Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 17:31

Claude Ridder (Claude Rich), rescapé d'un suicide, est choisi par une équipe de scientifiques qui travaillent sur le voyage dans le temps. Ils sont à la recherche d'un humain qui n'a pas grand chose à perdre, et l'homme est le cobaye idéal, comme il le dit lui-même... Il est donc enfermé dans une structure étrange, et va voyager en revivant littéralement une minute de son passé. Mais la machine se détraque, et Claude part pour un voyage en lui-même, qui passe sans s'arrêter, et de façon aléatoire, d'une minute à l'autre de sa vie.

Et ainsi nous remontons jusqu'au moment où Claude a attenté à sa vie, point d'orgue d'une relation tumultueuse avec son épouse Catherine (Olga George-Picot).

Le film était prévu pour le festival de Cannes de 1968, celui qui n'a pas eu lieu, et n'a absolument pas intéressé le public lors de sa sortie. Privé de soutien de la part de la critique, il a quasiment disparu des radars, malgré des diffusions occasionnelles à la télévision dans les années 1970. c'est pourtant un film de Resnais qui reste bien dans la lignée de ses oeuvres plus connues et plus fêtées, comme Hiroshima mon amour ou L'année dernière à Marienbad.

L'intrigue de science-fiction y devient le prétexte à une expérience narrative formidable, qui permet au spectateur de tenter de reconstituer le puzzle de la vie de Claude Ridder, dans lequel Claude Rich y joue le jeune, l'adulte, et y est parfois confronté à des variations inattendues. On ne saura pas quelle est la part du rêve, des souvenirs, de l'hallucination, ni de la poésie langagière ou surréaliste, lors de ces minutes disjointes, poignantes ou absurdes, pathétiques ou drôles, aux répétitions aléatoires et toujours changeantes... Mais pour ça, il faudra se laisser aller, d'abord dans l'introduction froide, puis dans le grand plongeon narratif, et se laisser faire.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alain Resnais Science-fiction