Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 11:07

Sur une petite île au large du Danemark, un ornithologue s'est retiré pour y étudier les oiseaux. mais sous le sol de l'île, se trouve une série de galerie, ou des contrebandiers s'agitent. Ceux-ci décident d'envoyer dans les jambes du professeur, qui cherche des domestiques car il va prolonger son installation dans sa grande maison, deux d'entre eux: ce sont bien sûr un petit râblé (Harald Madsen) et un grand dépendu (Carl Schenstrom), qui vont prendre le professeur en amitié.

...Par contre, les rapports sont difficiles avec la gouvernante. celle-ci a des vues sur le professeur, et le pousse à adopter un enfant: il le fait, mais au lieu d'un bébé, c'est une jeune femme qui vient. Et le professeur, pour la première fois, semble se désintéresser de ses chères études.

C'est au moins farfelu, et si je ne suis pas sûr de mon résumé à 100%, au moins c'est compatible avec le raccourci que j'ai vu. Pour une fois, ça m'a l'air complet, il n'y manquerait plus que les intertitres. Les meilleurs moments du film sont sans doute ceux où les deux personnages principaux prennent possession de leur fonction et se lancent involontairement bien sûr dans une destruction à peu près systématique de la cuisine... Une bagarre finale et souterraine, aussi, qui donne à Madsen un rôle intéressant de "machine à baffes". Bref: du slapstick pur dans lequel on peut s'amuser à chercher la connexion jamais confirmée entre ce duo de comédiens, et un autre tellement plus connu.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans 1924 Muet Schenstrom & Madsen Lau Lauritzen Comédie
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 18:42

Le titre signifie "Afrique, droit devant!", et ça s'explique aisément: alors que Schenström-le-maigre et Madsen-le-petit-rablé travaillent dans une taverne à matelots, une émeute provoque un raid. Parmi les clients, il y a deux charmantes jeunes femmes qui ont fait le mur de leur somptueuse propriété pendant un bal costumé, et dont les soupirants les ont lâchement abandonnées. Les deux héros inattendus les déguisent en marins, pour traverser le port, mais se font attraper par l'équipage d'un cargo qui les embarque de force: direction l'Afrique, donc, où une partie du film a été tournée.

...Ou plus précisément les Canaries, mais une chose est sûre: ce n'est absolument pas au Danemark que ce film au budget probablement conséquent (une preuve de l'importance de l'équipe Lauritzen-Schenström-Madsen pour la Palladium) a été tourné... C'est l'un des meilleurs, et l'un des rares dont on puisse aujourd'hui apprécier la majorité du métrage. Difficile, en l'absence d'intertitres, de comprendre tout le sel de ce qui se passe et se dit, mais parmi les nombreuses péripéties du film, il y a une évasion, un enlèvement de masse par des indigènes, et diverses tentatives de fraterniser entre les Danois d'un côté, et une tribu Africaine où "Doublepatte et Patachon" sont tellement bien intégrés qu'ils se voient dotés, semble-t-il, d'épouses...

mais ça ne les empêche pas de tout faire pour s'enfuir, en compagnie toujours de ces deux femmes dont ils sont responsables, et d'un cuisinier fort sympathique; par contre, je ne sais pas ce que sont devenus les deux marins (pas sympas du tout) qui sont partis à leur recherche, et ont été à leur tour enlevés par la même tribu... Hum. le titre Allemand était Kannibalen...

Quoi qu'il en soit, c'est, même tronqué (il manque toute une introduction durant laquelle les deux héros sont engagés par la taverne pour pallier l'absence du petit personnel), une occasion fort plaisante de voir l'art naïf mais précis de ces pionniers du rire, dont l'humour bon enfant puise aussi bien chez Chaplin (ces sentiments si frontaux) que chez Roscoe Arbuckle (les gestes de précision dans la taverne), et dont les héros sont si faciles à suivre tant leur gestuelle, leurs mouvements, leur jeu et les expressions de leurs visages dictent la mise en scène précise et efficace de Lau Lauritzen. et en plus, contrairement à tellement de cas similaires (Prenez Three's a crowd, de Langdon, par exemple), eux au moins ils ont une belle récompense à la fin.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans 1929 Lau Lauritzen Schenström & Madsen Muet Comédie
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 19:38

C'est le deuxième plus ancien film conservé de la petite entreprise de comédie de Lau Lauritzen avec Carl Schenström et Harald Madsen, et d'une certaine manière on a envie de dire: on prend les mêmes et on recommence! Les deux héros sont de nouveau des vagabonds, à nouveau c'est l'été, et les deux rigolos vont tourner autour du monde presque sans rien y changer...

