la rue" se retrouve jetée dans le vide par le pompier (Particulièrement obtus, voire bas du front) venu la secourir. Ce dernier a par ailleurs un problème de communication: quand Porky lui dit d'ouvrir l'eau, il se déplace lentement (Mais alors vraiment lentement!) jusqu'à lui pour demander de répéter, puis retourne aussi lentement vers son robinet... Un homme qui tombe à toute allure traverse un nuage de cendres, et en ressort en blackface, mais bien moins lentement... Quand le film se termine, que l'immeuble n'est plus qu'un souvenir (Images accompagnées de la sonnerie aux morts), c'est le feu qui triomphe... Quant à Porky, on ne le voit décidément pas beaucoup.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Animation Looney Tunes