Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 11:33

Deux policiers, également boxeurs, vont être confrontés à une mystérieuse affaire, lorsqu'une femme coupée en deux sera retrouvée dans un marais derrière un quartier mal famé. Pendant que l'un d'entre eux y consacre tout son temps au risque d'y perdre sa santé (Aaron Eckhart), l'autre (Josh Hartnett) adopte une démarche plus subtile, et va au devant de gros risques...

Quant à nous nous allons au devant de bâillements intempestifs et d'un ennui tel que l'on peut encore se demander, décidément, ce qu'on trouve à De Palma. Après un exceptionnel premier long métrage (Carrie) dans lequel il avait complètement capté toute l'essence du roman de King sans nécessairement lui être à 100% fidèle (ce qui serait franchement casse-bonbons, au vu de toutes les lénifiantes adaptations "approuvées" par le maître!), il avait commencé à se servir de ce qu'on avait appelé son style pour en faire de sales manies...

Par exemple: ici, il accumule (sans doute en référence au roman de James Ellroy qu'il adapte) les sous-intrigues au point de devenir illisible au bout de cinq minutes; il jongle avec les styles, fait semblant de demander à ses acteurs et actrices (dont Scarlett Johansson, priée de "faire 40s", avec sa blondeur et son rouge à lèvres, et il mélange tout, tout le temps, trop, et trop vite. Les acteurs sont à peu près tous mauvais à force de dire des dialogues du 21e siècle avec ce que le pourtant très cinéphile metteur en scène perçoit comme la diction des années 40, et on finirait, attention c'est un missile de méchanceté, par croire qu'on est devant un film de Luc Besson: pouah.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Navets Noir