Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 19:59

Un film écrit par John Cleese, avec lui-même, Jamie Lee Curtis, Kevin Kline, Michael Palin, Mary Aitken, et qui est probablement un sommet de la comédie de tous les temps... Mais assez parlé de A fish called Wanda, et reconnaissons à ce film écrit par John Cleese, avec lui-même, Jamie Lee Curtis, Kevin Kline, Michael Palin, Mary Aitken, qui n'est certainement un des sommets de la comédie, que l'équipe, d'une part, a eu le courage de ne pas se limiter à l'évidente tentation de créer une suite à l'énorme succès de Wanda, et d'avoir dépensé une belle énergie... Pour pas forcément grand chose, ça c'est sur.

On retrouve pourtant beaucoup d'ingrédients qui auraient du faire un bon film: les acteurs pour commencer dont on sait à quel point ils fonctionnent bien ensemble; les obsessions de Cleese pour les animaux, le volontarisme de Palin pour assumer les textes les plus horripilants, l'absurde de l'exagération (Jamais d'absurde gratuit chez Cleese, dans les Monty Python, c'était le terrain de jeu de Terry Jones et Michael Palin), et même une série d'allusions bien placées: "It's only a flesh wound", "Beautiful plumage" d'une part, les connaisseurs apprécieront; et à un moment, Rollo (Cleese) appelle Willa (Curtis) "Wanda"...

Mais rien n'y fait: le script s'enlise en dépit du volontarisme sus-mentionné. Reste, dans cette histoire de zoo dont les employés s'attaquent à la haute finance qui les gouverne, quelques jolis moments de comédie, basée sur des gags parfois bien ficelés... et parfois sur des pets intempestifs, lâchés par un Kevin Kline qui a quand même tendance à en faire, disons, beaucoup, beaucoup, beaucoup. Je parle de ses excès d'acteur, bien sur, pas de ses conséquences sonores d'une digestion mal assumée.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans John Cleese Comédie
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 09:40

Au sein de Monty Python, une faille s'est ouverte au moment de commencer leur carière cinématographique, entre réalisateurs (Terry Gilliam et Terry Jones), et acteurs non impliqués dans le processus technique. Comme ils l'ont souvent évoqué, le tournage de Monty Python and the Holy Grail a été l'occasion de chicanes contre-productives, entre les deux réalisateurs d'un coté affairés à rendre le film aussi bien fait que possible dans des conditions pas vraiment idéales, et Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle et Michael Palin de l'autre, qui s'ennuyaient à mourir entre les prises; sans parler du fait que les deux réalisateurs tendaient à privilégier les plans parfaits techniquement au détriment de prises moins accomplies, mais dont les performances d'acteur avaient justement la préférence des quatre trublions. Sans parler non plus de la cerise sur le gâteau: les deux Terry n'étaient pas non plus d'accord entre eux, par dessus le marché, ce qui explique que pour les deux films suivants, Jones allait assumer seul la réalisation, et Gilliam se concentrer dans son coin sur d'autres aspects visuels, animations, génériques, etc. Comment éviter dans ce cas-là, d'une part que les acteurs une fois laissés seuls à leur carrière respective ne décident de tout contrôler, pour le pire (Yellowbeard, de Mel Damski, écrit par Chapman), ou le médiocre (Nuns on the run, de Jonathan Lynn, écrit par Idle), afin de montrer ce qu'ils savaient faire? Mais seuls Jones et Gilliam ont pu assumer la charge de réalisation seuls, avec de bons voire excellents résultats pour Gilliam... Mais avec des difficultés croissantes aussi, le style de l'un comme de l'autre étant finalement plutôt dispendieux. Puis vint Wanda...

Cleese, le plus conservateur sans doute des Monty Python, était aussi l'un des moins visuels, qui avait développé avec Chapman depuis leurs années à Cambridge un style de comédie basé sur le caractère, et l'absurde d'une situation dérivant de sa propre logique; il détestait la frange grotesque et surréaliste des Monty Python, cette tendance à se déguiser en chevalier médiéval avec un poulet en main, au profit de sketches en apparence très dignes qui dégénéraient à cause de leur déroulement et de la dynamique des personnages. Mais Cleese, capable de tout jouer, savait aussi se mouiller de façon peu banale, qu'on songe à la fameuse scène d'éducation sexuelle dans The meaning of life, ou le fait d'apprendre à monter à cheval pour Silverado de Lawrence kasdan.. Son grand projet des années 80 est donc né de toutes ces constatations: il voulait écrire une comédie parfaite, interprétée par des acteurs capables et de confiance, réalisée par un metteur en scène qui ne viendrait pas chercher à faire du David Lean, et au besoin mettre la main à la pâte lui-même pour diriger les acteurs. Avec le vétéran Charles Crichton, la dynamique a été simple à trouver, d'une part Cleese l'a associé au processus d'écriture, et Crichton a gardé de ses années de travail à la Télévision (Doctor Who, The avengers, Space 1999...) l'habitude de laisser les acteurs se débrouiller tous seuls... De fait, aujourd'hui, il n'y a aucune polémique sur le fait que les deux hommes ont tous deux réalisé le film ensemble, Cleese se chargeant de la direction d'acteurs, Crichton s'occupant des détails techniques. Le résultat est la meilleur comédie post-Python effectuée par un des membres du groupe, tout bonnement...

