Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

Catégories

20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 07:48

La cinquième saison, de pus en plus sombre et de plus en plus adulte, précède un changement de chaîne de télévision qui va bouleverser la planification de la série, d'où l'idée symbolique de tout casser nue fois de plus... Inventive et exubérante, cette saison de passage définitif à l'âge adulte présente une fois de plus le cadre de la famille élargie et désormais soudée, avec l'arrivée de nouveaux membres, dont, de façon inattendue, l'ennemi d'avant, Spike. Mais il y a aussi une certaine gravité: Buffy a de nouvelles responsabilités, d'autant que Joyce est bien malade. C'est un secret de polichinelle: la saison 5 est bien celle durant laquelle l'héroïne va devoir dire adieu à sa maman, dans un épisode d'une audace remarquable, The body. C'est aussi la saison pour laquelle il faut avaler des couleuvres plus incroyables que d'habitude: une petite soeur, qu'on n'a jamais vue? Giles, devenu commerçant? Willow, ou l'improbable geek mal à l'aise en société, devenue une sorcière aux pouvoirs considérables? Et pourtant ça marche! Il faut dire que dans un esprit pulp ultime, l'équipe doit combattre cette fois contre un dieu, Glory (Clare Kramer), qui a pris forme humaine, et quelle forme! 

1.Buffy vs Dracula (Ecrit par Marti Noxon, réalisé par David Solomon)

Titre improbable, tout comme la rencontre... Pourtant, c'est presque d'égal à égal que se déroule, au pays des vampires kitsch, la confrontation entre le vampire numéro un, et la tueuse... Une façon comme une autre de prendre le public à rebrousse-poil, pour lui asséner d'une part quelques prophéties bien senties, d'autre part... l'arrivée de la petite sœur.

2.Real me (Ecrit par David Fury, réalisé par David Grossman)

Dawn est l'héroïne de cet épisode malin qui réécrit l'histoire, vue par un point de vue neuf. Mais on ne perd pas de vue le fil rouge, avec une confrontation de Dawn et d'un fou, la première. De son côté, Tara profite de la frustration de Dawn pour faire comprendre ses propres sentiments de décalage par rapport au groupe...

3.The replacement (Ecrit par Jane Espenson, réalisé par James Contner)

Xander est scindé en deux dans un épisode drôle, mais pas forcément essentiel. Par contre le personnage va faire des pas de géant, et devenir de plus en plus adulte, en s'engageant auprès d'Anya.

4. Out of my mind (Ecrit par Rebecca Rand Kirshner, réalisé par David Grossman)

Buffy « chasse » le vampire pour se défouler de sa vie quotidienne tumultueuse, et se retrouve flanquée non seulement de Riley, mais aussi de Spike... Ce dernier va prendre une décision radicale : il va faire enlever la puce qui le rend inoffensif pour les humains. Une occaion lui est fournie clés en mains, en effet Joyce a été emmenée à l'hôpital suite à un malaise, et les internes ont décelé une tachycardie sévère chez Riley, que ses ex-amis de l'Initiative décident de faire opérer par un chirurgien très doué...

On avance sur beaucoup de dossiers ; Riley et son état, le malaise de Joyce, et Dawn sont au cœur de l'épisode. Cette dernière en particulier, que l'espace d'un instant sa mère ne reconnaît plus. Autre avancée : Spike se découvre un nouvel amour...

5. No place like home (Ecrit par Doug Petrie, réalisé par David Solomon)

Le « méchant » de la saison est donc là : un dieu surpuissant, coincée dans l'enveloppe mortelle d'une jolie femme, et à la recherche d'une clé pour retrouver toute sa splendeur. Et on va donc apprendre que cette clé est... Dawn.

La condition de Joyce s'aggrave, et Buffy a un réflexe, celui de chercher dans le surnaturel la cause de son mal.

6.Family (Ecrit et réalisé par Joss Whedon)

Une pause dans l'intrigue et dans l'évolution de l'état de santé de Joyce : cette fois, Whedon à la barre nous donne enfin une raison pour une foule de petits indices qui rendaient le personnage de Tara troublant. Il en profite pour rappeler que le mal ne vient pas que des êtres maléfiques...

7.Fool for love (Ecrit par Doug Petrie, réalisé par Nick Mark)

Spike est interrogé par Buffy pour la renseigner sur les tueuses qu'il a lui-même supprimées... L'occasion d'une part pour un grand épisode dans lequel James Marsters s'en donne à coeur joie pour donner toujours plus de substance à son personnage, mais aussi pour un cross-over magique entre Buffy et Angel...

8.Shadow (Ecrit par David Fury, réalisé par Dan Attias)

Le mal de Joyce se concrétise, et la réalité brutale fait son apparition dans le fantastique... Pendant que Riley se sent de plus en plus écarté par Buffy. Et Glory continue à évoluer entre sa recherche incessante d'ne « clé », et sa collection impressionnante de chaussures.

9.Listening to fear (Ecrit par Rebecca Rand Kirshner, réalisé par David Solomon)

Une créature venue de l'espace se nourrit de la folie des gens touchés au cerveau, soit fous, soit... malades. Joyce est donc en danger. Mais surtout elle commence à voir comme tous les autres « malades », que Dawn n'est pas humaine. Riley se rend compte que Spike fait sans doute plus pour aider Buffy que lui...

10.Into the woods (Ecrit et réalisé par Marti Noxon)

Riley part. Le personnage est très amer, a de bonnes raisons de partir : c'est un home un vrai, et il est le second couteau d'une femme... Celle-ci en revanche ne lui pardonnera cette décision qu'avec difficultés...

11.Triangle (Ecrit par Jane Espenson, réalisé par Christopher Hibbler)

Anya et Willow, laissées par Giles pour garder la boutique, vont s'affronter et... créer un troll par inadvertance. Celui-ci, Olaf (Abraham Benrubi) s'avère être le petit ami qu'Anyanka avait puni pour se venger, ce qui lui avait valu une offre pour devenir démon de la vengeance... Episode très drôle, comme toujours quand on a un bon gros troll.

12.Checkpoint (Ecrit par Doug Petrie et Jane Espenson, réalisé par Nick Marck)

Glory vient réclamer sa « clé » chez Buffy. Durant la scène dawn inconsciente du danger vient et se montre particulièrement adolescente ! Et le conseil des observateurs vient en délégation pour effectuer une inspection de Giles et Buffy... Qui tournera à l'avantage de ces derniers. De son côté, Spike s'essaie au bien, avec une certaine touche personnelle.

13.Blood ties (Ecrit par Steven S. DeKnight, réalisé par Michael Gershman)

Dans ce qui est le désormais traditionnel épisode consacré à l'anniversaire de Buffy, le mal existentiel de Dawn atteint un point de crise ; en effet elle sait... Spike se rapproche de plus en plus, et on apprend enfin quel est le lien entre Glory, ou le dieu Glorificus, et le gentil interne de médecine Ben.

14.Crush (Ecrit par David Fury, réalisé par Dan Attias)

Das un premier temps, le 'crush' en question semble être celui de dawn pour Spike. Mais il s'agit, bien sur, de l'amour fou furieux de ce dernier pour Buffy... Suffisamment pour que Buffy s'en inquiète, d'une part, mais aussi pour qu'on convoque pas moins de deux femmes pour s'attaquer à cette montagne de n'importe quoi : Harmony et Drusilla. C'est malgré tout à une confrontation entre Spike et Buffy que ous assistons essentiellement.

15.Iwas made to love you (Ecrit par Jane Espenson, réalisé par James Contner)

Oui, la jolie April qui cherche son petit ami partout est un robot. Mais cette histoire amusante de jeune femme parfaite qui a été créée pour satisfaire aux besoins émotionnels d'un éternel adolescent frustré aura des résonnaces sombres, burlesques, voire tragiques. Et Joss Whedon choisit précisément l'épisode le plus loufoque de la saison pour asséner le coup le plus terrible au spectateur...

16.The body (Ecrit et réalisé par Joss Whedon)

En une narration toute en tension, ce que souligne encore plus l'absence totale de musique, et les silences pesnts qui accompagnent l'intrigue, une chronique, minute après minute, d'une famile qui doit désormais vivre avec la perte de l'un(e) d'entre eux, d'autant plus frustrante que rien ne pouvait être fait, et qu'en dépit de tout, cette disparition n'a absolument rien de surnaturel... Chef d'oeuvre, douloureux et définitif.

17.Forever (Ecrit et réalisé par Marti Noxon)

Comment gérer la perte ? C'est le sujet de cet épisode, qui montre chacun affairé du mieux qu'il/elle peut pour supporter le choc ; Mais Buffy, responsable de sa petite sœur, et Dawn, trop jeune, n'auront pas la même façon de faire. Et Willow, qui a confiance dans la magie pour tout résoudre, n'arrange pas les choses en aidant Dawn à mener un projet dangereux...

18.Intervention (Ecrit par Jane Espenson, réalisé par Michael Gershman)

Buffy désire comprendre comment elle peut arriver à triompher de son nouvel ennemi... Giles l'amène en plein désert pour un dialogue en tête à tête avec l'esprit de la première tueuse, qui va lui révéler une information dont dans un premier temps elle ne saura pas quoi faire : elle est mue par le feu, la passion et l'amour : elle a un don, et ce don est la mort... Elle comprendra plus tard. De son côté, Spike accuse réception de son nouveau jouet, un « Buffybot », qui va jouer un rôle crucial. Mais tout d'abord, il y aura bien sur beaucoup de confusion... Et une très jolie scène qui renverse enfin la vapeur, entre Buffy et Spike, lorsque cette dernière comprend enfin que le vampire veut vraiment les aider contre Glory.

19.Tough love (Ecrit par Rebecca Rand Kirshner, réalisé par David Grossman)

Glory se rapproche, et croyant trouver la 'clé', s'en prend à Tara : mal lui en prend, on en profite pour constater que Willow est de plus en plus puissante. Prenons-en note, ça pourrait servir plus tard ! Pour le reste, à la fin de cet épisode, Glory comprend enfin où elle doit aller chercher l'objet de sa convoitise, et le compte à reburs est lancé pour la fin de la saison...

20.Spiral (Ecrit par Steven S. DeKnight, réalisé par James Contner)

Le Scooby gang, flanqué de Spike, prend a fuite, poursuivi par un groupe de chevaliers... Whedon s'amuse à mélanger les époques, et rejoue la scène de poursuite dans le désert de Stagecoach, avec un fourgon aménagé, des chevaliers moyen-âgeux, et un vamire qui conduit...

21.The weight of the world (Ecrit par Doug Petrie, réalisé par David Solomon)

Avant le grand final, une pause onirique superbe, qui explore de nouveau l'inconscient de l'héroîne ; ce n'est pas la première fois, mais c'est cette fois-ci d'une grande lisibilité : Willow se rend 'dans le subconscient' de Buffy, et cherche à la remotiver alors qu'elle semble avoir abandonné sa mission, suite à l'enlèvement de sa sœur par Glory. Un excellent gag récurrent est lié à un truc de scénario embarrassant: le fait que Ben et Glry soient liés, semble impossible à capter pour les humains... Tant mieux, car sinon la saison ne tient pas debout !

22.The gift (Ecrit et réalisé par Joss Whedon)

Final, et à plus d'un titre. Comme souvent, l'équipe se ressoude, et triomphe, ou presque, grâce à leur travail de groupe. Mais plusieurs constats : d'une part, Spike semble passé totalement du bon côté ; ensuite, Giles est décidément bien plus sombre qu'on ne le croirait, enfin, Willow devient tellement douée, qu'elle en serait presque inquiétante. Elle fait ici ses premières armes avec la télépathie, par exemple...

Une fois vu cette épisode, il semble ne  plus y avoir d'échappatoire. Et pourtant, il y aura une sixième saison: nouvelle, plus noire, plus belle pour moi, mais aussi controversée sur bien des points...

Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Joss Whedon TV
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:00

Il y a une sorte de recadrage nécessaire dans cette quatrième saison, ce qui oblige les spectateurs fidèles à s'adapter. Le lycée, c'est fini (Et détruit du reste!), les rôles de chacun sont changés à jamais: ainsi, de nos quatre protagonistes restants (Buffy, Willow, Xander et Giles), seules deux vont à l'université, Xander ayant décidé sagement de tenter de rentrer dans la vie active, et Giles ayant doublement perdu son poste: "viré" par le conseil de observateurs, et documentaliste d'un lycée qu'il a lui-même contribué à faire exploser. Sachant que Willow a une vie sentimentale assez intense, et Buffy une tâche lourde à accomplir, on comprendre pourquoi cette saison nous parle essentiellement de séparation, du carrefour situé à ce moment crucial d'un jeune adulte: fini le lycée et l'enfance, bonjour la suite... Mais cette séparation va prendre de multiples formes.

C'est une saison virtuose, pauvre en épisodes mineurs, et qui grandit sensiblement avec ses personnages. On sent bien que Whedon cherche à changer son public... du coup, c'est plus sombre, plus varié aussi, et la division entre le bien et le mal change: l'ennemi principal ici est une structure gouvernementale et militaire qui fait concurrence à Buffy et ne s'embarrasse pas de scrupules. Ce qui ne va pas simplifier les choses, bien sur, c'est que Buffy va se laisser séduire par l'un des membres de la dite organisation, le charmant Riley Finn (Marc Blucas), qui ressemble à s'y méprendre à un brave garçon de l'Iowa... le premier petit-ami normal de Buffy!

Si Xander, de son côté, s'affiche en couple avec l'hilarante ex-démon Anya, et Giles a, mais oui, une vie sentimentale avec la jolie Olivia (Phina Oruche, dans trois épisodes), ce sont malgré tout Oz, Spike et Wilow qui remportent la palme: Oz, d'abord, qui va terminer sa participation à la série dans un ensemble d'épisodes, est finalement beaucoup plus compliqué en tant qu'être humain qu'en tant que loup-garou, ce qui va bien sur rejaillir sur Willow. Celle-ci va trouver, de façon inattendue, dans la timide Tara (Amber Benson) la possibilité d'une nouvelle vie. En continuité avec le thème global de la féminité qui court sur les sept saisons, bien sur... De plus, avec ses nouveaux pouvoirs, Willow échappe désormais à ce qui était son lot: la mise en danger permanente... Et Tara, timide, mal à l'aise et gauche, est parfaite pour devenir la victime potentielle des vampires, monstres, et autres loup-garous... Spike de son côté, se retrouve brièvement entiché de Harmony, devenue une vampire à la fin de la saison 3. ce qui confirme ce qu'on soupçonnait depuis longtemps: oui, William the bloody aime les blondes... Et en cerise sur le gâteau, le vampire est désormais inoffensif pour les humains, ce qui va contribuer à le rapprocher de ses ennemis.

Une saison de Buffy sans petits mystères ne serait pas complète, pas plus qu'on ne l'imagine sans retour en arrière. On verra donc ça et là des apparitions de Angel, bien sur, de Faith, mais aussi de Joyce Summers. Mais les petites énigmes valent leur poids, et la plupart seront résolues dans la cinquième saison: que voulait dire l'étrange compte à rebours dans le dernier épisode de la saison 3, rappelé dans le dernier de la quatrième à travers le chiffre 730? Pourquoi faire un lit (Vu ou mentionné dans les rêveries de deux épisodes en question)? Et lorsque Buffy croise en rêve la toute première tueuse de l'histoire, elle prend tout à coup une place mythologique plus fantastique que jamais, devenant la première et la seule à triompher du mal en se faisant aider de... sa famille, le maître-mot de cette excellente série.

Et pour finir de convaincre que cette saison, parfait mélange d'une thématique intelligente et de pulp, est exceptionnelle, on y trouve les extraordinaires épisodes Hush, Superstar et Restless.

1 The freshman (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

L'arrivée de Buffy, Willow et Oz à l'université; l'épisode est largement consacré à l'incertitude de Buffy, dont les doutes sur l'avenir se transforment en doute tout court.

Par ailleurs, qui sont ces soldats masqués, qui la nuit enlèvent les vampires ?

2 Living conditions (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Grossman)

L'équipe installe le nouvel environnement. Ca passe par des épisodes plus anecdotiques, mais qui tous font progresser le petit mystère soulevé lors du premier épisode. Dans celui-ci, Buffy affronte seule (Personne ne la croit) une co-locataire diabolique... dans un mélange de pulp et de pure banalité : il sera question ici de frigo, de musique et d'ongles d'orteils...

3 The harsh light of day (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par James Contner)

Les vampires sont toujours là, et la nouvelle Harmony est de retour... avec Spike ! Alors que Buffy rencontre Parker, un séduisant jeune homme, elle doit une fois de plus lutter contre son principal ennemi, à la recherche d'une bague qui pourrait le rendre invulnérable. Classique...

4 Fear, itself (Ecrit par David Fury, dirigé par Tucker Gates)

Cet épisode de maison hantée est un joyau du genre, mais sa conclusion (Qui remet le nouveau « Scooby gang » ensemble, c'est à dire Giles, Willow, Xander, Oz et la nouvelle recrue Anya) qui les voit affronter le terrible démon de la peur, permet au moins de constater qu'ils ont grandi.

5 Beer bad (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par David Solomon)

Buffy est tellement mal suite à sa désastreuse rencontre avec Parker qu'elle se laisse convaincre par l'invitation de quelques étudiants de noyer son chagrin dans la bière. Un épisode qui rappelle que tous les hommes, finalement, ne sont que des Néandertaliens...

6 Wild at heart (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Grossman)

Oz n'est pas le seul Loup-garou du campus, et l'apprend d'une manière embarrassante... Ce qui aura pour conséquence son départ. Un avantage, malgré tout : les histoires de loup-garou, c'est toujours soumis à des maquillages qui sont d'une absolue laideur, et Buffy ne fait pas exception.

7 The initiative (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par James Contner)

On en vient enfin à la question qui s'impose : mais qui sont ces militaires en armes qui rôdent la nuit et enlèvent les monstres ? Episode de haute volée, dans lequel Spike se découvre un handicap de poids. Par ailleurs, il figure désormais au générique de la série...

8 Pangs (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par Michael Lange)

Thanksgiving: Buffy qui tente de se forger une vie normale en organisant la fête tout en bourrant les pifs! Spike est désormais inoffensif, et est sous la protection de Giles; une tribu Indienne revient d'entre les morts pour se venger, et le tout est complété par le premier cross-over entre Buffy et Angel!

9 Something blue (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par Nick Marck)

Buffy (Qui revient de LA) va tomber victime, comme tous ses amis, d'un sort que Willow, qui ne parvient pas à gérer l'absence de son petit ami, ne contrôle plus. Beaucoup de moments anthologiques...

10 Hush !(Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Celui-ci parle de communication, et c'est sans doute l'un des meilleurs épisodes de toute la série, les sept saisons confondues... J'y reviendrai plus en détail. Disons qu'il y est question de se battre contre des démons qui vous ont enlevé la faculté de parler, voire... de hurler.

11 Doomed (Ecrit par David Fury, Marti Noxon, Jane Espenson, dirigé par James Contner)

Une intrigue de démons qui, une fois de plus, déclenchent une apocalypse qu'il va falloir contrer, cache à peine le fait que cet épisode montre la difficulté pour Buffy d'avoir un petit ami (Riley Finn), qui lui-même fait partie d'un commando anti-monstres, et d'effectuer sa mission en bon ordre.

12 A new man (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par Michae Gershman)

Giles s'isole de plus en plus et ressent avec rancoeur le fait que Buffy semble accorder plus de crédit à Maggie Walsh et l'Initiative, qu'à son observateur. Alors quand il se réveille, transformé en démon et impossible à reconnaître, le vase déborde... Une première dans la série : c'est la première fois que Giles a « son » épisode... qui l'oblige à faire équipe avec Spike !

13 The I in team (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Buffy prend très à cœur son arrivée au sein de l'Initiative, et en prime au plus près de Riley. Elle délaisse ses copains, son observateur, à tel point que Willow va chercher refuge auprès de sa nouvelle amie Tara. Mais Maggie Walsh, qui traficote des trucs en secret, veut-elle vraiment le bien de Buffy ?

14 Goodbye Iowa (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Solomon)

Les conséquences de la tentative d'assassinat de Buffy par Maggie Walsh, du meurtre de cette dernière par la créature Adam, et de la fuite enfin du monstre, sont variées, mouvementées, intéressantes. Willow et Tara se rapprochent de plus en plus, Riley perd les pédales... On en profite pour lancer un salut appuyé au Frankenstein de James Whale avec la créature Adam.

15 This year's girl (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par Michael Gershman)

Une revenante : Faith sort du coma ! Non sans avoir une fois de plus partagé le même rêve que sa rivale, Dans lequel il est question de faire son lit, de la rancune de Faith d'avoir été poignardée, et aussi d'une mystérieuse « petite soeur ».

Faith finit, grâce à un gadget légué par Richard Wilkins, par échanger sa personnalité avec celle de...

16 Who are you ? (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

...Buffy n'est donc plus Buffy. Très bel épisode, dense et riche en interrogations. Pendant que Buffy/Faith doit lutter pour prouver qu'ele n'est pas la tueuse pirate, Faith/Buffy, sous son nouveau déguisement, essaie de semer la pagaille dans la vie de sa concurrente en profitant de lui avoir volé son apparence, mais ressent un besoin de faire la justice, qu'elle ne connait pas mais qui finit par prendre toute la place en elle.

17 Superstar (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par David Grossman)

Le générique a changé, et en fait tout a changé. La seule chose qui semble en continuité avec le reste de la saison, c'est que nos héros sont bien nos héros avec leurs problèmes (Les conséquences du passage de Faith dans leur vie, la menace d'Adam, des vampires et des monstres, etc), mais ils sont éclipsés en tout par l'extraordinaire génie de... Jonathan. Danny Strong s'est fait plaisir, et ce script très malin rappelle que le mal peut venir de partout, que décidément, tout a des conséquences.

18 Where the wild things are (Ecrit par Tracey Forbes, dirigé par David Solomon)

Un petit ratage. A force de vouloir trop en faire, l'équipe se plante en créant un épisode de maison hantée non par des fantômes, mais par des pulsions érotiques incontrôlables. Buffy et Riley passent tout l'épisode au lit... La température monte, mais on s'ennuie, à part dans un moment de pur bonheur : Willow, Tara, Xander et Anya découvrent Giles chantant Behind blue eyes dans un café, et ils en restent bouche bée... et un peu embarrassés.

19 New moon rising (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par James Contner)

Oz revient, et se retrouve confronté à une situation inattendue : il a été remplacé dans le cœur de Willow par Tara... Qui elle-même n'en est pas très sure.

Et Buffy découvre donc que Willow a un amour "contre nature" . Sa réaction nous confirme une impression déjà forte : elle est un peu conservatrice, pour quelqu'un qui s'affiche avec des créatures surnaturelles, non ?

20 The Yoko factor (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par David Grossman)

Whedon a tourné cette fois le curseur des forces du mal dans une direction inattendue, qui met un beau désordre dans le monde auparavant si tranché de Sunnydale.

Le titre est une allusion à Yolo Ono et sa supposée responsabilité (d'ailleurs démentie) dans a fin des Beatles : Adam cherche à éloigner nos héros les uns des autres, et utilise Spike pour parvenir à ses fins. En coulisses, Angel revient...

21 Primeval (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Puisque on cherche à les désunir, les héros vont s'allier enfin, de nouveau, par la magie: sous la haute responsabilité de Giles qui trouve enfin quelque chose à faire au-delà de son rôle limité de conseiller, ils s'unissent en Buffy pour être tout-puissants, et défaire Adam... Episode rempli, hautement satisfaisant, qui laisse quelques mystères pour le 22e, et qui par contre clôt l'intrigue de la saison. Donc pourquoi un 22e ?

22 Restless (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

...Parce que si le thème de la saison est bien la séparation, il convient aussi d'examiner le cas de chacun des protagonistes, d'où ce merveilleux moment passé à voir les rêves respectifs de Willow, Xander, Giles et Buffy. Ils sont riches en notations magnifiques sur le caractère de chacun, l'insécurité de Willow, les angoisses de Xander quant à son avenir, et l'omniprésence du sexe dans son esprit, la difficulté de Giles à se voir comme autre chose qu'un professeur décalé par rapport à ses élèves … De son côté, Buffy reçoit la clé de l'énigme : leurs rêves sont tous envahis par un personnage mystérieux, l'esprit de la première tueuse qui a été 'dérangée' dans son sommeil éternel par le sort utilisé lors de l'épisode précédent. Tout a une conséquence, certes, mais tout est aussi annoncé. On parle, dans ces rêves, d'un certain nombre d'éléments futurs.

L'épisode, et la saison, se terminent donc sur un mystère : Buffy réalise, sans le comprendre, que Joyce a réaménagé une chambre.

Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)
Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)
Buffy the vampire slayer #4 (Joss Whedon, 1999-2000)
Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Joss Whedon TV
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 10:21

La troisième saison de la série poursuit sur sa lancée, et continue à illustrer et chroniquer la vie des adolescents dans un lycée Américain, mais cette fois, c'est pour en finir une bonne fois pour toutes : s'avisant du fait que le lycée ne dure que trois ans, Whedon et son équipe ont donc prévu une sortie en beauté, des perspectives d'avenir, et des changements drastiques. Et du coup le sujet même de cette saison devient la sortie du lycée, le rite de passage qui contient sa dose de maturité, de remise en question, de choix difficile et de deuil. Tout ça sera donc contenu dans la progression de cette excellente saison.

Buffy va donc une fois de plus faire face à une tueuse différente, et après Kendra qui était si rigoureuse, la nouvelle, Faith (Eliza Dushku) est en réalité encore plus rebelle qu'elle, ce qui bien sur a pour effet de renvoyer d'elle-même une image à laquelle elle est peu habituée. Eliza Dushku est formidable, boule d'énergie qui trouve très vite s place, en reflet déformé de Buffy mais apte à se doter d'une vie propre. Poursuivant sa politique des poupées russes, Whedon introduit ici des méchants qui se font vite remplacer, avant d'asséner un coup de grâce : le "villain" viendra de là où on ne l'attend pas... Et les démons commencent à évoluer parmi les humains, en étant de moins en moins stigmatisés, et combattus.

L'extension de lunivers passe par une redéfinition du rapport de Buffy au conseil des observateurs, qui tentent de reprendre le dessus sur la jeune femme en dépéchant un envoyé, Wesley Wynda-Pryce, qui ne fera qu'accentuer le gouffre désormais creusé entre les instances et leur tueuse qui ne travaile bien qu'en équipe restreinte.

Agel revient de l'enfer, sans qu'on sache pourquoi... On voit ici l'équipe s'amuser avec la perspective de « tourner » Angel en vampire maléfique une fois de plus, mais l'essentiel du rôle du vampire avec une âme consiste à préparer son départ, autant dans l'intrigue de la série qu'en tant que future vedette de sa propre série.

Et les amis de Buffy continuent d'évoluer, Wilow dans sa maîtrise de la sorcellerie, mais aussi dans son affirmation d'elle-même. Elle, comme Xander, ont même leur épisode en solo, et les deux font partie de la rême de la saison. Xander, à ce propos, continue de se démarquer des autres : pas de talent particulier, des résultats scolaires médiocres, et une inimitié mordante pour Cordelia... Rien de nouveau ? Disons que le personnage ermet un ancrage de point de vue des « gens normaux », ce qui est appréciable.

1 Anne (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Buffy a disparu, d'autant qu'elle a aussi été virée par le principal Snyder. Giles la cherche, ses amis Willow, Xander, Cordelia et Oz qui doivent commencer sans elle une troisième année de lycée essaient tant bien que mal de la remplacer. Nous la suivons, quant à nous, à Los Angeles, où elle s'est réfugiée afin d'exorciser la décision qu'lle a prise récemment, de tuer son petit ami. Elle veut cesser d'exister, échapper à cette insupportable responsabilité qui consiste à sauver le monde. Mais une aventure à Los Angeles, manifestement un enfer sur terre, la pousse à se reconnaître, enfin, comme ce qu'elle est. L'épisode est crucial dans une saison qui va confirmer cette donne : la troisième et dernière année de lycée, c'est celle durant laquelle on termine le travail sur soi, et pour Buffy, ça prend évidemment des proportions cosmiques. Le début de saison est en demi-teintes, mais il est séduisant, et il change complètement de la routine...

2 Dead man's party (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par James Whitmore Jr)

Le retour de Buffy n'est évdemment pas anodin, il fallait au moins un épisode. Donc en apparence, on lui prépare une fête, mais en vérité, tout le monde lui fait un peu la tête. Et ce qui n'arrange rien, c'est que le mal qui la ronge, la mort nécessaire d'Angel qui venait de retrouver son âme, Buffy ne peut en parler à personne. Mais cet état de faits douloureux passe par du fun parfaitement assumé, avec une petite fête qui dégénère en bal des zombies, à l'aide d'un McGuffin fourni par Joyce ! Celle-ci, du reste, voit désormais le vrai quotidien de sa fille...

3 Faith, Hope and Trick (Ecrit par David Greenwalt, dirigé par James Contner)

Le titre s'explique facilement : Faith est donc le nom de la nouvelle tueuse... qui a un gros vampire dangereux aux trousses. Hope est le nom codé du nouveau petit ami potentiel de Buffy (Scott, de son prénom), un type normal et qui ne fera sans doute pas long feu. Et Trick est le nom d'un vampire qui va momentanément incarner une menace importante sur Buffy et Sunnydale. Mais soyons francs : ce qui est important, c'est d'une part l'arivée de Faith, . Son nom (la foi) lui permet de faire son devoir sans poser de questions, et elle y a pris goût : Faith est une tueuse, douée, sans merci, et qui aime la violence. La relation avec Buffy part très mal. D'autre part, un détail : Angel revient.

4 Beauty and the beasts (Ecrit par Marti Noxon, diirigé pr James Whitmore Jr)

...Et Buffy qui le recontre au hasard d'une chasse nocturne a donc appris le retour de son fiancé, qui revient choqué d'une dimension infernale. Elle s'interroge bien sur sur la marche à suivre, et se demande s'il redeviendra normal... Pendant qu'un phénomène mystérieux fait des victimes, des gens qui sont retrouvés horriblement mutilés. Le loup-garou Oz a-t-il tué ? La réponse permettra à Marti Noxon de faire passer un message en subtilité sur les femmes parfois victimes des hommes, les vrais, et le titre est à prendre dans ce sens.

5 Homecoming (Ecrit et dirigé par David Greenwalt)

Buffy essaie décidément de mettre de l'ordre dans sa vie...

Scott rompt avec elle, anéantissant du même coup le seul lien avec une vie de lycéenne à peu près normale qui lui restait. De son côté, Cordelia est affairée à devenir Homecoming Queen, ce qui augmente son comportement de personne persuadée d'être le centre du monde. Buffy décide de lui faire une sérieuse concurrence... Pendant ce temps, Trick lance une chasse à la tueuse, qui fait intervenir un certain nombre de personnages louches, et attire l'attention d'un nouveau personnage, le maire de la ville.

Et Xander et Willow font face à un développement inattendu de leur amitié...

6 Band candy (Ecrit par Jane Espenson, et dirigé par Michael Lange)

Episode fantastique, durant lequel Ethan Rayne est engagé par le maire et Trick pour organiser les confitions d'une cérémonie secrète : il s'agit de donner un tribut à un des démons qui permettent au maire de rester en place depuis, disons, fort longtemps... fin de rendre possible la fête, le chaos doit rêgner à Sunnydale. La mairie distribue des caisses de chocolat à l'école, et la mission des lycéens est d'en vendre à leurs parents. Mais les parents, rajeunis par le chocolat, commencent à perdre les pédales...

Faith est totalement absente, mais l'épisode est formidable de drôlerie, tout en fournissant un écho particulièrement pertinent à la frénésie de Xander et Willow qui arivent de moins en moins à contrôler leur attirance mutuelle.

7 Revelations (Ecrit par Doug Petrie et dirigé par James Contner)

Une nouvelle observatrice pour Faith, Gwendolyn Post, qui s'en prend à Giles et Buffy, arrive à un bien mauvais moment, car Xander a vu Buffy dans les bras d'Angel, et le révèle à ses amis. Faith se met donc en tête de le traietr comme tout vampire, pendant que Mrs Posts'avère être mue par des motifs peu glorieux... Il ressort de cet épisode que Buffy est au moins dotée d'amis, même si elle peut parfois en souffrir, au moins leur motivations sont-elles nobles. Faith affiche de plus en plus sa solitude.

8 Lovers walk (Ecrit par Dan Vebber, et dirigé par David Semel)

Ce formidable épisode se charge de ppermettre aux personnages de faire le point sur leurs relations respectives, et en particulier bien sur Xander et Willow qui « trompent » (chastement pour l'instant) leurs compagnon respectif l'un avec l'autre. C'est Spike, revenu à Sunnydale pour oublier ses conflits avec Drusilla, qui va donner l'occasion : il les enlève afin d'obliger Willow à lui confectionner un filtre d'amour pour Drusilla. Cordelia et Oz vont surprendre, en voulant les sauver, Xander et Willow en plein baiser, et Cordelia est blessée... Mais Spike va aussi faire sérieusement réfléchir Buffy et Angel en leur révélant à quel point ils sont incapables de rester amis. L'épisode est excellent de bout en bout, et nous donne un nouvel aperçu de l duplicité du maire Wilkins, dont on sent bien qu'il va apporter des ennuis.

9 Wish (Ecrit par Marti Noxon, et dirigé par David Greenwalt)

Cordelia identifie Buffy comme la source de tous ses maux, et regrette qu'elle ne soit jamais venue à Sunnydale... Devant Anya, démon de la vengea,ce,qui exauce ce vœu immédiatement. Tout ce qui suit découle logiquement du souhait de Cordelia, et éclaire un peu plus les personnages, qui sont vus en pleine crise. Willow en vampire est étonnante...

10 Amends (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Quel meilleur moyen dans un film Américain de symboliser le miracle de Noêl, qu'un peu de neige ? Bien sur, nous sommes au sud de la Californie, mais ce n'en est que plus remarquable... Cet épisode permet à Buffy et Angel d'affronter la réalité de leur situation, tout en offrant à Angel une occasion de souffrir vraiment : c'est la deuxième fois que le mal absolu, « the first », est mentionné...

11 Gingerbread (Ecrit par Jane Espenson et Thania St John, et dirigé par James Whitmore Jr)

Parce qu'en accompagnant sa fille sur une patrouille elle a vu les cadavres encore tous chauds de deux enfants, probablement tués par un culte de sorciers, Joyce Summers se lance das une croisade pour nettoyer la ville de tout ce qui est malsain. Une foule fanatisée, soutenue par le maire, s'en prend donc à tous les jeunes qui ne filent pas droit, et Buffy, Willow et Amy sont en première ligne...

Mais qui sont les deux enfants en question, et d'où viennent-ils ?

L'épisode montre bien le pouvoir de la foule, et la façon dont un soupçon de politique peut venir agiter une foule et transformer des braves gens en des fascistes, un thème totalement d'actualité hélas. Par ailleurs, l'épisode éclaire le rapport difficile de Willow à ses parents, d'une façon intéressante, et est l'occasion pour Amy de disparaître en beauté, en se métamorphosant en rat...

12 Helpless (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Buffy décline. Pourquoi ? Il semble bien que Giles en sache plus qu'il ne l'admet...

Testée par le conseil ds observateurs, Buffy va prendre un peu plus son indépendance, et Giles va se faire virer...

13 The Zeppo (Ecrit par Dan Vebber, dirigé par James Whitmore Jr )

Zeppo Marx : des cinq frères, c'est le quatrième : il jouait l'élément raisonnable dans les films Paramount, et ses trois frères lui ont prié de ne plus apparaître à l'écran lors du passage à la MGM. Cordelia, qui a des références, indique donc à Xander qu'il n'a rien à faire avec les Buffy, Giles, Willow... Il n'est rien, et n'a rien pour lui, contrairement à Oz qui lui au moins est un loup-garou. Ca va être le point de départ d'un épisode complètement centré sur le personnage, auquel un certain nombre de choses vraiment intéressantes vont arriver, sans que jamais personne d'autre (Hum, à part Faith, qui partage une petite heure avec lui...) le sache. Ils étaient trop occupés à sauver le monde d'une apocalypse imminente.

14 Bad girls (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par Michael Lange )

Après avoir patrouillé chacune de son côté, après s'être évitées même, les deux tueuses patrouillent et zigouillent les vampires ensemble, et Buffy se prend à voir les choses du côté de Faith : le plaisir de tuer, l'éveil sensoriel, et la tentation de laisse de côté ses chères études pour se laisse aller à la nature prédatrice de sa vocation... Seulement un homme est tué par erreur lors de leurs sorties...

De son côté, le maire Wilkins se révèle de plus en plus inquiétant... Pourtant ce ne sera pas lui la grande menace de cette saison...

A côté de cette sombre occurrence, l'épisode voit l'arrivée de Wesley Wyndam-Pryce, le nouvel observateur...

15 Consequences (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par Michael Gershman)

Le titre est on ne peut plus clair, et rappelle que tout a des conséquences justement. Ici, c'est le comportement de Faith qui pose problème. Elle va jusqu'à dénoncer Buffy pour le crime qu'elle a elle-même commis. L'épisode est dur, sombre et une fois de plus on voit que le mal est parfois tout proche...

16 Doppelgangland (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Une autre série de conséquences est à l'oeuvre ici : Anya, le démon qui avait enoyé Cordelia dans une autre dimension, a perdu son penditif qui lui permettait de conserver ses pouvoirs, et en fait il est perdu dans l'autre dimension, celle où Buffy n'habitait pas Sunnydale. Suite à une erreur de manipulation de Willow, à laquelle elle a demandé de l'aider dans un sort pour le récupérer, elles ont ramené un vampire de cette dimension, et non des moindes : Willow. L'épisode est hilarant, et c'est un festival de phrases à la Willow, de situations à la Willow, et elle va même apprendre des choses sur elle-même.

17 Enemies (Ecrit par Doug Petrie, dirigé par David Grossman)

Cette fois, Faith abat ses cartes : pour le compte du maire Wilkins, elle tente de « tourner » Angel en Angelus, et se révèle une ennemie très coriace... De leurs côtés, Agel et Buffy réalisent qu'ils sont dans une impasse amoureuse.

18 Earshot (Ecrit par Jane Espenson, dirigé par Regis Kimble)

Pour dévélopper un peu plus le concept du « tout a des conséquences » érigé en pierre fondatrice de la série, cet épisode utilise un prétexte simple : Buffy, en tuant un démon, a été « infectée » par lun de ses pouvoirs, et désormais entend les pensées des autres. Pittoresque au départ, utile ensuite, ça finit par être encombrant car le pouvoir s'installe, et elle entend vraiment tout : Xander ne pense qu'au sexe, que Cordelia ne fait aucune différence entre ses pensées et ses paroles, et Buffy apprend en entendant les pensées de sa mère qu'elle a couché avec Giles lors de l'épisode fameux des chocolats ensorcelés...

Mais surtout elle entend distinctement un tueur annoncer un carnage au lycée. Mais qui ?

Jonathan acquiert soudainement un relief phénoménl dans un épisode qui semble nous expliquer pourquoi on le voyait si souvent incarner l'étudiant lambda.

19 Choices (Ecrit par David Fury, dirigé par James Contner)

Le choix, c'est celui de l'avenir : la sortie du lycée se profile... Pour ceux qui survivront, bien sur. Pendant ce temps, le maire continue à préparer son « ascension », dont personne ne parvient à comprendre encore ce qu'elle représente, si ce n'est que le risque est énorme. Dans cet épisode, une fois de plus, la règle absolue du « mettre Willow en danger » est appliquée, ce qui a pour conséquences d'une part de lui montrer à elle-même qu'elle peut encaisser bien plus (Elle tue un vampire avec la magie), et d'autre part qu'elle va donc devoir résister aux sirènes d'Oxford, Harvard, Yale, etc, pour rester à Sunnydale. L'épisode se clôt sur une révélation inattendue à propos de Cordelia.

20 The prom (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Solomon)

Le choix, c'est le thème essentiel de cette saison, c'est aussi l'inévitable conclusion de l'étrange relation entre Angel et Buffy : alors que ses amis se préparent à affronter le départ du lycée le cœur relativement léger, Buffy entend Angel lui annoncer son départ définitif après la fin du lycée.

L'aboutissement de trois ans de lycée est donc pour elle essentiellement consacré à protéger les autres lycéens contre les inévitables attaques durant le « prom ». Elle y reçoit de Jonathan et de tous les autres lycéens, un vibrant et inattendu hommage. Néanmoins, on appréciera l'image de ces étudiants tellement rejetés par les autres qu'ils ont décidé de lâcher "les chiens de l'enfer" sur leur camarades.

21 Graduation day part 1 (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

22 Graduation day part 2 (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

L'aboutissement de cette saison est ultra-maîtrisé et permet de brasser les thèmes : la remise de diplômes comme rite de passage, finalité aboslue de trois années de lycée, départ vers l'ailleurs, et en même temps futile pince-fesses qui ne prend ici de l'intérêt que parce qu'on y a rendez-vus avec un démon... Comme d'habitude. Joss Whedon s'amuse une fois de plus à confondre la vie de ses personnages avec le show lui-même et à la veille de partir vers de nouvelles aventures... Fait exploser le lycée ! Nombreux en ont sans doute rêvé.

Les personnages arrivent exactement à ce point émotionnel d'incertitude fait d'un mélange de profonde satisfaction d'avoir été jusque là, et d'angoisse pour un avenir incertain. Certain se préparent à tirer leur révérence (Angel, Cordelia, Wesley), d'autres arrivent pour s'installer définitivement : Anya. Enfin, dans ce final en or, une connection étrange se fait jour entre Buffy et Faith. Ennemies, elles se rapprochent malgré tout, et apparaissent comme des sœurs. Ca coutera du sang, mais elles ont un lien, qui apparaît à travers un étrange rêve qui les voit partager le même inconscient. Et Joss Whedon y lâche, à travers les répliques de Faith, des indices cryptés sur la suite des événements, qui tendent à prouver qu'il a décidément prévu beaucoup de choses, longtemps avant...

Buffy the vampire slayer #3 (Joss Whedon, 1998-1999)
Buffy the vampire slayer #3 (Joss Whedon, 1998-1999)
Buffy the vampire slayer #3 (Joss Whedon, 1998-1999)
Partager cet article
Repost0
Published by François Massarelli - dans Joss Whedon TV
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 11:08

La deuxième saison de Buffy the vampire slayer est fantastique: c'est la véritable naissance de l'esprit de la série, et c'est là que se mettront en place les vrais thèmes de ce qui était jusqu'à présent une aimable bluette, métaphore des années adolescentes. Elle se transforme en un parcours qui vise désormais plus haut (La peinture de l'évolution d'une adolescente qui doit devenir une femme), et Joss Whedon jette ici les bases de tout un univers, dont certains développements attendront toute une saison... alors que d'autres attendront jusqu'à la septième, voire pour certains une autre série: Angel. Whedon et son équipe enrichie, et qui compte déjà en ses rangs des collaborateurs aussi cruciaux que Marti Noxon, David Fury ou David Greenwalt, se voient aussi allouer un budget conséquent, et le monde de Buffy est moins limité dans cette nouvelle saison. Nous verrons moins la boîte le Bronze, le lycée semble agrandi, certains appartements et maisons nous sont montrés alors qu'ils étaient ignorés dans la première saison: chez Angel, chez Giles aussi.

A côté de cette construction de nouveaux décors, la série détruit aussi: on prend une habitude, celle de voir le premier épisode d'une saison comme un jeu de destruction des acquis... Ca reviendra souvent. Et dans chaque série pilotée par Whedon, voire dans le deuxième film de la franchise The Avengers.

Et surtout, la série quitte à mon sens le tout-venant en lançant un personnage fabuleux, le genre de méchant que Buffy ne doit surtout pas tuer parce que sinon il manquerait trop! Il s'appelle Spike, est interprété par James Marsters, qui bien qu'Américain, lui a dégoté un fabuleux accent cockney, et il lance des répliques toutes plus drôles les une sque les autres. Et la cerise sur le gateau, c'est que dans l'ensemble, c'est juste un homme qui désire vivre aussi tranquillement que possible, en se battant à l'occasion, et en mangeant un humain ou deux. Le contraire des vampires mystiques de la première saison... Que Angel va devenir. Ce qui va pousser Spike à s'allier avec Buffy!

L'essentiel de l'intrigue de cette deuxième saison concerne pourtant un autre vampire: comme je le disais plus haut, le gentil Angel, vampire doté d'une âme, va la perdre et retomber dans le crime. Ca va aller loin, très loin, et ça passera par une thématique inattendue, car c'est lié à un motif permanent de la saison 2: les hormones! Ces jeunes gens ont 17 ans, et Buffy, Willow et Xander vont commencer à sentir des chatouillements là où il faut. Willow, après avoir attendu Xander tant d'années, se laisse tenter par une bluette avec le musicien Oz (Seth Green), un senior du lycée, laconique et intéressant (Voir plus bas); Xander succombe à l'inévitable: une idylle avec Cordelia Chase, celle qu'il prenait pour son ennemie naturelle, ce qui ne va pas les empêcher de continuer à se battre: enfin, Buffy concrétise ses amours avec Angel, et une nuit d'amour plus tard, s'en mordra sérieusement les doigts. Les adultes ne sont pas en reste, car d'une part Spike vit le parfait amour (Du moins pour un temps) avec la vampire folle Drusilla (Juliet Landau), les relations de Giles avec la belle Jenny se compliquent, et même Joyce Summers cherche l'âme soeur, dans un épisode mémorable.

Un apport significatif de la saison est le passage de témoin, de Jenny à Willow, qui va commencer à s'intéresser à la magie noire... Rétrospectivement, on sait maintenant qu'elle ne devrait pas! De leur côté, les rapports entre mère et file aussi se compliquent: Joyce a du mal à comprendre la vie de sa fille, dont elle finit par découvrir le secret à la fin de la saison. Et admettre à Giles qu'elle lui en veut d'avoir construit avec sa fille une relation père-fille bien plus complice que la sienne propre.

Certains personnages font un petit tour, d'autres resteront, et on apprend à y gérer de façon inattendue les rapports avec certaines créatures: un loup-garou s'avère être Oz, par exemple, ce qui oblige les humains à l'épargner; mais un ami peut aussi se transformer en ennemi, ce qu'indiquait déjà Xander dans un épisode de la première saison; ici, Buffy fait les frais de la transformation d'Angel en Angelus, mais elle subit aussi la trahison d'un ancien petit ami de L.A. Dans Lie to me. Enfin, on apprend dans cette saison riche que les personnages ne sont pas à l'abri. Kendra, une autre tueuse (Automatiquement “activée” par la mort de Buffy à l'épisode 12 de la première saison), mais aussi Jenny Calendar en feront les frais; de toute façon , toute la saison mène à une prise de décision douloureuse, liée à un choix dramatique, qui ne peut laisser tout le monde indemne...

Pour finir ce tour d'horizon, des personnages apparaissent, qui auront peut-être (ou pas) de l'importance plus tard: on appréciera en particulier les apparitions de Danny Strong, qui joue Jonathan Levinson, un petit lycéen râleur et souvent victime des circonstances, voire des monstres, dans certains épisodes: chaque apparition ressemble à un gag.

Pourtant...

1. When she was bad (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Le retour de Buffy s'effectue, naturellement, via la rentrée au lycée. Une scène d'ouverture sert non seulement à introduire l'épisode, mais aussi toute la saison, sa thématique, et... son atmosphère de surprises. Willow et Xander sont seuls, Buffy n'est pas encore rentrée de L.A. Et ils parlent. Un détail mineur, le fait que Willow a de la glace sur son nez, manque de les faire s'embrasser... Mais ils sont interrompus par un vampire, puis par Buffy, en pleine forme, qui tue l'importun. Le grand thème est donc installé, il sera question de la tentation, des désirs, du passage à l'acte... et des hormones, essentiellement. Pour le reste, Buffy promène sa mauvaise humeur durant tout l'épisode, en provoquant Xander de façon lamentable lors d'une danse plus que suggestive. L'idée était bien sur de rendre Angel jaloux...

Pour commencer une saison, on casse ses jouets : ici, c'est le squelette du « maître » qui en fait les frais, laissant derrière lui un gamin à la tête des vampires... Qui ne fera pas long feu.

C'est aussi la première fois que Whedon, pour agrémenter les soirées du « Bronze », la boîte de Sunnydale, fait appel à un groupe significatif. Buffy et Xander dansent donc sur la musique de Cibo Matto... à l'époque, le bassiste s'appelait Sean Lennon.

2. Some assembly required (Ecrit par Ty King et dirigé par Bruce Seth Green)

Un gamin a décidé de faire revivre son frère mort, façon Frankenstein. Mais le grand frère n'est pas satisfait : il veut une fiancée ! Il y a donc une menace sur Cordelia, une fois de plus... Outre l'hommage à Frankenstein, et le thème en continuité parfaite avec celui de la saison, cet épisode est une illustration de l'atmosphère qui s'éloigne de plus en plus du postulat adolescent de la première saison.

D'ailleurs, comme pour illustrer cette montée en grade, Giles commence une relation ouvertement amoureuse avec la jolie Ms Calendar... Celle-ci sera souvent contrariée... C'est le moins que l'on puisse dire !

3. School hard (Ecrit par Joss Whedon et David Greenwalt, et dirigé par John T. Kretchmer)

Episode crucial, School hard présente Spike, l'un des personnages les plus importants de la série, fait évoluer de manière significative la relation Joyce-Buffy, et permet à Whedon de finir de détruire son premier univers de vampires : avant, les sales bêtes sont organisées selon une hiérarchie vaguement mystique, avec un leader sentencieux, attaché à de vieilles reliques et des traditions antédiluviennes. Avec cet épisode, on fait table rase, pour donner à voir du vampire l'image essentiellement d'un charognard nomade, pas si éloigné du mode de vie solitaire et reclus de Angel, mais avec le mal en plus !

Joyce se rend donc à une soirée parents-professeurs au lycée, et découvre la vraie vie de sa fille, du moins certains aspects. Elle décide donc de lui laisser du champ, et de lui faire confiance, au gand dam du proviseur Snyder.

4. Inca mummy girl (Ecrit par Matt Kiene & Joe Reinkemeyer et dirigé par Ellen S. Pressman)

Un épisode moindre, mais une fois de plus relié à la thématique : Xander tombe amoureux de la correspondante étrangère de Buffy... Sauf que celle-ci s'avère être une momie Inca, qui se maintient en vie en tuant des jeunes hommes. Mineur, mais plaisant bien sur, avec la première apparition de Jonathan Levinson. Un autre personnage notable fait son apparition, le guitariste Oz, qui pour l'instant reste dans l'ombre, et repère Willow. Celle-ci l'intrigue beaucoup...

5. Reptile boy (Ecrit et dirigé par David Greenwalt)

Un autre épisode mineur, relié une fois de plus à la thématique du désir et des hormones : des étudiants kidnappent des jeunes femmes, dont Buffy et Cordelia, pour les offrir en sacrifice à leur dieu, le démon Machida, qui ressemble à une très longue quéquette. La blague est facile, mais la censure n'a rien vu venir ! Et l'épisode, qui montre Buffy quasiment charmée par Tom, l'un des étudiants, rappelle que le danger ne vient pas nécessairement des vampires... Jonathan et Oz reviennent.

6. Halloween (Ecrit par Carl Ellsworth et dirigé par Bruce Seth Green)

Un grand classique, avec l'apparition d'un personnage qui sert à éclairer le passé de Giles : Ethan Rayne est un ancien condisciple du Britannique, versé sur les arts occulte, mais qui a dédié lui sa vie au mal. Il lance un sort sur Sunnydale : pendant Halloween, les jeunes qui se sont fournis en déguisement dans son magasin vont devenir littéralement ce en quoi ils sont grimés: Xander un soldat efficace, Buffy une noble du XVIIIe siècle (Effrayée par un rien), et Willow un fantôme... Aperçue par Oz dans une scène en forme de running gag.

7. Lie to me (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

On monte d'un cran, avec un épisode grave, où Buffy s'interroge sur la finalité de ses relations avec son petit ami. C'est le moment qu'a choisi un ancien petit ami de L.A. Pour faire son apparition. Elle se verrait bien finir avec lui, mais Ford est en réalité de passage dans la série: il ne vient que pour attirer Buffy dans un piège. Il est mourant, et souhaite survivre en devenant un vampire... Il fait donc un marché avec Spike. A nouveau, on le voit, les relations amoureuses débouchent sur trahison, complexité, et déception. Et le thème du mensonge devient le fil rouge de l'épisode, qui nous rapporte une nouvelle dimension du personnage d'Angel et ses relations complexes avec ses semblables, mais aussi qui nous montre Buffy faire des choix de plus en plus difficiles.

8. The dark age (Ecrit par Dean Batali et Rob Des Hotel, dirigé par Bruce Seth Green)

Cet age sombre, c'est celui des vieux... dans cet épisode malin, on continue à jeter le trouble en s'intéressant une fois de plus au passé décidément étonnant de Rupert Giles : des amis à lui tentent de le contacter, et meurent, et ça le met dans des états pas possibles. On apprend que lorsqu'il était étudiant, il avait, avec quelques amis, fricoté un peu avec la sorcellerie, et ils s'étaient amusés à réveiller un démon... Qui ne les a pas oubliés, et vient désormais les tuer les uns après les autres. Il ne reste plus que deux d'entre eux, tous les deux condamnés à plus ou moins brève échéance : Giles, et... son étrange ennemi Ethan Rayne, qui revient donc montrer sa duplicité dans cet épisode. La métaphore du démon permet, pour une première fois, d'insérer une allusion aux déviances liées aux paradis artificiels : lorsque Giles parle de ses aventures avec la sorcellerie, le vocabulaire qu'il utilise est celui de l'addiction.

L'épisode éclaire la relation naissante entre Giles et Jenny d'une lumière troublante, d'autant que cette affaire de possession rejaillit sur la jeune femme, confirmant une des lois de la série : le mal atteint les autres, par ricochet. On le reverra bientôt de façon cinglante...

9. What's my line part 1 (Ecrit par Marti Noxon et Howard Gordon, dirigé par David Solomon)

10. What's my line part 2 (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Semel)

Tout ce qui arrive a une, ou des conséquences. Bon ou mauvais, tout incident dans la série aura des répercussions, bénéfiques, ou pas. C'est particulièrement rigoureux dans Buffy et Angel, et on le verra les scénaristes ne reculeront devant rien pour observer cette consigne à la lettre. Ces deux épisodes liés en sont la première preuve spectaculaire, introduisant un personnage inattendu mais logique : à la mort de chaque « tueuse », une autre apparaît pour prendre sa place. Ici, il s'agit de la Jamaïcaine Kendra (Bianca Lawson), qui est tout le contraire : elle a lu les manuels, ne passe pas son temps à autre chose qu'à son devoir, et manque cruellement de ressource dans certains cas. Elle manque aussi de distance, et bien sur manque de tuer Angel. La relation entre les deux tueuses est un ressort de comédie, mais fait ressortir aussi la spécificité, et la force (En même temps que le handicap), de Buffy : elle a des relations, des amis, bref, une famille !

On revoit Jonathan Levinson, pris en otage lors d'une tentative d'assassinat sur Buffy. De leur côté, Xander et Cordelia, isolés dans la maison de Buffy, en proie à une menace, se jettent l'un sur l'autre pour laisser lire cours à la montée de leurs hormones dans un baiser fougueux, il y en aura d'autres... Et Willow fait la connaissance de Oz, avec lequel elle sympathise. Elle va aussi, lors d'une scène, être sauvée par lui, qui prend une balle dans le bras à sa place... Ce qui le fait intégrer d'office le cercle des amis de Buffy, et on peut être sur qu'il va en souffrir. Willow comence à montrer des talents dans l'occulte, ce qui ne va pas s'arrêter là...

Spike et Drusilla, enfin, se révèlent un peu plus : ils sont venus à Sunnydale, pace que Spike est à la recherche d'une façon de soigner Drusilla, qui dépérit. Leur motif est finalement privé, ce qui les rend, surtout Spike du moins, relativement sympathique. Dans ce contexte, Buffy n'est pas une ennemie parce qu'elle lutte pour le bien, mais parce qu'elle les éloigne des chances de guérison de la vampire folle.

11. Ted (Ecrit par Joss Whedon et David Greenwalt, dirigé par Bruce Seth Green)

Ceci est un épisode de haute volée: Joyce Summers a été très occupée à son travail, et une conséquence intéressante : de plus elle a trouvé un petit ami, le sympathique Ted (John Ritter), qu'elle a décidée de ramener chez elle pour le présenter à Buffy. L'épisode tire donc parti d'un état de fait, et le scénario fait des merveilles avec... Ted, en effet, est tout sauf normal, et représente bien sur pour Buffy un danger potentiel qui aura sans doute des résonances chez tous les enfants de parents séparés. Et la relation qui s'établit entre elle et ce beau-père potentiel est un danger du quotidien, l'une des rares mais nécessaires intrusions de la série en terrain réaliste, avec même, dans un passage dramatique, une visite à la police, un signe que décidément la série peut nous surprendre avec un rien.

Par ailleurs, l'épisode contient aussi un nouveau développement de la relation entre Giles et Jenny, confirmant la thématique « amours adultes » de l'épisode. Mais pour faire bonne mesure, Xander et Cordelia continuent leur idylle secrète.

12. Bad eggs (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par David Greenwalt)

La responsabilité est sans doute l'un des mots-clés de l'univers de Buffy. C'est parce qu'elle est responsable que la tueuse doit veiller au grain, à la sécurité de toutes et tous, et à garder son secret en plus. Alors quand un professeur propose une expérience pour tester la responsibilité de ses élèves, dans le cadre de l'éducation sexuelle, et pour voir s'ils seraient capables de s'occuper d'un enfant, l'ironie fait que cette expérience dégénère avec des œufs bizarre, qu'on fait garder et surveiller par tous les élèves, et qui prennent possession d'eux. Et les seuls qui s'en tireront indemnes, seront Xander qui par feignantise a fait bouillir l'oeuf, et Buffy, qui va une fois de plus sauver la communauté sans que celle-ci s'en rend compte.

Jonathan Levinson refait une apparition désormais habituelle, sans pour autant qu'on lui accorde une importance quelconque, et Buffy et Angel parlent de leur engagement l'un avec l'autre, et même de l'avenir potentiel... Ce n'est jamais bon quand des personnages de cette série parlent d'avenir.

13. Surprise (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par Michael Lange)

…Et la confirmation de cette supputation n'attendra pas ! Surprise est le premier épisode d'un diptyque mémorable, décisif non seulement pour l'avenir de la série, mais aussi pour l'autre série qui en déculera, Angel. Il y est question d'une part des agissements de Drusilla et Spike pour se débarrasser de Buffy, ils ont cette fois contacté un mythique démon, le Juge, qui lutte contre le bien, et « qu'aucune arme forgée ne peut tuer », dit la légende. On y rappelle qu'Angel est un vampire dotée d'une âme, par la grâce d'une tribu de gitans qui l'ont ainsi condamné à l'éternel remords... Mais ce qu'on ne savait pas, c'est que Jenny en faisait partie. Ca restera un secret pour l'instant pour les autres personnages, mais ça jette le trouble, car on apprend aussi qu'une minute de bonheur pour le vampire annulerait le sort, et donc le priverait d'une âme.

Mais ce n'est pas le sujet : Buffy et Angel doivent en effet combattre Spike et Drusilla, et... dans le feu de l'action, se rapprochent de plus en plus. Ils vont passer à l'acte. Ils passent à l'acte. Et l'épisode s'arrête sur Angel pris de violentes convulsions...

Car le sujet, une fois de plus, est le désir, et le trouble né de cette impression que l'accomplissement du désir est inéluctable. La plupart du temps, cet accomplissement n'est que le début du bonheur...

14. Innocence (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Cet épisode concerne donc le lendemain de l'anniversaire de Buffy, lorsqu'elle vient de fêter ses 17 ans, et accessoirement de perdre sa virginité. Ce n'est en rien un détail, d'une part parce que les conséquences de l'acte seront cruciales (Angel redevient Angelus, car il a perdu son âme), et que le sous-texte de l'épisode est magistralement traité ; Buffy s'est faite avoir, et le garçon qui l'a possédée dans son lit la rejette. La douleur de la jeune femme est très impressionnante. A côté de ce drame si banal, les amis de Buffy ont aussi leurs problèmes : Willow découvre que Xander et Cordelia ont une petite intrigue secrète, et Giles comprend que Jenny leur a caché des choses. Enfin, cerise non négligeable sur le gâteau, Buffy contrecarre les plans des vampires en utilisant un bazooka, image certes un peu facile, mais ô combien efficace d'une revanche explosive sur la gent masculine. M'est avis que l'image de la frêle tueuse, portant ce symbole phallique et l'actionnant dans la galerie d'une supermarché, a du être un enjeu important pour l'équipe de geeks qui concoctent la série.

15. Phases (Ecrit par Dean Batali et Rob Des Hotel, dirigé par Bruce Seth Green)

Oz est un loup-garou, et à la fin, ce paradoxal avantage décide Willow a sortir avec lui... L'épisode est formidable, et nous rappelle un certain nombre de thèmes : derrière le mal, ou du moins les créatures maléfiques, il y a toujours des humains. Mais les humains en eux-mêmes ne sont pas forcément fréquentables, ainsi en est-il d'un chasseur de loups-garous qui lui est un super-connard. Sinon il est souvent question d'hormones, une fois de plus : Willow aimerait bien aller plus loin plus vite avec Oz, et Cordelia lance à Xander des appels du pied de plus en plus récurrents, de moins en moins discrets... qu'il ne repère jamais.

16. Bewitched, Bothered and Bewildered (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par James Contner)

Cordelia quite Xander parce qu'il est une entrave à sa popularité... Afin de se venger, il a recours à la sorcellerie. Il fait appel à Amy, la jeune fille victime des agissements surnaturels de sa mère dans l'épisode 3 de la première saison. Celle-ci lui concocte un petit sort supposé provoquer chez Cordelia un amour irrésistible pour lui, mais elle se trompe, et ce sont toutes les femmes SAUF Cordelia qui se trouvent affectées... Un épisode drôle, inventif, et plaisant, au terme duquel Cordelia prendra une décision qui l'honore...

17. Passion (Ecrit par Ty King, dirigé par Michael Gershman)

La “passion” du titre, c'est paradoxalement celle d'Angel pour Buffy, puisque pour se venger d'avoir eu des sentiments humains à son égard, il est décidé à lui en faire baver... Mais effectuera surtout un crime sans nom, immonde et qui prouve ne fois pour toutes que dans cette série on n'hésite pas à sacrifier des personnages importants. Introduit et conclu par la voix neutre d'Angel, cet épisode distille une poésie noire qui tranche définitivement sur l'atmosphère souvent légère de la série.

18. Killed by death (Ecrit par Dean Batali et Rob Des Hotel, dirigé par Deran Sarafian)

Un épisode mineur à la X-Files, qui voit Buffy quitter l'intrigue principale pour se rendre à l'hôpital, ou elle déjoue les plans d'un croquemitaine invisible...

19. I only have eyes for you (Ecrit par Marti Noxon, dirigé par James Whitmore, Jr)

Lors d'une soirée festive, des étudiants possédés par les fantômes d'un couple maudit (Un élève du lycée qui avait tué la prof dont il était amoureux, en 1955), rejouent un drame passionnel, jusqu'à ce que le fantôme du garçon n'en appelle à Buffy. On quitte l'intrigue principale avec un épisode franchement poétique et très maîtrisé dont une scène permet à Buffy et Angel de se réunir...

20. Go fish (Ecrit par David Fury et Elin Hampton, dirigé par David Semel)

Encore un épisode mineur, cette fois centré sur les agissements du coach d'une équipe de natation pour donner plus d'efficacité à se nageurs. On apprécie la comédie, principalement grâce à Cordelia.

21. Becoming part 1 (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

22. Becoming part 2 (Ecrit et dirigé par Joss Whedon)

Le premier épisode commence par un flashback, qui inaugure une série d'aller-retours sur la “vie” du vampire Angelus, de la rencontre fatale de l'humain Liam avec celle qui va le transformer, Darla (Julie Benz, déjà vue dans la saison 1, avant sa mort), jusqu'à l'arrivée du vampire désormais doté d'une âme à Los Angeles, pour veiller sur Buffy, avant son départ pour Sunnydale. C'est que Angel est véritablement le principal protagoniste de ce double épisode, qui voit la saison arriver à terme avec une surprenante noirceur... Car après avoir batifolé pendant 20 épisodes autour de ces désirs de jeunes et moins jeunes, l'heure est venue de prendre ses responsabilités, pour Buffy comme pour les autres: une tueuse de vampires doit tuer les vampires. C'est ce que lui rappelle Kendra, venue lui prêter main forte, mais elle ne survivra pas au premier épisode, tuée par Drusilla. Celle-ci passe de fofolle un peu folklorique, à folle furieuse, et particulièrement dangereuse... L'heure est venue aussi de former des alliances contre-nature: ainsi, pour contrer Angelus, Buffy doit-elle compter sur l'aide de Spike. Ce ne sera pas la dernière fois...

A la fin de la saison, Buffy a beaucoup appris, est devenue adulte: ça veut dire qu'elle souffre. On la reverra pour une troisième saison riche en promesses...

    Buffy the vampire slayer #2 (Created by Joss Whedon, 1997-1998)
    Partager cet article
    Repost0
    Published by François Massarelli - dans Joss Whedon TV