Un film de trois bobines justifiant bien trois intrigues, il y a ici un père riche et ventripotent qui essaie de reconquérir sa maisonnée et en particulier ses filles qui sont en âge de passer le baccalauréat; il y a aussi des soupirants qui sont prêts à tous les stratagèmes pour approcher les jeunes femmes en question; et bien sûr, deux vagabonds qui ont élu domicile sur un port, pas loin, mais la police les y cherche, il leur faut donc trouver un endroit où se cacher: comme la sainte famille est partie faire du camping sur une île, la maison est vide, donc...

...donc "Doublepatte et Patachon", comme on les appelait, vont s'installer et se comporter en sales gosses, allant jusqu'à enfermer la femme de chambre dans un placard! mais la scène est savoureuse, et servie par une gestuelle de grande précision, et grâce à Schenström et son corps souple de grand échalas, toujours profondément excentrique. Ce n'est peut-être pas le meilleur film du duo, mais il recèle de petits trésors d'humour.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Lau Lauritzen Comédie Muet 1922 Schenström & Madsen
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 11:59

C'est l'été, au Danemark, et deux vagabonds ont trouvé une combine intéressante pour se faire de l'argent: ils "photographient" les gens avec une boîte en carton vide, et se font payer les clichés en avance, avant de disparaître. Pour commencer, ils escroquent quelques jeunes femmes sur la plage, en prenant une série de "photos", mais finissent pas ne pas avoir assez pour régler la note de restaurant... La patronne prend alors une décision inattendue: elle les sépare, et garde le plus petit en otage, à charge pour l'autre de revenir et de trouver de quoi payer la note. Mais quand il revient, il a la surprise de constater que son copain va bien, très bien même. On ne peut pas en dire autant de lui...

Le résumé ci-dessus est très incomplet, comme le film qui ne peut être vu aujourd'hui, en attendant mieux, que dans une copie remontée pour la télévision. Afin de compléter mon synopsis, je me suis efforcé de spéculer un peu, sur le fait que Madsen soit pris en otage, et il est évident qu'il manque toute une partie de l'intrigue qui permette d'expliquer comment il se fait que Schenström quitte son copain otage d'une dangereuse matrone, et le retrouve ensuite habillé de frais, fumant tranquillement un énorme cigare comme s'il avait fait cela toute sa vie...

De même, toute l'intrigue sentimentale, qu'on n'appellera pas secondaire car elle a fait l'objet de beaucoup de soin et d'attention, manque-t-elle de clarté: tout au plus voit-on que Greta Nissen, l'actrice Norvégienne qui répondait encore pour une ou deux années au nom de Grethe Rutz-Nissen, est partagée entre deux hommes, et que l'un d'entre eux, particulièrement ombrageux, a l'air parfaitement décidé à avoir recours à la violence contre son rival, même si c'est effectivement lui qui gagne à la fin, à la manifeste satisfaction de tous! Une autre partie de l'intrigue à en croire les photos publiées par le Dansk Filmminstitut, a complètement disparu de la copie que j'ai visionnée: il s'agit d'une quête du père, pour la jeune femme qui est sans doute une orpheline recueillie par la restauratrice? J'émets donc l'hypothèse que Madsen a été retenu en otage justement pour incarner ce père disparu, d'autant que les vêtements choisis pour lui faire endosser ce rôle, sont quasiment les mêmes que ceux du père disparu... Ouf!

Quoi qu'il en soit, et en espérant le voir vraiment un jour et pas seulement une sélection de 24 minutes, ça m'a tout l'air d'être un film majeur de Lauritzen et du duo de comédiens. Ils sont tous les deux très à l'aise en dépit de la transgression opérée par Lauritzen, qui consiste à les séparer, et à donner plus d'importance à l'un d'entre eux. Ce qui n'enlève rien aux mésaventures hilarantes du contorsionniste de génie qu'était Schenström: il essaie de "prendre en photo" un boucher pendant qu'il dévalise sa camionnette, et quand celui-ci s'en aperçoit, il voit rouge: le plan durant lequel le vagabond se fait rouer de coups a été chorégraphié avec génie... Et plus tard, réduit à trouver les pires moyens de subsistance, il se retrouve à interpréter le chaînon manquant dans un cirque... Il est très convaincant.

