Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 17:28

J'appellerais bien ça la "poétique de l'excès". Zemeckis, réalisateur touche-à-tout et virtuose, aime la comédie, qu'il a beaucoup pratiqué, aussi bien en tant que scénariste (1941, de Spielberg) qu'en tant que réalisateur (Un nombre important de films, dont les deux premiers, I wanna hold your hand, et Used cars, mais aussi le super méga-carton de 1984 Romancing the stone avec Michael Douglas). Mais il a une façon de faire, qui est essentiellement résumée par la façon dont Christopher Lloyd, l'un de ses acteurs fétiches, interprète le Docteur Brown dans Back to the future: de façon survitaminée, surcaféïnée, et pour tout dire excessive. Pas de repos, pas de calme, on n'a pas le temps! Ce film drôle mais profondément irritant est là pour le prouver...

Deux femmes, deux amies qui sont en concurrence amoureuse depuis la fac (Meryl Streep et Goldie Hawn) se disputent le même homme, un chirurgien esthétique interprété par Bruce Willis. Elles vont aller très loin pour gagner, même si au passage elles le perdent: l'idée ce n'est pas de gagner, mais c'est bien que l'autre ne gagne pas. Et elles vont signer une sorte de pacte avec une sorte de diable drôlement aguichant: c'est Isabella Rossellini, et elle n'est pas tellement habillée dans les scènes qu'elle a tournées. Grâce à ce marché (Coûteux) elles vont toutes deux retrouver la jeunesse, et découvrir l'immortalité. Mais elles vont devoir aussi faire très attention à leur corps, parce que ce n'est pas parce qu'elles sont immortelles qu'elles ne risquent pas de l'abîmer...

Aucune scène dans ce film généreusement idiot n'est calme, ça part dans tous les sens. On peut trouver ça gentiment loufoque, d'autant que les acteurs se sont copieusement amusés. n peut aussi se lasser de tant de folie, qui débouche quand même sur une certaine vacuité. les femmes en prennent pour leur grade, et on se rappelle du fait que Zemeckis n'aime pas tellement ses personnages. A la vision de ce film, c'est une évidence...

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Comédie Robert Zemeckis