Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 18:15

Au sud du Maroc, l'aventurier Castigliano (Gert Fröbe) tient une entreprise de transports routiers, dont les chauffeurs sont des durs à cuire. Mais là, ils ont la surprise de découvrir que leur patron a confié une mission et un camion flambant neuf à un novice, l'américain Steiner (Reginald Kernan)... Mais Rocco (Jean Paul Belmondo) décide de doubler Steiner et prend la direction de la mission à six heures du matin, emportant non seulement le camion neuf, mais aussi la mystérieuse cargaison qui doit rapporter cent mille dollars à la réception... Castiglione envoie Marec (Lino Ventura) pour le récupérer. Celui-ci, avec l'ide de Steiner, se lance à la poursuite de son copain...

C'est du cinéma populaire à la Audiard, avec les qualités et les défauts attenants: des bons mots, de la gouaille, des dialogues qui font mouche quand c'est Blier ou Ventura qui les dit, mais qui irritent profondément quand c'est Belmondo ou un acteur qui annone à peine le français! Notez qu'il y a de bons moments, mais bon, le film se vautre à mon humble avis sur deux points:

D'une part, ce n'est pas Le salaire de la peur.

D'autre part, Audiard et sa bande affichent une fois de plus un nihilisme goguenard, qui était souvent atténué avec génie quand Lautner était en charge de la mise en scène de leurs films en commun (sans parler de la tentation de la rigolade qui n'était pas un vain mot chez le metteur en scène!), mais que voulez-vous, quelque soit le métier de Verneuil, on finit par s'ennuyer...

Partager cet article

Repost0
Published by François Massarelli