Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 16:42

Que s'est-il passé sur la Mary-Celeste? Voilà comment on peut résumer ce très séduisant court métrage de la MGM, réalisé en 1938 pour être un de ces compléments de programme proposés au public en compagnie des plus glorieux longs métrages... Les sujets variaient grandement, ainsi que les prétextes...

Ici, le film est basé sur l'histoire parfaitement authentique d'un mystère naval bien connu: en 1872, on a retrouvé ce petit navire abandonné de toute présence humaine, sans qu'aucun indice ne puisse expliquer la situation. Les théories furent nombreuses pour l'expliquer, mais le film, malin, se contente de les aligner sans leur offrir de résolution, car ce mystère éminemment cinématographique est bien plus séduisant en lui-même que toute tentative d'explication. Du coup, le format du court métrage offre au réalisateur une paradoxale et totale liberté...

Tourneur, rompu à l'exercice de la miniature, doit composer avec un commentaire omniprésent dit par John Nesbitt, à la voix claironnante. Curieusement, la présence de cette voix obsédante finit par être un atout, d'une part parce que l'image feint d'être une illustration constante, et que la précision de l'image, du montage, de la composition et du jeu des acteurs est diabolique. Ensuite parce qu'il se détache de ce collage entre un commentaire dramatique et exagéré à souhait, et un film interprété par des acteurs, et disposant des habituels moyens de tricherie de la fiction cinématographique, une vérité paradoxale.

Ce n'est pas pour rien que Val Lewton allait confier quelques années plus tard Cat People à Tourneur, parce que de tous les cinéastes de l'époque, il était celui qui était le plus à même de nous faire croire en l'histoire du film...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Jacques Tourneur