Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 09:42

Chef d'oeuvre officiel, ou pire film du monde? Ni l'un ni l'autre... DeMille joue sa dernière carte et revient à ses amours interlopes. Le film a une certaine classe, étant parfaitement assumé comme ce qu'il est: un objet suranné, dont la mise en scène vient en droite ligne du muet. Privé de son prétexte contemporain (Voir le film de 1923), ce nouveau Ten commandments assume pleinement ce qu'il est: un livre d'images, naïves et toutes dans la droite lignée de la vision de la bible d'un homme né un autre siècle. Un homme Américain, persuadé que son pays est le peuple élu, cela va sans dire... Esthétiquement, on aimera ou pas le film, mais les efforts paient: il est beau, glorieusement coloré, et fournit occasionnellemnt du plaisir cinématographique. Voilà...

Maintenant, qu'il me soit permis (façon de parler, j'écris ce que je veux) une remarque: ce type dont il est parfois question dans le film, un certain "Dieu", qui sélectionne les humains après les avoir soit-disant créés, qui se fait désirer et qui passe son temps à tester les uns et les autres... pas recommandable, si vous voulez mon avis. On peut rêver de meilleurs modèles, et il a l'air moralement douteux.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Cecil B. DeMille