Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 11:31

A New York, une entomologiste et un responsable local de la santé ont triomphé d'une épidémie véhiculée par les cafards en prenant le problème à la source: ils ont introduit une mutation des bestioles qui les ont éradiquées... Du moins le croient-ils. Car quelques mois plus tard...

C'est un film d'horreur tout ce qu'il y a de plus classique, avec son lot de sales bêtes qui viennent de partout, pour se frotter les mandibules, ce sera donc toujours un défi pour les insectophobes (j'en suis)... Mais c'est aussi e=le deuxième film, et le premier en Anglais, de Guillermo Del Toro qui doit ici composer avec Miramax qui ne lui a pas laissé les coudées très franches, donc le film s'impose quelques haltes gores un peu gratuites en plus d'un sous-texte dans lequel le metteur en scène commence à explorer ses propres démons: les deux héros (l'entomologiste marié au fonctionnaire local, d'ailleurs un type assez con, dont on regrette presque, spoiler, qu'il s'en sorte à la fin) sont tartes, mais autour d'eux, une petite faune se laisse voir...

On notera en particulier une figue qui revient un peu partout dans ses films, un garçonnet avec de sérieux problèmes de communication, d'ailleurs d'origine Mexicaine, qui est aidé dans la vie par un grand-père très vieillissant, et quelques autres enfants hauts en couleur. La présence obsédante de la religion catholique est un des motifs du film aussi... Un film qui au final paraît bien plus inoffensif que celui qui l'a précédé et celui qui l'a suivi.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Guillermo Del Toro