Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 11:17

Qu'il me soit permis de dire ici que le cinéma, c'est inutile, finalement. Tout film est en soi, par essence, inutile. Tout art, d'ailleurs, et on pourrait continuer la liste... Je n'ai donc aucun scrupule à le dire: Jurassic World est donc inutile. Mais là où le bât blesse, c'est que comparé à d'autres films, on va inévitablement confirmer cette inutilité, irrémédiablement. 

On pourrait comparer à ce qu'on veut. Citizen Kane? non, ce serait trop cruel... Comparons donc ce qui est comparable: les autres films, antérieurs (les suivants je ne les ai pas vus, et honnêtement, je n'ai pas, mais alors pas du tout, envie) de la franchise... Soit deux films de Spielberg et un pas.

Oui, je sais, c'est déloyal: mais avouons que, en dépit de ses qualités, Jurassic Park III (de Joe Johnston: vous voyez? je le savais!) ne joue pas dans la même catégorie que Jurassic Park et The lost world, les deux films de Tonton Steven, dans lesquels il a inventé non seulement la franchise, mais aussi son méta-univers. C'était la première fois à ma connaissance qu'un film pouvait en toute impunité contenir des images de ses produits dérivés, sous nos yeux. Cynisme, ou coup de génie dans le miroir aux alouettes qu'est le Hollywood des années 90?

Donc si on compare ce film avec les précédents, le constat sera sans appel: dans Jurassic World, tout a déjà été fait: un couple va se séparer, et il envoie ses enfants faire joujou à Jurassic World, le parc d'attractions qui s'est construit sur les ruines du Jurassic Park. Ils ont eu l'idée saugrenue de confier leur progéniture à leur tante, qui est cadre dans la structure, et bien sûr ce sera une mauvaise pioche, puisqu'elle est trop préoccupée par ses obligations professionnelles pour s'occuper d'eux... Et bien entendu d'une part le parc a vu trop grand, et des philistins se sont mêlé de génétique pour créer des monstres ingérables ET d'autre part des gros fier-à-bras qui veulent absolument récupérer les bestioles pour l'armée viennent flanquer la pagaille. Secouez, mélangez, faites en sorte que toutes les catastrophes se déclenchent en même temps, et surtout que les velociraptors soient au rendez-vous. Reprenez ce synopsis, mélangez un peu, et vous aurez le premier film, un peu du second, et le troisième en filigrane. Ajoutez quelques passages obligés (une poursuite à suspense dans les sous-bois) des véhicules au milieu des dinosaures, un gros machin (ce n'est pas un T-rex, c'est... pire) sort des bois par surprise, des bestioles bouffent des bestioles et des gens, et pendant ce temps la famille tremble, les enfants se débrouillent...

...et les femmes sont des imbéciles: car la grande nouveauté de cet ajout, c'est la goujaterie absolue du résultat. Dans l'intrigue, il y a trois femmes. Une qui  pleure en permanence, une qui passe tout son temps sur un portable (et incidemment se fait bouffer par un mosasaure dans une scène au sadisme douteux) au lieu de s'occuper des gosses dont elle est sensée avoir la charge) et enfin une qui porte des talons hauts dans la jungle et qui ne prend absolument que des mauvaises décisions... Mais attendez, heureusement, il y a un héros, le fort bien nommé Chris Pratt, qui a des grosses coucougnettes, travaille justement avec les dinosaures donc on ne la lui fait pas, et il a développé un partenariat avec les velociraptors, donc on peut lui faire confiance. Il y a aussi des geeks (comme dans Jurassic Park) des militaires (comme dans The lost World) du suspense (le même que dans les trois autres films, donc hein), et même une scène intéressante, quand même: un vol de volatiles violents qui survolent vertueusement leur victimes avant de voler violemment sur leur viande. Pas très victorieux, donc. Et une autre scène, par contre, enfonce le clou de la crétinerie, avec une charge de cavalerie menée par M. Super coucougnettes au volant de son Jurassic Scooter, avec comme soldats quatre velociraptors: les seaux pour dégobiller, je vous en préviens, ne sont pas fournis avec le film. Ce serait un concept, par contre, le dégueulo-rama. Mais je m'égare.

Bref: jamais trois sans quatre? Ben si justement. Vous pouvez vous arrêter là, ce film très con, je le répète, ne sert à rien. A part à répéter, jusqu'à extinction des piles: I told you so.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Navets Science-fiction