Lauritzen fait comme il le faisait d'habitude pour ces premières comédies du duo vedette: tournage en été, le plus près possible de la mer, avec une prédilection pour les séquences en plein soleil. Il se dégage de ces films particulièrement bien éclairés et très soignés, une impression de bonheur inattendue pour un habitué du cinéma Danois des origines! Et Lauritzen se laisse volontiers aller à donner à la future Greta Nissen une séquence "petite sirène" d'une coquinerie très assumée...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Comédie Lau Lauritzen Schenström & Madsen Muet 1923
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 17:07

C'est à la Palladium films que Lau Lauritzen va tourner avec Carl Schenstrom (Le grand échalas contorsionniste) et Harald Madsen (le petit râblé) des comédies, dont ceci est l'une des premières, sinon la première, car on n'est pas sûr de la chronologie. Par contre, on sait qu'il s'agit de leur plus ancien film conservé. C'est un moyen métrage de trois bobines, dont la version télévisée existante retient sans doute l'essentiel de l'intrigue, une fois n'est pas coutume:

Durant l'été, sur les bords de la mer du nord, on fait connaissance avec une famille très aisée (les parents: Oscar Tribolt et Olga Svendsen), dans laquelle un baron (Torben Meyer) a décidé de s'incruster en épousant la fille (Ingeborg Bertelsen) de la famille. Sauf que le type est un salopard de la pire espèce, qui est déjà marié, suivant les conventions habituelles du mélodrame... Et la fille est quand même toujours contente de voir son meilleur ami (Victor Montell), un brave garçon, lui. Et deux vagabonds, des rémouleurs miteux (devinez de qui il s'agit) qui traînent dans le coin, interceptent une lettre qui est destiné au traître, et qui prouve ses sombres agissements. Ils décident de s'en mêler...

Le titre signifie "Film, flirt et fiançailles", selon une tradition de comédie que beaucoup des films à venir de Lauritzen avec le duo vont s'efforcer de respecter: trois mots qui décrivent l'essentiel de l'intrigue, et ce en ajoutant une répétition d'un son précis. ...Ici, le son F. Pourquoi "Film"? parce que les personnages vont se retrouver sur une plage, où un tournage a lieu, durant lequel le metteur en scène va inviter des locaux à figurer; un prétexte pour voir évoluer les deux acteurs au milieu de jolies filles en maillots de bain affriolants, ce qui là aussi va devenir une tradition de ces films.

Le plus intéressant reste la façon dont évoluent nos deux anti-héros, la dynamique déjà bien ancrée de ces deux personnes qui pour l'instant restent volontairement à l'écart des gens auxquels ils viennent en aide. Ce ne sera pas toujours le cas. Mais l'ingéniosité aussi, dont ils font preuve en toute circonstance, ainsi que le contraste entre les deux, la réserve de Schenstrom, un adulte qui a trop grandi et ne sait pas trop quoi faire de lui-même, et le côté volontiers enfantin de Madsen, qui lui n'a pas encore trouvé l'occasion de grandir, les différencie de tous leurs homologues Américains. Ils sont, déjà, dès cette première trace de leur travail, extrêmement touchants.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Comédie 1921 Lau Lauritzen Schenström & Madsen
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 12:30

