Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 17:53

La vie de Jésus, présentée à travers des tableaux élaborés, de l'arrivée de ses parents à Bethléem jusqu'à la résurrection, en passant par tous les événements marquants... C'est une compilation très propre sur elle, visant autant à l'édification des masses sous l'égide de la bonne morale catholique, la seule qui vaille pour Léon Gaumont, qu'une tentative consciente et militante de montrer et démontrer la puissance du cinéma... D'ailleurs, c'est le premier film de long métrage (in extremis, mais l'intention est là) réalisé en France, et une fois de plus Alice Guy est à la manoeuvre...

Et c'est aussi, de façon importante, la base d'une injustice profonde: parmi les assistants de mademoiselle Alice, il y avait un futur cinéaste, ce qui a permis à de nombreux soi-disant historiens dont le toujours approximatif George Sadoul, de se dépêcher d'enlever tout crédit à Alice Guy. Et comme ce genre d'injustice stupide est toujours vouée à faire école, le film est présenté aujourd'hui par Gaumont sous le double patronage de sa vraie réalisatrice, et de son assistant. A ce régime-là, si vous voulez, je parlerai bientôt de La ruée vers l'or (1925) d'Henry D'abbadie D'arrast, ou des Nouveaux Messieurs (1928) de Marcel Carné... Je vous laisse bien sûr le soin de chercher le nom du réalisateur que les imbéciles ont décidé de promouvoir afin d'éviter qu'une grande première soit considérée comme l'oeuvre d'une femme.

Blague à part, le film n'est sans doute pas folichon, mais c'est quand même, à sa façon, une grande date...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans 1906 Muet Alice Guy
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 18:53

Est-ce Alice Guy, comme on le pense aujourd'hui, qui a souhaité immortaliser un tournage d'une "phonoscène", ces courts films musicaux qu'elle avait pris en charge afin d'alimenter l'exploitation des films Gaumont, le patron ayant tout misé sur cette technique avant-gardiste mais surtout rudimentaire... En tout cas il est impressionnant de voir, élargi au-delà de sa réalité cinématographique, un film avec ses acteurs, actrices et décors, avec en plus ses techniciens, caméraman, accessoiristes, et bien sûr sa réalisatrice, habillée comme il se doit à la mode 1905!  Alice Guy se tient entre la caméra et ses acteurs, et il est clair qu'elle est la patronne. On notera qu'une autre feme semble avoir de l'importance, celle qui se tient au-dessus du phonographe: c'est elle qui enregistre le son de ces films parlants et chantants.

Le résultat, je vous le donne en mille: le film, aussi simple et limité soit-il, est mille fois plus intéressant que les phonoscènes qui nous sont parvenues, pour la plupart des chansons du music-hall interprétées par des artistes qui étaient populaires à l'époque, et qui aujourd'hui, sont... antiques: Mayol, Polin ou Dranem.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 18:45

En 1905, avec son opérateur Anatole Thiberville, est partie en Espagne afin d'y trouver des "vues" pittoresques, comme on disait alors. Il en subsiste un ensemble de plans touristiques qui sont autant de vues d'un autre âge (littéralement) de nos voisins du Sud... Un peu dans l'esprit des films Lumière: cette fois, Guy et Thiberville posent la caméra, et filment avec un mouvement panoramique de gauche à droite, une rue de Madrid ou un panorama de Grenade...

Puis elle convoque des danseurs et des musiciens pour des films muets, mais coloriés au pochoir: Tango, La malaguena et le torero, et aussi  Saharet -Le boléro, une danse 'typique' exécutée par une artiste de music hall. L'intérêt est plus qu'anecdotique.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 18:28

Des artistes dansent le cake-walk, cette danse début de siècle identifiée aux gens d'origine Africaine, et qui faisait fureur, au point que George Méliès en mettait absolument partout, et c'était souvent lui qui dansait. Notons que les premiers danseurs à l'écran sont un homme et une femme noire et que l'autre titre souvent donné pour ce film est Cake-walk nègre, ce qui n'est pas le cas pour la copie visionnée: le terme est, comme chacun sait, tombé quelque peu en désuétude.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 18:21

Un coq se tient, dressé sur un piédestal orné d'un logo Gaumont, il chante, et... c'est tout en fait: pendant deux minutes nous n'avons droit qu'à un bête coq faisant des vocalises. C'est sans doute beaucoup plus que dans certains films de Andy Warhol! 