 

Archie Leach (Cleese), un avocat au barreau de Londres, est un homme à la vie pas vraiement emballante. Marié à une femme riche, l'insupportable Wendy (Maria Aitken), qui ne l'écoute plus, et avec une fille pourrie et gâtée (Cynthia Caylor) qui lui marche dessus, il s'ennuie... Jusqu'au jour ou il se retrouve flanqué d'un client intéressant, George Thomason (Tom Georgeson), un petit truand qui vient d'être arrêté suite à un casse dans une banque. Il a été dénoncé par ses complices Wanda, sa petite amie Américaine (Jamie Lee Curtis), et son amant Otto qui se fait passer pour son frère (Kevin Kline); mais tous deux ont un problème: George a caché le butin, ne révélant d'indices qu'à son homme de confiance Ken, un bègue amoureux des animaux (Michael Palin), qui n'aime pas Otto. Otto va se charger de faire parler Ken, pendant que Wanda va essayer de cuisiner Archie à sa façon, ce qui va provoquer un certain nombre de changements radicaux chez ce dernier...

 

L'hommage est direct: Archibald Leach n'est pas un nom pris au hasard, puisque c'est le patronyme réel de Cary Grant. Ce qui renvoie inévitablement au vrai nom de Cleese, dont le L est venu remplacer durant son adolescence un H embarrassant. Cette double filiation finit par éclairer le film, qui est une comédie largement basée sur l'embarras avec un homme pas taillé du tout pour l'aventure plongé au coeur des intrigues les plus folles, sans parler du fait que Cleese est par bien des côtés un acteur dans la prolongation de ce qu'était Cary Grant, un Anglais dont l'essentiel du travail s'effectue aux Etats-Unis... Archie Leach, l'avocat est pourtant Anglais jusqu'aux orteils, et le dit lui-même, rappelant souvent qu'il est pompeux, s'en excusant parfois. il est aussi d'un flegme rarement mis à l'épreuve, comm lors de cette scène ou il s'emporte, se déshabille pour Wanda, jusqu'à apparaitre nu, un slip kangourou sur la tête, face à une famille qui vient d'entrer dans l'appartement. La 'double take' de Cleese est ici la marque d'un métier impressionnant... Un métier qui le pousse aussi à participer à une cascade des plus impressionnates: il est ainsi suspendu au dessus du vide, tenu par les pieds par Kevin Kline, et maintient son flegme... Mais la scène a été éprouvante à tourner. Il y a un peu de masochisme dans l'Englishness de Cleese, ainsi malmené par les Américains. C'est la principale morale semble-t-il de cete comédie: les Anglais ont un grand besoin qu'on les secoue, et les aventuriers peu scrupuleux que  sont Wanda et Otto sont la potion miracle...

 

Wanda, Jamie Lee Curtis, traitresse patentée qui s'apprête à trahir Otto après avoir trahi le reste de l'humanité, est une diablesse mue par l'appat du gain, mais elle finit semble-t-il par croire à son propre jeu; le personnage avait tout pour être dangereux, et Curtis s'en sort avec les honneurs, réussissant à slalomer entre les difficultés, passant de la duplicité à une véritable femme amoureuse, d'autant que son nouvel amant est riche, et surtout, parle Russe de façon convaincante durant les ébats; ce n'est pas le cas d'Otto, véritable psychopathe dont le péché mignon est de se jeter sur Wanda en lui sussurant des mots doux en Italien (En fait de la cuisine, mais c'est très érotique malgré tout); il est aussi capable de tout, et ressemble par moment à un Jean-Claude Vandamme sous acide: démangé par sa gâchette, vulgaire et agresif, le personnage irrésistible est sans doute l'un des rôles les plus volontairement surjoués de toute l'histoire; Kevin Kline ne se prive absolument de rien. Ken, le plus touchant des quatre principaux personnages, est donc bègue, et aime les animaux. Son bégaiement, joué de façon hystérique par Palin (Si je dis que c'est l'un de ses meilleurs rôles, je pense qu'on voit à quel point on atteint le sacré...), est la source d'une série de frustrations subies à cause d'Otto, qui va aussi lui faire une cour incessante, sans doute afin de réussir à obtenir des renseignements. Ken collectionne par ailleurs les poissons d'eau douce, dont le fameux Wanda, ce qui n'inspire que du dégout à Otto; celui-ci va donc utiliser les poissons pour obtenir de Ken, ligoté, la cachette du magot: il les mange, crus, les uns après les autres, finissant par Wanda... Autre source de frustration pour Ken, le fait d'être obligé de tuer le seul témoin qui puisse identifier George, une vieille dame qui possède trois Yorkshires; non que le fait de dessouder la vieille dame soit une gêne pour le truand chevronné qu'est Ken, mais à chaque fois, la victime de l'attentat est l'un des trois petits chiens, ce qui est trop pour le tendre bandit... on comprend qu'à la fin, Ken désire se venger à coup de rouleau compresseur sur l'insupportable Otto.

 

Bien que très planifié, le film a subi des changements en cours de production, qui ont gommé le côté vaguement nihiliste de l'intrigue, qui devait se finir sur un arrangement entre Leach et Wanda, pragmatique et dénué du moindre sentiment: désormais, les deux personnages d'aiment, ou du moins Leach a-t-il des sentiments. Le film n'en fonctionne que mieux... Et c'est un triomphe, de fait: une comédie qui fonctionne à tous les niveaux, dans laquelle le plaisir pris par les acteurs à se lâcher dans les limites du raisonnable, ou de l'intrigue, est diablement communicatif. Quant au titre, bien sur, on ne niera pas qu'il est soit inutile, faisant allusion à un poisson (Un genre d'animal dont le générique final assure qu'aucun d'entre eux n'a été maltraité durant le tournage); soit il est allusif, rappelant que si elle n'est pas un poisson, la Wanda de jamie Lee Curtis sait nager.

 

Pour conclure, nous nous contenterons de rappeler que l'Italien, c'est bien, mais le Russe est meilleur.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Comédie John Cleese