Les deux acteurs Carl Schenström et Harald Madsen, respectivement un grand longiligne et un très petit râblé, étaient des stars au Danemark, de 1921 à 1942, soit jusqu'à la mort de Schenström. Mais cette célébrité ne s'arrêtait pas aux frontières, comme le prouve la liste de leurs surnoms: Fy en By en Scandinavie, Pat und Patachon en Allemagne, Long and short en Grande-Bretagne, et Doublepatte et Patachon en France; si le format de la plupart de leurs films, le plus souvent réalisés par Lau Lauritzen, reste le long métrage, ils ont souvent été considéré comme l'inspiration pour Laurel et Hardy, ce qui ne tient pas complètement debout, pour un certain nombre de raisons: leurs films n'ont jamais réellement percé aux etats-unis, même si certains y ont été projetés; Laurel et Hardy ont été "couplés" dans des films avant d'être un duo, et leur dynamique s'est créée toute seule, poussant le studio à répéter l'expérience; et enfin Roach a toujours mis ses acteurs en équipe, dès 1915: Lonesome Luke était aussi une équipe, avec Snub Pollard et Bebe Daniels autour de Harold Lloyd. Mais la présence physique inversée des deux acteurs, leur complémentarité, et le fait que de film en film, bien qu'il ne s'agisse jamais vraiment des mêmes personnages, ils aient peu ou prou maintenu le même rapport, pousse évidemment à la comparaison. Par contre, autour de Schenstrom et Madsen, le film leur échappait; ils étaient constamment une sorte de cerise sur le gâteau, au milieu d'une intrigue qui ne les concernait que peu, et vagabondaient de boulot en boulot, le grand menant le petit... Ils assistaient aux amours malheureuses de jeunes bellâtres pour des filles de bourgeois. Quelque fois, ils les aidaient. Dans certains films, Lauritzen a été ambitieux: Son Don Quichotte (1926) en particulier dépassait le cadre de la comédie, et imposait un jeu bien différent aux deux acteurs; la durée de 180 minutes en faisait un film autrement plus important que les aimables comédies de 90 minutes qui composaient l'essentiel du duo. Parfois, enfin, ils s'exportaient, et sous la direction d'un autre (Monty Banks, Gustav molander, Urban Gad, ou Hans Steinhoff par exemple), jouaient pour d'autres filmographies: Suède, Norvège, Allemagne, Grande-Bretagne, comme Asta Nielsen avant eux, le Danemark étant décidément un petit pays.

Pour terminer ce tour d'horizon, il convient d'ajouter que leurs films possédaient un air de famille, parfois obéissant à une formule, et qu'il y avait des passages obligés: il devaient se situer dans un environnement qui permette des belles prises de vue de la nature Danoise, il y avait des jolies filles, baigneuses en maillot, voire sans en certaines occasions. La vie des gens était celle du Danemark des années 20, un pays en apparence tranquille, sous les influences Scandinaves au nord, germaniques au sud, et empreint de ces deux cultures...

Schenström, contorsionniste, et Madsen, artiste de cirque aux multiples talents, sont d'abord une présence physique, enfantine. Quoi qu'ils fassent, ils ne peuvent qu'être visuellement ridicules, une exagération qui n'est pas forcément soulignée par les autres protagonistes. Ils vont ensemble, ce qui n'exclut pas qu'un scénario les fasse se rencontrer dans un film. Madsen est le plus lunaire des deux, avec sa cambrure exagérée à la Chaplin, et sa petite taille, sans oublier son air volontiers ahuri. Mais c'est aussi le plus bouillonnant, souvent celui par lequel le malheur arrive... Schentröm a beau jouer plus facilement l'adulte, il a des éléments enfantins lui aussi, une immaturité notamment sexuelle, qui passe par une timidité manifestée physiquement. Et l'un comme l'autre est amené parfois à s'impliquer corporellement, comme dans l'un des films ou ils se baignent effectivement dans une eau gelée...

Filmens Helte est l'un des meilleurs longs métrages du duo, d'ailleurs le plus vu ou revu, qui a fait l'objet d'une reprise en salle sous forme d'une compilation en 1979, et dix ans plus tard en France. Le film est amusant, montrant comment les deux héros sont amenés en catastrophe (le mot est très bien choisi) à remplacer au pied levé les deux jeunes premiers d'un film, tourné par un artiste autoritaire à la Stroheim. On assiste par ailleurs aux tribulations des jeunes premiers, qui ont quitté le plateau en raison d'un conflit avec le producteur, père de  leurs fiancées. Tout finira bien: le film désastreux sera un succès, les jeunes acteurs seront réintégrés, et le producteur consentira aux mariages.

Voilà, c'est tout... sauf que tout ceci serait excellent, s'il n'y avait un détail embarrassant: les films conservés du duo ont été achetés par la chaîne Allemande ZDF, et remontés en épisodes de 25 minutes, narrés en Allemand. Y compris les films parlants, dont on a tout simplement fait sauter la bande-son originale. dans une opération digne de la boucherie effectuée par Chaplin sur The gold rush, certains des films sont à peu près cohérents et possèdent encore l'essentiel de leur métrage. Mais que penser du Don Quichotte réduit à deux épisodes de 25 minutes, à la place de 180 minutes? Ce film est heureusement disponible en streaming sur le site du Danske Film Institut, sans sous-titre toutefois:

https://www.stumfilm.dk/en/stumfilm/streaming/film/filmens-helte

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet 1928 Comédie Lau Lauritzen Schenström & Madsen Danemark DFI
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 11:32

Don Quichotte de la Mancha a lu, beaucoup lu, et principalement des romans de chevalerie. A tel point que ça lui est carrément monté à la tête, et il est donc parti en quête d'aventures... le problème c'est qu'il est vieux, et , on l'aura compris, fou. Aidé, plus ou moins, de son écuyer Sancho Panza, il parcourt les routes à la recherche de rencontres guerrières. Et quand il ne trouve rien, eh bien! ...L'imagination débordante du vieil homme fait le reste... Mais bientôt, le légende se répand, et les deux hommes deviennent la cible des moqueries...

Carl Schenstrom et Harald Madsen, comiques Danois, étaient mieux connus sous le nom hallucinant (mais justifié) de Doublepatte et Patachon, ou Pat und Patachon en Allemagne. Leurs films souvent réalisés par Lau Lauritzen (Senior) ont encore aussi populaires en Scandinavie que le sont Laurel et Hardy.

Pourtant ce film très ambitieux est à part : clairement, il n'a pas été tourné au Danemark mais bien en Espagne, et très peu de concessions apparentes ont été faites aux deux personnages habituels de Schenstrom (Qui interprète un Quichotte très convaincant avec sa silhouette de géant filiforme) et Madsen (Qui prête à Sancho sa rondeur et sa petite taille). Et surtout pour ce dernier, le personnage de Sancho Panza est très éloigné des emplois habituels de clown lunaire lent et timide du comédien. Sancho est roublard, calculateur, dédié aux plaisirs... Juste, peut-on faire remarquer, il est quand même un peu naïf, surtout lorsqu'un canular pendable lui est joué, afin de lui faire croire qu'il est gouverneur d'une île.

Ce film, qu'on aimerait voir entier (voir plus bas) est une fascinante entreprise: il s'agissait pour Lauritzen de faire une adaptation stricte de la tragi-comédie de Cervantès, avec deux comiques dans les rôles principaux; et en plus, comme c'est le seul film dans lequel on ne reconnaisse pas le maquillage traditionnel des deux comédiens Schenstrom et Madsen, c'était un risque commercial certain; mais l'idée de décalage entre un monde qui tourne dans un sens et deux hommes qui tournent dans l'autre (Surtout Quichotte, cette fois c'est Schenstrom qui est le plus à part !) est somme toute présente dans les fragments qui nous sont parvenus.

Eh oui, car le problème du film, qui est très soigné, et dans lequel Lauritzen a vraiment désiré offrir une vision aussi complète que possible, c'est qu'aujourd'hui on ne peut en voir que des extraits diffusés dans le cadre d'une série télévisée Allemande qui recycle les longs métrages du duo; de 180 minutes, il nous reste 48 minutes en tout, dénuées d'intertitres, et remontées afin de donner une idée du film plus qu'autre chose. Le remontage a été fait afin de privilégier la comédie, mais le début m'a l'air à peu près intact. La scène mythique des moulins, par exemple, donne lieu dans cette version à une visualisation très baroque des « monstres » et géants aperçus par le vieux chevalier fou... Alors je profite une fois de plus de cet article pour exprimer mon regret que le DFI ne fasse pas son boulot et ne nous restitue pas une version digne de ce nom de ce classique Danois méconnu, méditerranéen et paradoxal... Qui existe encore dans une version réputée intégrale, et est parfois projeté dans les festivals consacrés au cinéma muet, ou à Copenhague. Libérez Don Quichotte!

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Muet Comédie Scandinavie 1926 Lau Lauritzen Schenström & Madsen