Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 16:48

Ce qui caractérise les films de Friz Freleng dans la série des dessins animés Warner, ce n'est pas tant une situation précise, que les personnages d'un côté, et l'acharnement de l'un d'entre eux, de l'autre: Daffy Duck, Yosemite Sam, et Sylvester restent ses plus grandes victimes, qu'il s'agisse de faire concurrence à Bugs Bunny, ou à Tweety, ou à Speedy Gonzales. Et cet acharnement, forcément, est voué à l'échec. D'une certaine façon, c'est la même formule que celle que Chuck Jones a considérablement raffiné pour les lamentables aventures du Coyote...

Donc dans ce film, Sylvester cherche à manger Tweety Bird, et n'y parviendra pas parce que l'oiseau est dans une cage, elle-même située dans une fourrière où une centaine de bouledogues aux dents acérées attendent que le chat ne fasse qu'un seul geste en direction de la palissade qui les sépare de lui, pour se précipiter sur lui et le tondre des pattes aux oreilles... Avec des situations comme celle-ci, Freleng fait, méthodiquement et efficacement, son job.

...Tout en faisant un clin d'oeil aux copains, car un héros de Chuck Jones se cache dans ce film. Il faut dire que l'une des idées saugrenues du chat est de se déguiser en putois. Alors...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Looney Tunes Friz Freleng Animation