Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 15:57

Après la création en quatre temps du personnage de lapin des Merrie Melodies et Looney tunes, le film sans doute le plus important pour terminer de cimenter tous les aspects du caractère de celui qui allait bientôt être nommé Bugs Bunny a été confié à Tex Avery; dans A wild hare, Bunny est aux prises avec Elmer Fudd qui est venu chasser le lapin: pour la première fois, on entend la voix magique d'Arthur Q. Bryan ire "Be vewwy kwyet, I'm hunting wabbits", suivi de son rire glorieusement niais. Ce ne sera pas la dernière...

Et justement, le lapin le voit venir de loin, et va forcément, une carotte à la bouche, lui demander calmement... "What's up, doc?": Le reste est de l'histoire, et ça marche tout seul... La voix de Mel Blanc sans accélération est là, avec un accent qui est un mélange de Brooklyn et du Bronx, et le personnage est immédiatement fonctionnel, dans un partenariat qui sera la base d'un grand nombre de cartoons à venir. Ici, tout est là, de la pose systématiquement supérieure et arrogante du lapin, à l'animation magique pour pousser le caractère un peu plus loin: c'est Robert McKimson, qui en tant que réalisateur aura tendance à massacrer le personnage de Bugs dans des films qui seront pires les uns que les autres, qui est l'animateur le plus inspiré ici, avec une scène de (fausse) mort pour Bugs Bunny.

La seule addition notable du film suivant (Elmer's pet rabbitde Chuck Jones, rare et indisponible en DVD) sera le nom lui-même. Celui-ci mérite un petit rappel explicatif: créé dans Hare-um scare-hum par Ben Hardaway (lui-même surnommé "Bugs"), le lapin est resté sans nom pendant 5 films, jusqu'à ce qu'un model-sheet (un document de travail pour les animateurs) ne soit établi peu de temps après la sortie de A wild hare par McKimson, qui montre les mensurations parfaites du lapin, à suivre par tous ceux qui allaient l'animer: afin de différencier le personnage, McKimson a eu l'idée de l'appeler "Le lapin de Bugs", donc avec un génitif Bugs' Bunny. Il suffisait ensuite à Jones d'enlever une apostrophe... 

En attendant, ce film de Tex Avery est l'une des plus glorieuses réussites de Termite Terrace...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Bugs Bunny Looney Tunes Animation
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 09:22

Techniquement parlant, ce film n'appartient pas à la série des Looney Tunes, mais plutôt aux Merrie Melodies, les courts métrages de prestige dont Leon Schlesinger voulait faire la réponse Warner aux Silly Symphonies de Disney. Ils avaient essentiellement trois avantages: un plus gros budget, le bénéfice du Technicolor (particulièrement vibrant sur ce film) et une plus grande distribution puisque c'était le plus souvent tout public...

Dans la famille Hibou (Owl), une nouvelle naissance, en l'occurrence de quatre nouveaux petits (hi) bouts, est l'occasion de se réjouir, car . Hibou père est professeur de musique, et ses enfants ne peuvent être que des virtuoses. Les trois premiers (un ténor qui hante comme Caruso, un violoniste prodige et un flûtiste génial) satisfont le père, mais pas le troisième: c'est un chanteur de jazz...

La tâche de Tex Avery qui était encore à ses débuts (c'est son sixième film) était donc de trouver à se situer dans un domaine qui ne semblait pas être le sien, et de réussir à s'amuser tout en réalisant un conte-de-fées-avec-animaux! Et la mission qui lui est confiée est aussi de raconter une histoire (un parcours de réussite, doublée d'une fable sur la famille), d'un point A à un point Z, sans trop dévier!

Et il réussit assez bien, justement, à s'accommoder de ces conditions difficiles: il donne à voir avec ce film une histoire suffisamment gnan-gnan, dans laquelle il insuffle avec subtilité son inimitable ton, et il prend possession du film avec des petites touches discrètes mais éminemment reconnaissables: l'Amérique profonde, à travers ces radio-crochets minables, les numéros qui sont parfois d'une grande vulgarité, la présence d'une famille de hiboux avec un fort accent Allemand, la radio qui communique directement à l'auditeur... et puis la façon dont le petit "Owl Jolson" (toujours cette allusion au contexte artistique, le film étant une sorte de remake de The Jazz Singer) brise le quatrième mur en permanence...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation Looney Tunes
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 16:03

On prend les mêmes, et... on prend les mêmes: après Wags to riches, et The Chump Champ, Avery retourne à la compétition acharnée entre le gros ch Spike et le minuscule Droopy, sous un nouveau prétexte. Cette fois, ils doivent faire la preuve de leur talent pour les exploits de cirque afin de décrocher un emploi...