Mais il y a plus: outre le fait d'avoir inventé le film d'avant-garde, et dans un monde qui serait un peu plus absurde encore qu'il n'est, le plan-séquence light, Alice Guy a avec un certain humour réussi à créer l'alliance de sa compagnie (le logo Gaumont, ou "Logomont"), et la concurrence (le coq, emblème de Pathé!

Et surtout, avec ce film, nous entrons sans trop de spectaculaire dans le cinéma parlant ou sonore: c'est le plus ancien représentant encore valide des phonoscènes de Gaumont, dans lesquels la cinéaste aux choux va souvent s'illustrer. Ce n'est pas rien.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 18:14

Continuant à traquer pour le compte des films Gaumont les numéros de music-hall possibles à résumer en moins de deux minutes, Alice Guy jette cette fois son dévolu sur un numéro de clown avec chien: c'est d'ailleurs la source d'un titre alternatif, Clown, chien et ballon. On ne s'étonnera pas trop que ce soit furieusement anecdotique...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Alice Guy
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 15:36

Voici un film plus élaboré que d'habitude, qui nous est manifestement arrivé complet: un prestidigitateur avise un mendiant, lui donne, par magie, de quoi manger, et pour finir le transforme en bourgeois: il devient alors pingre et refuse l'aumône à un pauvre. Mais c'est, hélas pour lui, le magicien...

Un cas étrange: c'est sans doute un film au scénario très personnel, parce qu'on n'y retrouve pas du tout de la trace habituelle de l'influence de Méliès sur Alice Guy. Chez le magicien de Montreuil, un illusionniste de cinéma, c'est un prestidigitateur assisté par des truquages techniques, pas un magicien... Or ici, Alice Guy fait se promener ses protagonistes dans les rues (il y a trois plans) et utilise les truquages pour toucher à la magie, la vraie. C'est un peu rustique, mais ça a l'avantage d'être assez original. Et il y a une morale...

Mais laquelle? s'agit-il de dire (on est chez Gaumont, la compagnie fort catholique et droitière des gens comme il faut) que les pauvres, si on leur donne la charité ça les rendra égoïstes et profiteurs, ou le message est-il que quand on est un bourgeois, on est un salaud avare? J'aime mieux la deuxième interprétation, rien que pour embêter Léon Gaumont.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet Comédie
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 15:32

Deux clowns essaient de prendre une photo d'une statue qui a la bougeotte, et leur joue à sa façon des tours...

Que la statue ne soit pas immobile est connu dès le départ par les deux autres protagonistes, puisqu'ils essaient d'en régler la position à l'aide d'une manivelle... Mais il faut plus le deviner que le voir, ce qui pose la question de la lisibilité de ce cinéma premier, dans lequel la caméra se mettait à bonne distance d'un inamovible proscénium. Mais la statue qui bouge aurait pu donner lieu à des gags nettement plus satisfaisants si ça avait été à l'insu des deux clowns... Au lieu de cela, on a face à nous un interminable film de cinq minutes...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Comédie Alice Guy Muet
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 15:27

C'est, à l'origine, un spectacle donné par des acrobates burlesques: ceux-ci interprètent des maçons qui sont sur un échafaudage, et qui en se passant des sacs de ciment, en projettent un peu partout y compris sur des gendarmes qui passaient par là.

Comme souvent dans la comédie contemporaine de ce film, c'est assez frustrant, et pour tout dire fortement basique. Notons quand même que même à la très respectable Gaumont, le pandore en prend plain la figure...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet Comédie
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 15:21

Alors que Gaumont cherche à développer des sujets sonores, qui seront effectivement dirigés par Alice Guy, cette dernière tente de concilier sa mission culturelle et le format court du cinéma qu'elle pratique, en proposant en moins de deux minutes un condensé de Faust de Gounod. Sans la musique, s'entend...

Nous avons donc ici droit à un certain nombre de tableaux vivants, plus ou moins mobiles, extraits d'un opéra qui jouera un rôle crucial dans le cinéma, y compris muet, avant longtemps... Pour qui souhaiterait se concentrer sur l'intrigue de l'opéra, un conseil: une bonne télécommande et de bons yeux, plus un synopsis vous seront certainement utiles.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alice Guy Muet