Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 10:35

Un film de science-fiction qui laisse la part belle à l'action, qui utilise à merveille les effets spéciaux d'aujourd'hui (ceux qui ne vous font plus croire à rien puisqu'on peut tout faire), et qui développe une belle parabole généreuse sur un monde en perdition, que demander d'autre? C'est tout ce que Blomkamp a à offrir avec ce deuxième long métrage attendu au tournant...

Au XXIIe siècle, le monde est tellement pollué et surpeuplé que l'élite a réussi à construire une station spatiale à une relativement petite distance, dans laquelle ils ont reconstruit un paradis ultra-moderne pour happy few. C'est de là que la terre est gérée, ou en tout cas officiellement. Pour les gens qui grandissent sur terre, et qui sont tous soit dans la misère, soit exploités par des gens qui habitent dans ce refuge céleste, Elysium devient un but, un rêve impossible à atteindre. C'était le cas quand ils étaient petits de Max (Matt Damon) et Frey (Alice Braga). Lui est ouvrier, et a passé sa vie turbulente à se créer des ennuis avec la police; elle est infirmière, et travaille dur pour sa fille qui se meurt d'une leucémie. L'un et l'autre rêvent d'aller sur Elysium, l'un par obsession personnelle, l'autre parce qu'elle sait que sa fille peut y être soignée en un clin d'oeil... Un accident qui laisse à Max cinq jours à vivre va pourtant être l'élément déclencheur d'une opportunité pour l'un comme pour l'autre...

C'est sans doute le défaut du film: il est trop riche! Beaucoup de choses se télescopent, et quand il s'agit de le résumer, on est vite dépassé. Mais c'est à porter au crédit de Blomkamp et de son équipe d'avoir su trouver un équilibre juste, et un dosage parfait qui ne gène en rien le visionnage: on y recrée une terre qui souffre des maux qui sont actuellement dénoncés partout; l'évolution logique représentée dans le film est un thème à part entière. La différence entre les élites sur Elysium et le peuple qui souffre sur terre est bien sûr d'une grande clarté, avec un effort pour ne pas surcharger l'inutile: les costumes notamment sont assez peu différents de ceux qu'on porte aujourd'hui. Les comportements sont éternels, et on applaudira particulièrement Jodie Foster en politicienne machiavélique: en ministre anti-immigration qui vise le fauteuil suprême, elle est fantastique. On notera que pour contribuer à l'impression de rebrassage du monde et de ses habitants, elle affecte un accent français qui lui va décidément très bien. De la même manière, Blomkamp a créé avec Kruger un mercenaire obtus avec un accent Sud-Africain aussi corrompu que lui... 

L'action y est aussi dosée, avec une capacité rare à faire passer à tous le message contenu dans les fulgurances de la violence. Le monde de 2159 n'est pas facile, et comme les forces de l'ordre y sont des machines (un message, derrière cette anecdote, peut-être?), tous les coups sont à peu près permis... Bref, c'est inventif, généreux, réussi, esthétiquement beau, et... très distrayant.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Neill Blomkamp Science-fiction
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 16:08

Le futur: un policier observe avec rancoeur les robots prendre de plus en plus de place dans notre quotidien. Aussi, quand un scientifique qui a joué un rôle crucial dans le développement des intelligences artificielles meurt, il soupçonne de suite le premier robot venu. Et comme le film ne dure que 110 minutes et qu'on n'a pas trop le temps de compliquer, il a raison. Donc son pire cauchemar, des robots qui se retournent contre leur créateurs, devient réalité. 

S'ensuivent une phase durant laquelle le monde entier lui dit qu'il a tort, une phase durant laquelle il tente de prouver qu'il a raison, puis enfin le monde entier qui réalise qu'il a effectivement raison. Et puis c'est tout, ou presque. 

