Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 11:30

 

Oscar au bain (1913)

Léonce cinématographiste (1913)

Léonce aime les morilles (1913)

 

Trois films, trois comédies des deux séries réalisées par Perret pour la Gaumont.

 

Oscar serait sans doute, aujourd'hui, considéré comme un obsédé sexuel, puisque tous ses films tournent autour de la drague, qui vire vite au harcèlement. Ici, Oscar pousse son avantage un peu loin lorsqu'il va jusqu'à sonner chez la dame de ses pensées au petit matin. cellec-i l'envoie paître ("Qu'il aille au bain!") ce qu'il prend au pied de la lettre. Pas terrible, le film a au moins une jolie ballade dans le Paris de 1913, et un final doublement intéressant: ouvertement coquin, puisqu'on pourrait y décrypter que la dame en chemise de nuit rejoigne le monsieur dans la baignoire, d'une part, et que la dame nous adresse un clin d'oeil en allant fermer le rideau pour nous empêcher d'y voir quoi que ce soit, nous spectateurs d'autre part. Mais le final est aussi historiquement intéressant, puisqu'à l'issue de cet échange de fluides et de savon, on aperçoit... Léonce Perret (Qui ne joue aucun rôle dans le film), deux nouveaux-nés dans les bras, qui nous propose d'en faire autant. Et on continue à attribuer le film à feuillade... il a pris de l'embompoint, Feuillade, non?

 

Léonce est dans ces deux films en compagnie de son épouse "Poupette", jouée par Suzanne Le Bret. ce sont des films charmants, aussi naturels que possibles, d'inspiration gentiment boulevardière, dans lesquels Perret nous conte avec tendresse une fausse vie idéale dans laquelle il s'amuse facilement de lui-même et de sa popularité. Le premier raconte les égarements de Poupette qui croit que léonce le trompe avec une admiratrice, et se lance dans une désastreuse expédition punitive sur les lieux du délit imaginaire. le deuxième montre les deux époux se livrant à un stratagème inattendu pour manger des morilles. Il est tourné largement en extérieurs, et c'est une garantie de plaisir chez léonce perret, que ce soit à la ville ou à la campagne...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet