Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 13:59

La famille Martin est à la Samaritaine pour préparer les vacances: le père (Jean Richard) y a trainé toute sa famille, parce qu'il fallait bien mais il est inutile de dire que ce n'est pas de tout repos. Mais le grand fils, Tienot (Jacques Higelin) trouve un stratagème pour rester en arrière et draguer une caissière: il propose à Bébert, son petit frère (Martin Lartigue dit Petit Gibus) de "se perdre" dans le magasin, afin d'être obligé d'y rester. Mais de stratagème en combine, le gamin va effectivement se perdre, et as n'importe où: dans l'omnibus...

L'esprit de Zazie flotte un peu sur ce Bébert-là... Yves Robert a réussi un film formidable, en lâchant comme d'habitude un certain ombre de français moyens, et non des moindres (Pierre Mondy, Michel Serrault, Jean Lefèbvre, Christian Marin) à la remorque d'un insupportable garnement qui réussit quand même à être terriblement attachant avec son obsession de feux de Bengale!

Dans une narration totalement linéaire et très rigoureuse, Robert nous conte donc les allers et retours des uns (le grand fils à vélo, puis le père en train) pour aller récupérer le petit qui s'est perdu, mais pas pour tout le monde: il va mettre joyeusement le souk dans une gare tout en provoquant une amitié inattendue entre un chef de gare et un inspecteur arrivé par hasard... Et les gags s'enchaînent sur un rythme soutenu, dans le style qui a fait la gloire de l'auteur de Ni vu ni connu, et de La guerre des boutons. Si on retrouve la même tendresse parfois vacharde de ce dernier film, ici le ton est plus à la gentille satire de moeurs, dans un univers qui est très proche de celui du Petit Nicolas, donc c'est à savourer. 

Et Robert ne peut s'en empêcher, il cite ici un gag de Buster Keaton, la preuve que décidément c'est un homme de goût...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Comédie Yves Robert