...Bien sûr, il y a Will Smith dans le rôle de Will Smith. Des zefféspécio en CGI cris d'extase d'un côté, cris de vomi de l'autre), de l'action (ben, oui, en fait, mais c'est un film, donc ça bouge, hein), et puis le vide intersidéral. Une même pas adaptation d'un récit d'Isaac Asimov, transformée en une pub de presque deux heures pour Converse, c'est beaucoup. Ou rien.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Science-fiction
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 08:00

A l'origine, un roman réputé inadaptable: tout de suite, on va s'en débarrasser, car ne l'ayant pas lu et n'ayant aucune envie de le lire, je ne vas évidemment pas m'y attarder! Non, ici on va parler de cinéma, de David Lynch, un peu de Alan Smithee, et ce sera déjà bien.

D'ailleurs, comment voulez-vous résumer ça? A l'époque de la sortie, des voix discordantes se sont faites entendre, qui critiquaient le côté "raccourci" du film (ce qui me fait froid dans le dos: ah parce que ce pensum était une version courte?), donc j'imagine que ce que Lynch a tenté était justement de faire un résumé de l'intrigue embrouillée. Donc, en très gros, dans un futur lointain, dans une galaxie située je ne sais où, deux familles régnant sur deux planètes différentes se disputent le contrôle d'une planète désolée sur laquelle on trouve une drogue indispensable et prisée par tous... Du chaos de cette histoire émergera un nouveau leader, Paul Atreides (Kyle McLachlan)...

Quelle salade! 

Bien, donc c'est un échec, plutôt sévère, et un film qui accumule les provocations à se faire taper dessus: un jeu volontairement ampoulé, imaginez Star Wars mis en scène par Cecil B DeMille avec Alain Cuny et Henry Daniels (l'acteur qui chevrotait "Emperor of the world" dans The great dictator, de Chaplin), et vous aurez une petite idée de la façon dont ces acteurs, pourtant tous compétents, massacrent leur rôle... Sinon Lynch (ou la production? On ne sait plus) a privilégié un mélange extrêmement volatil de décors ouvertement en toc, de CGI antédiluviens, et de truquages optiques bâclés. Qui a eu l'idée saugrenue de constamment faire ponctuer les scènes du film, souvent très bavardes, par les pensées des personnages clé, je ne sais pas non plus, mais elle n'est pas bonne! Enfin tout ça est épouvantablement laid et dénué d'humour, ou alors involontaire...

Lynch est mécontent du film, au point de refuser de l'évoquer. On le comprend, en même temps: on ne retrouve pas son style, au delà des scories volontaires (rythme, décalage) dont il aime souvent à truffer ses films. On n'a pas l'impression d'assister à un rêve éveillé, mais à une sorte de répétition cauchemardesque d'une pièce de patronage par des acteurs amateurs. Quoi qu'il en soit, le metteur en scène a accepté de signer la version sortie en salle, mais a refusé d'être associé à d'autres versions plus longues, concoctées pour la télévision, il a donc dégainé le truc que font les réalisateurs mécontents d'avoir été dépossédés d'un film: il a signé ces redites du nom mythique d'Alan Smithee. La filmographie de ce dernier serait intéressante à établir... Plus intéressante que la vision de cet infernal navet.

Ah, oui, sinon, ceci est bien Sting.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans David Lynch Alan Smithee Science-fiction Navets
26 février 2021 5 26 /02 /février /2021 11:17

Qu'il me soit permis de dire ici que le cinéma, c'est inutile, finalement. Tout film est en soi, par essence, inutile. Tout art, d'ailleurs, et on pourrait continuer la liste... Je n'ai donc aucun scrupule à le dire: Jurassic World est donc inutile. Mais là où le bât blesse, c'est que comparé à d'autres films, on va inévitablement confirmer cette inutilité, irrémédiablement. 

On pourrait comparer à ce qu'on veut. Citizen Kane? non, ce serait trop cruel... Comparons donc ce qui est comparable: les autres films, antérieurs (les suivants je ne les ai pas vus, et honnêtement, je n'ai pas, mais alors pas du tout, envie) de la franchise... Soit deux films de Spielberg et un pas.

Oui, je sais, c'est déloyal: mais avouons que, en dépit de ses qualités, Jurassic Park III (de Joe Johnston: vous voyez? je le savais!) ne joue pas dans la même catégorie que Jurassic Park et The lost world, les deux films de Tonton Steven, dans lesquels il a inventé non seulement la franchise, mais aussi son méta-univers. C'était la première fois à ma connaissance qu'un film pouvait en toute impunité contenir des images de ses produits dérivés, sous nos yeux. Cynisme, ou coup de génie dans le miroir aux alouettes qu'est le Hollywood des années 90?

Donc si on compare ce film avec les précédents, le constat sera sans appel: dans Jurassic World, tout a déjà été fait: un couple va se séparer, et il envoie ses enfants faire joujou à Jurassic World, le parc d'attractions qui s'est construit sur les ruines du Jurassic Park. Ils ont eu l'idée saugrenue de confier leur progéniture à leur tante, qui est cadre dans la structure, et bien sûr ce sera une mauvaise pioche, puisqu'elle est trop préoccupée par ses obligations professionnelles pour s'occuper d'eux... Et bien entendu d'une part le parc a vu trop grand, et des philistins se sont mêlé de génétique pour créer des monstres ingérables ET d'autre part des gros fier-à-bras qui veulent absolument récupérer les bestioles pour l'armée viennent flanquer la pagaille. Secouez, mélangez, faites en sorte que toutes les catastrophes se déclenchent en même temps, et surtout que les velociraptors soient au rendez-vous. Reprenez ce synopsis, mélangez un peu, et vous aurez le premier film, un peu du second, et le troisième en filigrane. Ajoutez quelques passages obligés (une poursuite à suspense dans les sous-bois) des véhicules au milieu des dinosaures, un gros machin (ce n'est pas un T-rex, c'est... pire) sort des bois par surprise, des bestioles bouffent des bestioles et des gens, et pendant ce temps la famille tremble, les enfants se débrouillent...

...et les femmes sont des imbéciles: car la grande nouveauté de cet ajout, c'est la goujaterie absolue du résultat. Dans l'intrigue, il y a trois femmes. Une qui  pleure en permanence, une qui passe tout son temps sur un portable (et incidemment se fait bouffer par un mosasaure dans une scène au sadisme douteux) au lieu de s'occuper des gosses dont elle est sensée avoir la charge) et enfin une qui porte des talons hauts dans la jungle et qui ne prend absolument que des mauvaises décisions... Mais attendez, heureusement, il y a un héros, le fort bien nommé Chris Pratt, qui a des grosses coucougnettes, travaille justement avec les dinosaures donc on ne la lui fait pas, et il a développé un partenariat avec les velociraptors, donc on peut lui faire confiance. Il y a aussi des geeks (comme dans Jurassic Park) des militaires (comme dans The lost World) du suspense (le même que dans les trois autres films, donc hein), et même une scène intéressante, quand même: un vol de volatiles violents qui survolent vertueusement leur victimes avant de voler violemment sur leur viande. Pas très victorieux, donc. Et une autre scène, par contre, enfonce le clou de la crétinerie, avec une charge de cavalerie menée par M. Super coucougnettes au volant de son Jurassic Scooter, avec comme soldats quatre velociraptors: les seaux pour dégobiller, je vous en préviens, ne sont pas fournis avec le film. Ce serait un concept, par contre, le dégueulo-rama. Mais je m'égare.

Bref: jamais trois sans quatre? Ben si justement. Vous pouvez vous arrêter là, ce film très con, je le répète, ne sert à rien. A part à répéter, jusqu'à extinction des piles: I told you so.

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Navets Science-fiction
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 17:15

Une expédition scientifique Américaine se perd aux confins de l'infini, et suite à un bug monumental se retrouve coincée deux mille années dans le futur sur une planète inhospitalière, dominée par des espèces de singes très proches de celles de la terre, qui chassent, exterminent et assujettissent des humains muets et très diminués... L'un des explorateurs, George Taylor (Charlton Heston), est un rebelle dans l'âme et contre les désirs de l'un des potentats de la civilisation simiesque, le Dr Zaïus (Maurice Evans) et avec l'appui de deux scientifiques, Zira (Kim Hunter) et Cornelius (Roddy McDowall), il va s'attacher à démontrer que les hommes valent bien plus que ce que les grands singes en pensent... 

C'est un classique, un des rares films de science-fiction à n'avoir besoin d'aucun effet spécial y compris en cette période des années 60, qui était riche en expérimentations (voyage intersidéral avec 2001 de Kubrick, oiseaux vengeurs qui agressent les humains dans The Birds d'Hitchcock, ou encore un voyage hallucinant au coeur du corps humain dans Fantastic voyage de Richard Fleischer): pour tourner le film, Schaffner s'est reposé sur des décors fabuleux et des maquillages très adroits; pas parfaits, non, mais pour moi c'est juste une question de se laisser emporter: comme au théâtre...

Le roman de Pierre Boulle est, comme toute ou presque la Science-fiction des années 30, un cri écologique d'alerte: une façon comme une autre de demander aux êtres humains de faire attention à leur univers, en s'amusant à brouiller les pistes et à inverser les valeurs. Et le grand risque de cette adaptation contemporaine des grandes luttes des droits civiques aux Etats-Unis était de détourner, même involontairement, le propos pour en faire une sorte de portrait d'une lutte ethnique. Pour ce film, le risque a été heureusement écarté, mais pas pour les suivants de la franchise; on va d'ailleurs, tout de suite, les oublier. Non, ici, la thématique permet deux lectures fascinantes:

d'une part bien sûr, le film alerte sur un futur dans lequel les repères sont changés, l'évolution bouleversée, et d'une manière générale, dans cette planète dont la civilisation dominante s'est construite sur les décombres d'une autre ère, qui a été amenée au chaos par les excès de la science, de nous alerter sur les dangers d'un retour à l'obscurantisme sans doute, mais surtout de prévenir le chaos. Comme tout grand film de science-fiction il ne fait semblant de nous parler du futur que pour mieux nous parler de notre présent... Taylor, d'ailleurs, s'amuse beaucoup à trouver dans la jeunesse de la Planète des Singes des réflexes de rébellion qui lui rappellent ses années soixante; il est toujours amusant de voir ce brave conservateur (à droite, toute) de Charlton Heston se prêter à ce jeu, mais passons. 

d'autre part, le film a un héros bien paradoxal: un homme d'action, qui prend presque avec plaisir la nouvelle au début du film que la terre est (semble-t-il) loin de lui, que deux mille années ont passé depuis qu'il a quitté sa planète; un baroudeur, donc, qui va affronter à lui seul une civilisation, parce qu'il est doué de la parole contrairement à ses cousins humains locaux, et parce qu'il est aussi, disons-le, particulièrement intelligent, ce que ne tardent pas à découvrir les scientifiques chimpanzés. Le film respecte, à propos, la division des singes en fonction de leur espèce (les chimpanzés sont les scientifiques, les gorilles les gens d'arme, les orang-outangs les dirigeants et dignitaires religieux, c'est à dire les dirigeants dans cette société construite sur des croyances absolues), et on notera que les autres grands singes, les Bonobos et Gérard Depardieu, sont absents du film... Par contre, le film de Schaffner a un raccourci qui frise la faute de goût, à rapprocher de la blancheur persil et de la coupe de cheveux de Johnny Weissmüller dans Tarzan the ape man en 1932: tout ce petit monde parle Anglais. Ca ne donne aucune clé à Taylor, et pourtant la conclusion serait vite trouvée s'il prenait le temps de le questionner... 

Bref, pour revenir à Taylor, le fait est que c'est le héros, un homme qui agit et qui croit dur comme fer en sa supériorité sur les singes, au point de les affronter et de prouver à Cornelius et Zira, ainsi qu'à Zaïus (qui lui le savait déjà) que les hommes sont en effet les survivants d'une civilisation qui a été bien plus avancée que les singes ne le sont. Mais justement, au fur et à mesure de cette prise de pouvoir par le personnage, il apparaît de plus en plus que Zaïus pourrait bien être motivé dans sa démarche obscurantiste militante (maintenir les singes dans l'ignorance de leur passé, et les humains dans leur condition inférieure) par autre chose que l'envie d'une dictature: comme si cet état de fait était un moyen d'empêcher une apocalypse. Pour Taylor, sûr de sa supériorité et imbu de lui-même, c'est inacceptable. Mais d'un point de vue de singe, après tout... La grande subtilité du film est d'avoir fait d'un type assez peu recommandable le héros antipathique d'une absurde quête... perdue d'avance. 

Mais pour le prouver, il fat regarder le film, constamment passionnant et qui vous surprendra. Si vous ne l'avez jamais vu, par contre ne regardez surtout pas les photos glanées sur un moteur de recherche, vous le regretteriez...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Science-fiction
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 09:37

2028, la guerre menace entre la Russie et l'Allemagne, et la terre fait face à une crise redoutable de l'énergie et des scientifiques ont mis au point un accélérateur de particules, le Shepard, qu'ils vont tester depuis un satellite. Une femme qui fait partie de la mission y va autant par devoir, que pour fuir la terre, où elle a accidentellement provoqué la mort de ses enfants. Pendant le test du Shepard, tout se passe fort mal, précipitant le satellite dans une autre zone, voire une autre dimension. A partir de là, ça va être un massacre... Sans parler du fait que pendant ce temps, sur terre, d'étranges phénomènes se produisent.

La franchise Cloverfield est peu banale: elle consiste, d'une manière inédite, en une série de films qui sont des variations sur un principe: on assiste à des événements disjoints pendant qu'une apocalypse ravage la terre, faisant intervenir des monstres gigantesques qu'on aperçoit assez peu en définitive. Le premier film proposait un dispositif de caméscope embarqué, qui était retrouvé avec des images en l'état et montrait les effets du chaos sur de jeunes adultes principalement préoccupés de leur vie sexuelle et sentimentale; le deuxième prenait le parti inverse de s'intéresser à une jeune femme qui échappait au cataclysme en se réfugiant chez un homme qui devenait son kidnappeur au fur et à mesure, l'apocalypse de déroulant essentiellement dans les coulisses. Ce nouveau film lui donne un contexte, mais n'allons pas trop vite! car ce film donne aussi une date, qui n'est jamais utilisée dans les autres films, et joue beaucoup avec l'idée d'une terre sur plusieurs dimensions... 

C'est à la fois une tentative de blockbuster sans cervelle par Abrams, un producteur qui connait très bien ses classiques, et un film expérimental, qui étend un univers en jouant avec le creux et le vide, car à partir du moment où le titre contient le mot Cloverfield, un film se retrouve muni de tout un bagage qu'on n'a même pas besoin de chercher à l'écran. Des efforts sont pourtant faits pour relier le film avec ses deux prédécesseurs; mais ce n'est sans doute pas là que l'intérêt de l'expérience réside: c'est plus dans une tentative de renouveler à la fois une franchise et un genre (La science-fiction avec un équipage isolé dans l'espace), à travers un écheveau de pistes de script qui vont dans tous les sens. C'est d'ailleurs précisément ce qu'on lui a reproché, mais je pense que pour une fois (on n'est pas chez Nolan, donc au moins l'humour est volontaire) c'est une erreur de s'en plaindre, car ça ajoute un jeu cérébral intéressant. Maintenant, on a envie d'avertir JJ Abrams: les ramifications, ça peut être rigolo, mais un jour il faudra revenir en arrière, et ça peut donner des catastrophes. Et Abrams, qui était à l'origine de Lost, devrait le savoir...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans JJ Abrams Science-fiction
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 09:17

On avait quitté Alex Garland avec le formidable film Ex Machina, dans lequel il nous entraînait dans une réflexion autour de l'humanité face aux intelligences artificielles, et par là même, sur l'identité même de l'humain. On n'est pas forcément loin de ce type de réflexion dans ce nouveau film, mais cette fois le curseur se déplace, et Garland nous parle de biologie. Il a adapté un roman avec son scénario, mais c'était le premier tome d'une trilogie, ce qu'il a choisi d'ignorer. De même, il a décidé de se baser sur son impression du livre plutôt que sur l'intrigue elle-même, le résultat étant définitivement très personnel...

Lena (Natalie Potrman), une universitaire de Johns Hopkins, est une biologiste redoutable, mais elle ne sort plus de son cocon: son mari Kane (Oscar Isaac) est un soldat parti pour une mission mystérieuse, et ça fait plus d'un an qu'il n'a pas donné de nouvelles. Jusqu'à ce qu'un soir il revienne, mais différent: amoché, mécanique, désorienté... Le soir même, Lena appelle le 911, et on emmène Kane à l'hôpital... Où il n'arrivera jamais, puisqu'en chemin lui et Lena sont interceptés par une mystérieuse task-force...

Désormais entre les mains de l'armée, Lena comprend qu'elle est plus ou moins contrainte de rester dans la mystérieuse base où son mari reste sous observation. Elle fait la connaissance du Dr Ventress (Jennifer Jason Leigh) qui lui explique l'étrange situation: Kane et d'autres soldats avaient été dépêchés dans une zone sous surveillance, où un étrange phénomène s'est répandu depuis un phare sur la côte. Le "miroitement" est visible depuis la base, et Lena apprend qu'une autre équipe, menée par Vendress et entièrement constituée de femmes, s'apprête à partir: elle veut en faire partie. Une fois dans la zone du miroitement, les étranges phénomènes vont se multiplier...

Alors on va le dire tout de suite: ce film vous laissera dans le flou, vous ouvrira des pistes de réflexion, vous assénera énigme sur énigme et ne vous en donnera pas les solutions. Et puis quoi encore? Les meilleurs mystères sont ceux qui durent... Et le principal, après tout, ce n'est pas de comprendre tout, mais d'aller au bout de la réflexion que nous inspire un film; et celui-ci va loin, très loin, partant d'une petite bribe d'un cours donné à l'université par le professeur Lena: la réplication des cellules, clé de la reproduction, un phénomène situé par l'universitaire à la source de la vie, et qui devient la source du film.

Il en résulte une fascinante exploration de l'identité humaine, dans un univers formidable, et jamais vu. Un endroit merveilleux aux couleurs inédites, et un environnement marécageux où toute beauté cache des dangers inavouables. La faune, la flore, l'humanité, tout finit par se confondre dans un décor qui n'en finit pas d'être organique, qui rappelle le fameux vaisseau abandonné d'Alien en plus déroutant encore... On y vit une série d'aventures qui risquent à tout moment de tourner à l'énumération à la Agatha Christie si Garland n'y mettait bon ordre, où le destin a envoyé, c'est important, cinq femmes. Et l'une des clés du film est justement le fait de donner la vie... Et ces cinq femmes partagent toutes une tendance forte à la dépression, autre clé du film. L'une d'entre elles, on l'apprend assez rapidement, est mourante...

Plus on s'enfonce dans le film, plus le mystère s'épaissit, mais aussi plus l'esthétique nous pousse vers l'étrange, un étrange parfaitement dosé, dans lequel nous allons une fois de plus, après les robots parfaits de Ex Machina, être confrontés à des créatures presque humaines; le film maintient son intérêt grâce à la structure du film: nous sommes prévenus par les premières images, tout ceci est un flash-back (agrémenté de quelques énigmatiques flash-forwards aussi), et Lena a survécu, seule, à la mission. Le signe qu'il va falloir aller avec elle pour voir comment elle s'est retrouvée seule, et tant qu'à faire, on ira plusieurs fois, parce que ce film ne vous lâche pas, pendant le visionnage, mais aussi après qu'on l'ait vu. 

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Alex Garland Science-fiction
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 10:12

...Et si la machinerie de guerre des Américains, durant la guerre froide, avait un problème, un de ces petits soucis techniques inattendus qui peuvent précipiter le chaos plus sûrement qu'un canon à Fort Sumter? Et cette fois, que ce soit bien clair: un pur incident technique, pas la volonté d'un homme interne au système et devenu fou par anticommunisme: car en dépit des ressemblances troublantes (Politique fiction même noir et blanc sec, même compagnie, même structure chorale), Fail safe n'est pas Dr Strangelove, ce n'est en aucun cas une farce.

Non que Strangelove soit à minimiser, bien entendu, mais la volonté de Kubrick était d'offrir un gigantesque défouloir, alors que ce film entend nous faire peur, en détaillant de façon clinique, aussi froide que possible, les étapes d'une apocalypse qui n'en est que plus terrifiante. Et ces étapes sonnent tellement justes, y compris plus de cinquante années plus tard (avec un Trump à la Maison Blanche, qu'on nous protège des soucis techniques!), qu'il atteint sans problèmes son but... Bref, les événements qui se succèdent ici, mais aussi leurs commentaires idéologiques, sont terrifiants.

Tout commence un jour normal, dans une atmosphère généralisée de Guerre Froide dans les milieux du commandement Américain. Une délégation, contenant un sénateur, est reçue par une base du Nebraska où sont supervisés les avions de la défense aérienne des Etats-Unis, et un événement inattendu se produit, alors qu'un technicien est en train de changer un fusible... Un avion inconnu est repéré, toute la défense se met en branle. mais quand il est éclairci qu'il ne s'agit pas d'une attaque Russe, un avion reste en route pour bombarder Moscou.

La façon dont la chose va être analysée est disséquée, vue du point de vue d'un certain nombre de protagonistes: la base initiale, mais aussi le Pentagone, où siègent en particulier le professeur Groeteschele (Walter Matthau), un spécialiste de la guerre froide au cynisme à toute épreuve, et le secrétaire de la défense, plus mesuré; les autres "lieux" importants sont l'avion en route pour Moscou (dont les membres d'équipage sont conditionnés à refuser tout contrordre, bien sûr), et bien sûr la Maison Blanche où le président (Henry Fonda) va surtout prendre l'initiative de mener des négociations avec le Premier Soviétique, dans une conversation téléphonique de longue haleine...

Si les hommes ici présents se divisent en fanatiques anti-communistes (dont Groeteschele représente sans doute la parfaite incarnation en scientifique mesuré et pragmatique), et humanistes (tel ce général qui se fait railler pour avoir tendance à adopter un profil de pacifiste, prônant toujours une ligne ouvertement douce), ce qui est frappant, c'est à quel point les hommes réagissent dans ce film: les uns ont le sentiment de perdre leur humanité en trempant malgré eux dans une horreur sans nom, les autres sont très rapides à assumer la situation: quand la décision est prise d'offrir "en échange" de Moscou le bombardement de New York, Groeteschele calcule le nombre de victimes à prévoir comme on rédige une liste de courses...

Avec son dispositif impressionnant, et qui trahit de façon évidente l'efficacité d'un metteur en scène venu de la télévision, Lumet obtient un réalisme troublant, basé sur très peu d'effets, et sur une tension phénoménale. La distribution a son rôle à jouer, bien sûr, et de fait les acteurs ont été admirablement choisis. Les deux les plus connus sont indiscutables, et le relatif anonymat des autres joue en la faveur du film. ...Après la vision duquel je conseille de se jeter sur n'importe quelle comédie musicale, pour faire passer.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Science-fiction Sidney Lumet
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 08:29

Dans une hypothétique société du futur, un policier fait son travail... morne: le monde est désormais dominé par une matrice, un oeil central auquel chacun est connecté, et enquêter sur une mort suspecte est totalement facile: il suffit de charger les "souvenirs" de la victime; et on trouve le coupable ou les circonstances inconnues du décès. Et trouver une identité est devenu facile, puisque les gens autour de soi sont tous affublés d'un déroulant contenant leurs noms et prénoms... Seulement une série de meurtres peu banals est perpétrée: les souvenirs des victimes ont tous été altérés, et la mort est vue du point de vue du tueur... Comme l'inspecteur Sal Grayson (Clive Owen) a croisé le jour d'un de ces meurtres le chemin d'une mystérieuse inconnue (Amanda Seyfried) sans identité, dont les images se sont ensuite détruites dans son souvenir, il est intrigué...

Ce qui était mon cas aussi: je le dis depuis quelques années, Andrew Niccol peut être un auteur remarquable, et pas qu'en tant que scénariste (The Truman Show, de Peter Weir); et l'un de ses points forts est d'imaginer des mondes tangibles à quelques encablures de notre société, quitte occasionnellement à retourner à l'époque contemporaine et à son effrayante technologie quasi-futuriste: Lord of war et Good Kill sont ainsi deux films qu'on ne pourra qualifier de science-fiction... Mais Niccol n'est pas infaillible non plus, en témoigne The host, cet étrange film longuet, aux émois adolescents et au prétexte rébarbatif un poil trop gloubi-boulga: des aliens prennent nos corps, mais l'un d'entre eux devient l'ami d'une âme humaine qui fait de la résistance! 

Anon est à la croisée de toutes les tendances de l'oeuvre, à la fois un film futuriste reposant sur un gimmick technologique fort (comme Gattaca, InTime voire SimOne), une oeuvre vaguement visionnaire (Gattaca, Truman) en même temps qu'un film à thèse (Lord of war, Good Kill), le problème étant que s'il ne retient qu'une seule chose de The host, c'est... la tendance franche au ridicule.

L'idée de révéler in fine, dans cette société dématérialisée transformée en un facebookinstagram géant, qu'il y est considéré comme plus grave par les autorités de vouloir échapper aux radars que de vouloir commettre des meurtres, est bien sûr intéressante, et c'est la clé du film, dont la belle hackeuse devient une sorte de Robin des bois plus solitaire que jamais; mais il y a ici une manière de faire, et une direction d'acteurs notamment, qui est presque révoltante, tant le mot d'ordre a été d'étouffer toute émotion. Chaque geste devient mécanique, chaque expression vide, et honnêtement on souffre pour Clive Owen qui ressemble dans chaque scène à une planche à repasser. Au moins, InTime nous amusait avec ses deux Robins du Temps. Pas celui-ci qui est un film tout rabougri dont la principale qualité est de ne pas essayer trop longtemps d'être un film très prétentieux à la Christopher Nolan, ou un épisode raté de Black Mirror...

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Andrew Niccol Science-fiction Noir
1 février 2020 6 01 /02 /février /2020 16:27

A une époque futuriste mais si proche de la nôtre, un scientifique (Robert Redford) a trouvé une solution pour répondre au plus troublant des mystères de l'humanité: y a-t-il une vie après la mort? Il a découvert que oui, sans aucun doute, et l'a prouvé. Il est donc à la fois fêté comme il se doit, mais aussi très critiqué, dans la mesure où la confirmation tant attendue a provoqué une vague de suicides qui ne semble pas pouvoir s'arrêter... Deux ans après ce qu'on a appelé "The discovery" (notez la majuscule), son fils Will (Jason Segel)le rejoint sur l'île où il s'est exilé, au secret, et rencontre une jeune femme mystérieuse, Isla (Rooney Mara), qu'il ne va pas tarder à sauver elle-même d'un suicide. Will, qui doute de la véracité de la Découverte, va se confronter aux recherches de son père et affronter les fantômes de son passé...

Quelle salade! On aime les films de science-fiction à option mythologiques justement pour les clés qu'ils cherchent à explorer sur notre présent, pas dans un futur en carton-pâte, aussi glauque soit-il: Jason Segel, Robert Redford et Rooney Mara s'efforcent du début à la fin de ce film d'afficher autant d'émotions que Gai-Luron dans ses jours de déprime profonde... L'essentiel du tournage a eu lieu en Automne, et les rares tentatives d'humour ou de chaleur humaine sont ostensiblement vouées à l'échec. Le film tourne en rond, attaché à sa grande révélation finale, parfaitement inintéressante et au final, ce gâchis de talents (ce casting!!) n'est rien de plus qu'un film consommable UNE FOIS, bref, un pur produit Netflix.

Et Rooney Mara, en blonde platine...? Non.

 

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Science-fiction Rooney Mara