Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 18:48

On va probablement imaginer que je lui en veux personnellement... Mais que voulez-vous, je suis assez souvent alarmé, attristé, voire affligé par les efforts du réalisateur Bob McKimson, qui a beau avoir des personnages en or (Pas l'abominable coq Foghorn Leghorn, sa création, qui est d'un ennui mortel): Daffy Duck ou Bugs Bunny, chez lui, deviennent ennuyeux et verbeux. On lui reconnait par ailleurs un certain talent pour opposer Bugs à des personnages hauts en couleurs: Gruesome gorilla (Gorilla my dreams) en était un bon exemple. Sinon, il a créé ce diable de Tasmanie. Mais au final, le personnage ne va pas très loin. Une fois établi que c'est un omnivore obsédé, qui parle par grognements et autres prouts bien dégoûtants, il fait bien reconnaître que ça ne va pas très loin.

Mais le personnage, né dans ce film, est devenu l'objet d'un culte à part entière, apparaissant dans cinq films en tout. Ici, il envahit soudainement l'espace vital de Bugs Bunny qui va tout faire pour se débarrasser de lui, mais non sans jouer un peu avec lui... C'est gentil, mais il me semble difficile de faire comme tout le monde et de considérer ce film à l'animation poussive comme un chef d'oeuvre.

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Bugs Bunny Animation Looney Tunes