Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Allen John's attic
  • Allen John's attic
  • : Quelques articles et réflexions sur le cinéma, et sur d'autres choses lorsque le temps et l'envie le permettront...
  • Contact

Recherche

26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 17:25

Ce film de dix-sept minutes renvoie aux riches (et forcément un peu austères) heures du documentaire made in Poland, tel qu'il était pratiqué par Zanussi ou Kieslovski dans les années 70: peu ou pas d'implication du metteur en scène, et la vie captée comme si c'était possible de le faire sans intervenir. Or justement, on sait bien que c'est impossible, et la réalisatrice le sait tout aussi bien... Alors ce portrait sans fard d'une cantatrice à la fin de sa vie et de sa carrière se double d'une sorte de parcours inattendu...

Le sujet du film est la soprano Maria Foltyn (1924 - 2012), grande figure de l'opéra Polonais. En 2009, ayant depuis belle lurette cessé son activité de chanteuse, elle était encore active pour conseiller de jeunes chanteuses, et devenir ni plus ni moins que leur mentor. Et elle se livre, tout en faisant tout pour ne pas le faire, à la caméra: on la voit en effet tenter d'esquiver une question sur ses amours, mais aussi cornaquer avec puissance son élève. Finalement, elle répondra à la question, mais n'ira pas au bout de ses révélations croustillantes sur un haut dignitaire Moscovite en poste à Cuba!

Et derrière l'exercice de style assez classique d'un portrait en action d'un monstre sacré, se dresse la vie intérieure hallucinante d'une petite femme, handicapée, accrochée à son passé comme d'autres à leur trône, qui continue comme si sa passion allait lui survivre à travers les musiciens qu'elle accompagne, à demander toujours plus: plus de sensualité, plus de feu. "Plus sexy", dit-elle!

Partager cet article

Repost 0
Published by François Massarelli - dans Agnieszka Smoczyńska