Et une fois de plus le principe du film est de suivre les lamentables efforts de Spike pour empêcher Droopy de gagner. Les gags sont tous des variations sur des situations plus ou moins déjà vues, et les plans sont surtout composés autour de Spike, puisque Droopy devenant un prétexte il sort assez souvent de l'écran.

Le gag final est même une reprise d'un gag qu'on trouvait dans Wags to riches, et c'est un reproche, car en plus il n'est pas à proprement parler fabuleux...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 15:57

Compte tenu de ce qu'est Droopy, intrinsèquement, à savoir un héros totalement transparent, on ne s'étonnera pas de voir les films de la série tomber dans la routine... Ici, il est un concurrent d'une compétition multi-sports, dont le rival passe finalement plus de temps à mettre au point es méthodes pour disqualifier Droopy, qu'à accomplir de réels exploits...

Le film est assez drôle, tout en restant assez anodin: il consiste essentiellement en une série de gags mettant en scène, du point de vue de Spike (ici renommé Gorillawitz), les façons de tricher qui évidemment vont toutes rater... sauf une.

Le final est un gag embarrassant, qui montre Tex Avery, Texan un peu rude, terminer sur un gag sexiste, mais bon, comme le remarque Droopy: "Cheaters never win."

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Animation Tex Avery
14 mars 2020 6 14 /03 /mars /2020 16:45

Ce film fait partie, en quelque sorte, d'une certaine routine; "en quelque sorte", puisque comme la plupart des films de la série des Droopy réalisés par Avery, il est d'excellente facture, et qu'il possède son lot de moments tordants, tout en témoignant paradoxalement d'une influence graphique inattendue, celle de l'ancien disciple Chuck Jones... 

Le principe est simple: un milliardaire a décidé de léguer son entière fortune à l'un de ses deux chiens. Spike et Droopy attendent de connaître l'identité de l'heureux héritier, mais quand Spike apprend que son collègue est le bénéficiaire du testament, et qu'il n'héritera lui-même qu'en cas de décès de Droopy, sa décision est vite prise. On a donc droit à une accumulation en règle de tentatives de meurtres qui vont toutes échouer plus lamentablement les unes que les autres...

C'est un film qui nous renseigne bien sur deux points qui sont essentiels, non seulement pour ce film mais d'une manière générale pour l'oeuvre d'Avery: d'une part, ce n'est jamais ce qu'on nous raconte, ou le déroulement d'un gag, qui compte: quand Spike attire Droopy sur un plongeoir après avoir peint le sol en ciment en bleu, nous SAVONS que le héros va plonger et nager. Ce qui compte, c'est la réaction, bien entendu, et à ce titre, Spike est un chien généreux en matière de réaction... Et c'est là un deuxième point essentiel: qui se préoccupe vraiment de Droopy? Une fois qu'on sait qu'il triomphe toujours, on regarde ailleurs. Et chez Avery, c'est comme chez Hitchcock: plus on réussit à créer un méchant, meilleur est le film...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 09:00

Un homme se présente au paradis, et utilise un langage tellement imagé pour raconter son histoire qu'on ne le comprend pas. Il est "traduit" en images qui prennent au pied de la lettre ses expressions argotiques: être né avec un cuillère en argent (en Anglais, elle est en or) dans la bouche, être hors de soi, etc...

C'est un chef d'oeuvre qu'on ne présente plus, dans lequel Avery profite du fait que l'attention soit mobilisée par le lien entre l'éblouissante narration et les images hilarantes qui le composent pour expérimenter avec le style: c'est l'un de ses premiers films dans lesquels il tente un dessin plus angulaire, bien moins direct. Il peut aussi se permettre beaucoup d'images fixes, résultant en un film non seulement très réussi, mais aussi particulièrement économique...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 08:48

Un cordonnier et son épouse sont fatigués, et misérables: ils vont manger leur dernière chance de nourriture, une tartine de pain dur, et le brave homme qui voit cinq oiseaux grelotter de froid dans la neige dehors, décide de se sacrifier en le leur donnant... Une bonne idée puisque ce sont des lutins qui vont leur sauver la mise pendant la nuit...

C'est expéditif, pour le meilleur: je ne pense pas que ce résumé couvre plus d'une minute de film, et il y a aussi un narrateur qui exagère à l'envi le ton larmoyant. On est donc en pleine parodie des films parfois lénifiants, mais surtout bien sûr on est dans un prétexte à gags: les lutins vont donc passer la nuit à faire ce que le vieux cordonnier ne peut plus faire: une fabuleuse collection de chaussures, ce qui va les sauver. Et donc on a une collection de vignettes réjouissantes et rigolotes... Et Avery pratique allègrement son mélange favori d'humour très noir et d'absurde...

Et il fait aussi merveille avec un truc qui était d'ailleurs partagé entre Warner et Disney dès les années 30: choisir un détail, ici des chaussures, et en déduire tout un folklore. Les chaussures finies s'animent et dansent, et chaque modèle renvoie à une époque, ou un folklore spécifique: les bottines 1900 ne danseront évidemment pas de la même façon que les bottes de cow-boy...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 20:28

Un chien souhaite enterrer un os, mais il ne le peut pas parce que le jardin est déjà quadrillé par un chien de prairie qui n'est pas partageur... Le combat sera rude. Et... inégal!

C'est presque une curiosité, l'un des moins diffusés parmi les courts métrages MGM du maître, dans la mesure où il a souvent été oublié par Patrick Brion, qui reconnaissons-le, a quand même beaucoup contribué à nous faire découvrir la majorité de ces 65 films! Bref, quand il est devenu plus accessible, ce merveilleux petit film a pu nous enchanter avec ses gags totalement dépourvus de paroles, qui le rapprochent assez clairement du meilleur des Looney tunes, un croisement entre Clampett, pour l'animation gonflée, et Chuck Jones pour l'acharnement voué à l'échec...

Nous enchanter, disais-je, oui mais... à un détail près. Un gag jugé raciste, comme souvent les gags qui jouent avec les stéréotypes dans les films de Tex Avery, a valu au court métrage d'être censuré, c'est-à-dire que la chute du gag a été tout bonnement supprimée dans ses éditions vidéo.

Jusqu'à aujourd'hui, et ça, c'est la bonne nouvelle!

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
3 mars 2020 2 03 /03 /mars /2020 18:35

La vie amoureuse trépidante de Clem et Daisy, deux gallinacés habitant les riantes montagnes du Kentucky... Ils s'aiment, mais l'attrait d'un beau coq étranger aux intentions interlopes, menace leur fragile bonheur...

Ce film très drôle appartient à la veine gonflée de Tex Avery, celle qui joue sur les clichés. Ici, la cible sont les habitants des montagnes rocheuses, et autres zones rurales, présentés le plus souvent comme assez franchement arriérés, et dont Clem (qui possède 20 orteils au pied droit, quoi de plus naturel) est un assez digne représentant...

Par ailleurs, une fois de plus, Avery convoque pour son séducteur de basse-cour (...littéralement) une superbe imitation de Charles Boyer, à laquelle Daisy répond, pour notre plus grand bonheur, en se livrant à une imitation de Katharine Hepburn... Bref, on rigole.

Notons également la présence d'un gag récurrent dans lequel Avery souligne le fait qu'on est dans un dessin animé, avec ce Taureau qui annonce la couleur en menaçant de se faire sauter le caisson la prochaine fois que Clem lui enlèvera sa peau (littéralement)...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Tex Avery Animation
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 17:18

Oubliez les évidences, les facilités, le fait que l'un des deux buzzards du film ait la voix de Jimmy Durante, le jeu de mots idiot du titre: le fait est que ce court métrage d'ailleurs assez long pour Avery (plus de huit minutes) est l'un des sommets de l'oeuvre... J'y vois une probable influence pour Chuck Jones et son coyote, même si la sauvagerie ici présente est sans commune mesure. Mais les temps sont durs pour les deux héros de ce film, tout comme pour le coyote malchanceux - et nécessairement famélique.

Car si les deux vautours concurrents ont ici une proie potentielle, un lapin qui disparaît très vite du champ pour ne réapparaître qu'au final, la vérité c'est qu'il s'agit d'une histoire de cannibalisme. De deux personnages au bout du rouleau, qui n'auront pas d'autre issue que de tenter de ses bouffer l'un l'autre. Et c'est magistral...

Sinon, il y a aussi un steak, un gag facile, mais réjouissant.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Animation Tex Avery