Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 16:58

Alors que le monde entier semble ne plus se préoccuper que d'échecs, le jeu bien entendu, un couple Russe veut se marier, et la cérémonie est justement prévue en ce jour. Mais le marié, obsédé par le jeu dont il est question dans le titre, est en retard. La rupture, et les horreurs qui suivent (suicide, remise en question et pourquoi pas abandon de la passion des échecs) sont inévitables...

C'est une franche comédie à laquelle nous convie l'acteur Poudovkine, passé pour la première fois (mais pas la dernière) à la réalisation, et c'est une formidable surprise... Car le futur grand théoricien ombrageux du montage, est aussi un grand cinéphile, et ici il paie sa dette... à Harold Lloyd. Et pas seulement en dotant son personnage principal (Wladimir Fogel) d'une paire de lunettes! Dans une scène formidable, le héros est empêché par les circonstances de lire une affiche sur laquelle on présente un tournoi d'échecs. Il va déployer des trésors d'ingéniosité burlesque pour lire le panneau tout en continuant son chemin vers sa fiancée...

Ce premier film, déguisé en comédie burlesque jusqu'au format (deux bobines, pas une de plus) est une petite merveille, dans laquelle le metteur en scène chatouille amoureusement le goût immodéré des Russes pour cet étrange sport à damier.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Comédie Muet Vsevolod Poudovkine