Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 08:33

Help est un film, c'est aussi une chanson, c'est aussi un disque, et c'est un morceau conséquent de la légende des Beatles. Voir le film, c'est a priori  se dire qu'on va passer du bon temps, mais il y a un certain nombre de questions, soulevées par ce film, qui méritent qu'on essaie de trouver des réponses. D'emblée, la notion d'auteur, ici, sera un tout petit peu abordée (Voir question 9). Non que je considère le fait que le film soit de Lester comme d'une importance capitale: je n'aime pas Richard Lester, son gout pour les gags au moment ou il n'en faut pas (Voir ses Three musketeers, et son obsession de ridiculiser gratuitement Constance, par exemple, ou la façon dont il a saboté le Superman II de Richard Donner, transformant ce qui allait être une bonne suite en un naufrage abominable.), pas plus que sa tendance à utiliser l'absurde parce que c'est "tendance". Mais par contre... J'aime les Beatles. 

Help, par contre, Les Beatles n'aimaient pas: John, en particulier, a écrit la chanson titre en douze minutes et s'en est lassé avant même la fin de la journée, et a considéré le tournage du film comme une source d'ennui sans précédent. Il est vrai que dans cette histoire de bague volée, qui est essentielle à la bonne tenue d'un rite sacrificiel d'une secte Indienne, et qu'on retrouve sur le doigt de Ringo, est ridicule. Mais l'humour bon enfant du film a son charme, il est soigné, et l'aspect "direct", couleur vives, pas d'ombres, psychédélisme déjà présent, le transforme en une pièce de musée. et surtout, même le cynisme de Lester n'a pas résisté au déferlement d'idiotie du film, du coup, il peut se voir en famille, au quarante-septième degré. Même si les quatre stars sont raides du début à la fin...

Venons-en à l'essentiel:

1. Pourquoi le film s'appelle-t-il Help? 

Il fallait un titre. la chanson était là, et elle a un titre dont on se rappelle. De plus, on aurait eu du mal à imaginer le film sous le titre de You're going to lose that girl... 

2. Pourquoi George Martin en fait-il toujours trop? 

Le producteur-arrangeur des Beatles est un compositeur frustré. Du coup, tous les projets pour lesquels il a eu à écrire un  "score" l'ont fait sacrifier à ce défaut: comme si c'était la dernière fois qu'on lui passe une commande.  Ici, c'est "George Martin se prend alternativement pour John Barry et Henry Mancini". 

3. Que vont faire les Beatles dans les Alpes?

Du ski. What else? 

4. Pourquoi ces quatre grands nigauds vivent-ils tous ensemble? 

Parce que c'est plus pratique pour se réveiller tous ensemble, et que c'est Comme Laurel & Hardy (Mais à quatre).

5. George peut-il vraiment jouer de la basse de Paul, sachant qu'il est droitier, alors que Paul est gaucher? 

Je suis sur que non, et on ne tient pas une basse comme ça. De toute façon, la Hofner de Paul était injouable.  

6. Pourquoi cet acharnement sur Ringo? 

C'est vrai qu'il en prend plein la figure, mais c'était pire dans les médias: à la télévision, il était appelé Bongo par certains humoristes, et à la radio, il existe un enregistrement ou on entend distinctement le présentateur dire à Ringo: "Tiens, une banane, attrape!" 

7. Quel est le meilleur moment du film? 

L'entracte.

8. la musique est-elle bonne?

Bien sur: les Beatles, en 1965, quand même, c'est pas des rigolos. Et puis il y le début du virage acoustique, plutôt bien représenté. Il n'y a, en revanche, que sept chansons, huit si on ajoute She's a woman, entendu durant quelques scènes, et dont on sait qu'il n'a rien à voir avec l'album Help, même si le morceau est récent, sorti en novembre 1964 en face B du single I feel fine, lui même dernier single avant Help. 

9. Le film est-il typique de Richard Lester?

Oui et non: disons que l'humour je-m'en-foutiste est totalement dans son style, avec une tendance Laurel & Hardy, et un absurde psychédélique de lendemain de fête très prononcé. Mais lui non plus n'a pas considéré le film comme une expérience plaisante. 

10. Le film est-il bon? 

Non, mais c'est pour moi le meilleur film des Beatles (Je sais, c'est facile!!), et le seul film de Lester, avec Hard day's night, que je pense revoir un jour... Donc...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Musical